21/12/2016

2017 : l'autre printemps des peuples !

printemps-des-peuples.jpg 

 Commentaire publié dans GHI - Mercredi 21.12.16

 

Le printemps des peuples, c’était 1848, cette année si décisive pour la Suisse. Mais en voici poindre un autre, près de deux siècles plus tard : celui des masses citoyennes, contre des élus sourds à leurs volontés.

 

 

On les entend déjà depuis des mois, ces voix des peuples qui n’en peuvent plus de gronder. 9 février 2014, Brexit, élection de Donald Trump, il y a dans notre monde quelque chose qui commence à bouger. Oh, ça n’est pas linéaire, l’Histoire ne l’est jamais : sa démarche est celle du crabe, titubante, chancelante, incertaine. Nul progrès qui ne soit suivi de recul. Nulle éclaircie sans ténèbres. Mais enfin, nous le percevons tous, il y a, venu des entrailles de la terre, comme un tremblement précurseur. J’ai parlé ici de Révolution conservatrice, je le crois plus que jamais. Mais il y a aussi la promesse, et peut-être l’imminence, d’un printemps des peuples. Un bourgeonnement des consciences. Une volonté de s’approprier la politique de façon massive, directe, par le suffrage universel. Sans trop s’en laisser conter par les corps intermédiaires. En Suisse, nous connaissons cela, grâce à l’outil incomparable de la démocratie directe. Mais beaucoup de nos voisins, qui en sont aujourd’hui privés, rêvent de s’en emparer.

 

Dire cela, est-ce de l’antiparlementarisme ? Oui, si vous voulez. J’assume sans hésitation, pour ma part, une vieille et viscérale méfiance face aux cénacles d’élus, lorsque ces derniers, hélas, torpillent les décisions du suffrage universel, comme ils viennent de le faire, à Berne, dans l’application du 9 février 2014. Lorsque les Chambres fédérales, après des mois de palabres, démontent à ce point la volonté souverainement exprimée par le peuple et les cantons, c’est le rapport de confiance lui-même, entre le peuple et ses élus, qui se trouve entamé. Une fois de plus ! Comme il le fut pour les Français, après leur décision sur le Traité européen, au printemps 2005. Les Parlements de notre vieille Europe, naguère si libérateurs lorsqu’il s’agissait de combattre l’absolutisme d’Ancien Régime, ne voient-il pas qu’ils se transforment eux-mêmes en machines à s’isoler ? C’est grave, c’est central, c’est autour de cette surdité coupable que s’articuleront, dans nos pays, les prochaines Révolutions : contre les corps intermédiaires, pour le suffrage universel.

 

Je dis bien « le suffrage universel ». Je ne dis pas « le peuple », mot certes plus beau, plus chaud, plus romantique, mais pas assez précis. Ce qui m’intéresse, c’est le « démos », le corps électoral. Pas la masse hurlante des rues. Le Révolution que je sens poindre, je ne souhaite certainement pas qu’elle soit celle du débordement, mais au contraire celle de masses citoyennes qui, au fil des ans, de dotent des moyens institutionnels d’influer sur le pouvoir. Comme nous en disposons, en Suisse, avec les initiatives et les référendums. La décision de quatre millions de citoyens, sur un objet précis, un beau dimanche, au terme d’une vaste campagne nationale, vaut bien celle de 246 parlementaires, non ? Alors, voilà, 2017 pourrait bien être une année décisive, tiens disons déjà en France, dans la montée de ce sentiment populaire. Guettons cela, vivons-le, avec la passion qui est la nôtre. A tous, j’adresse ici mes meilleurs vœux pour les Fêtes de fin d’année.

 

Pascal Décaillet

 

12:44 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Merci pour vos articles, émissions LEMAN BLEU, etc...En effet un nouveau printemps pourrait venir sur le monde (pourquoi Dieu laisse la violence il nous laisse libre) et par opposition ou le témoignage des martyres (comme les premiers chrétiens à Rome) beaucoup cherchent vérité en Jésus. EXCES D OPTIMISME ? J'ESPERE QUE CETTE ANNNEE 2017 SERA BONNE POUR LE MONDE ET POUR VOUS ET VOTRE FAMILLE.QUE DIEU VOUS BENISSE.

Écrit par : Sylvie RG | 22/12/2016

Les commentaires sont fermés.