07/12/2016

RIE III : on ne gouverne pas par hibernation !

24443.png?puid=4496e610-ce2c-40d8-9cef-410a2132f8f6 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 07.12.16

 

RIE III : la troisième réforme de l’imposition des entreprises. Avec ce fameux taux d’imposition unique à 13,49%. Un chiffre réputé savamment calculé, soupesé, au milligramme, pour éviter de faire fuir les multinationales, qui constituent une manne considérable pour la prospérité du canton. RIE III, depuis des mois, obsède littéralement la classe politique genevoise. Au point que certains députés, tous partis confondus, rencontrés par hasard dans la Vieille Ville, ne vous disent plus « Bonjour », mais « RIE III » en vous serrant la main ! Vous leur parlez de M. Renzi, M. Trump ou M. Hollande, ou du stratus d’automne, ils vous écoutent à peine, et reprennent avec « RIE III ». Même le CEVA, en 2009, n’avait réussi à atteindre ce niveau obsessionnel d’incantation.

 

Le CEVA, parlons-en ! C’est la comparaison qui s’impose. En 2009, nous avons vécu, le même automne, la votation sur le CEVA et les élections cantonales. Face à un parti qui montait (le MCG), il s’agissait de faire preuve de cohésion. Sur un thème, porteur d’avenir. Des radicaux aux Verts, tous les partis gouvernementaux n’ont plus juré que par le CEVA. Tout plan B était immédiatement jeté aux orties, c’était une question de survie : le CEVA ou la mort. C’est exactement dans cet état d’esprit que les partis gouvernementaux nous présentent aujourd’hui RIE III. A les entendre, ministre des Finances en tête, on a l’impression qu’hors de cette question amirale, plus rien n’existe. Il faudrait non seulement accepter le principe, mais le chiffre, au centième près. Nulle contestation possible. On est face au dogme. Faudrait-il, comme à Rome en 1870, conférer au Conseil d’Etat le statut d’Infaillibilité ?

 

La réponse est non. La politique, ce ne sont ni des dogmes, ni des encycliques. Ça passe par une dialectique. Cela exige un Parlement qui fasse son boulot. Une ouverture de la discussion aux partis non-gouvernementaux (UDC, Ensemble à Gauche), plutôt que de les placer devant le fait accompli. Surtout, cela exclut toute forme « d’arrangement », comme il semble en poindre, par exemple s’abstenir de lancer des initiatives en matière financière, pendant un certain nombre d’années ! Oui, c’est une singulière forme d’armistice qui est en train de se concocter, en substance : « Laissez-nous mener en paix RIE III, en contrepartie nous maintiendrons des acquis ».

 

Ça n’est pas à cela que doit ressembler la politique. Déjà sur le CEVA en 2009, ce genre de consensus fleurait la naphtaline. Cette manière d’opérer aiguise l’idée que le monde parlementaire passe avec le gouvernement des pactes, plus ou moins publics, sur lesquels il n’a reçu aucun mandat de son électorat. Entre soi, on s’arrange ! Détestable procédé, sur le dos des citoyennes et citoyens de ce canton. Impression d’un petit monde où chacun se tient, entre les murs patriciens de la Ville Haute. Non, la politique ne doit pas être cela. Elle doit, au sens où l’entendait Pierre Mendès France, aller de pair avec la transparence. Le respect de la parole donnée. La confiance. Dans cette affaire, nous en sommes, hélas, assez loin.

 

Pascal Décaillet

 

 

11:46 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

C'est plus grave que ça. Le parlement n'est tout simplement pas équipé pour.
Je ne reviendrai pas ici sur le "travail" qui se fait en commissions et qui est validé la plupart du temps les yeux, la bouche et le nez fermés, en sessions plénières, sur la base des consignes des groupes en caucus.
RIE III, comme le reste, c'est de la navigation à vue.
Le tracé de la traversée du lac que le PLR jurais de ses plus grands dieux qu'il n'était qu'une variante impose maintenant son tracé comme une évidence absolue. Qui ne verra tout simplement jamais le jour pour diverses raisons que je développerai ultérieurement.
Le CEVA, c'est fait, inutile d'y revenir. En revanche que dire du silence assourdissant autour des projets Weibel ? Qui ne promettent rien moins qu'un efficacité évidente pour trois fois moins cher, que ce soit à Genève avec l'extension de Cornavin et la traversée multimodale du lac, ou au Gottard avec l'optimisation de ce qui existe.
Même vous, Pascal, ne semblez pas trop intéressé à dénoncer ce silence. A tel point que je m'interroge sur une véritable volonté de dénoncer l'omerta même lorsqu'elle n'entre pas dans vos schémas.

Écrit par : Pierre Jenni | 07/12/2016

Les commentaires sont fermés.