05/01/2017

Les aveugles en chemise blanche

220px-Pieter_Bruegel_the_Elder_-_The_Parable_of_the_Blind_Leading_the_Blind_(detail)_-_WGA3514.jpg 

Sur le vif - Jeudi 05.01.16 - 12.39h

 

Nos beaux esprits, qui ont cassé du Serbe pendant toutes les années 1990, et passé une décennie à émettre des jugements à l'emporte-pièce, sans rien connaître à la complexité des Balkans, ni à leur Histoire, auront-ils le loisir de se pencher sur le procès de cet adorable ancien Premier Ministre kosovar, accusé des pires exactions sur des Serbes au moment où il était actif dans "l'Armée de libération du Kosovo", dont tout le monde connaît l'infinie douceur, notamment en matière de trafic d'organes ?

 

Comme le rappelle à l'instant Alain Franco, à la RSR, lors du premier procès de cet individu, peu après les événements, Carla del Ponte avait eu toutes les peines du monde à réunir des preuves contre lui, les services américains ayant tout fait pour éliminer les traces. De nombreux témoins à charge avaient été purement et simplement éliminés. Il fallait accréditer l'idée que le Bien était du côté kosovar, le Mal du côté serbe. Image construite, imposée, par les Américains et les Allemands, gobée avec jouissance et avidité par nos chers intellectuels, eux dont la distance critique devrait justement être le fleuron.

 

Eh oui, les guerres balkaniques des années 1990-2000, que pour ma part j'ai suivies de très près, m'étant rendu sur place et ayant accumulé documents et témoignages, c'était aussi cela. Mais personne n'en parle, ou si peu.

 

L'Histoire de ces guerres demeure totalement à écrire. Pendant dix ans, nos braves intellectuels parisiens, relayés par quelques perruches romandes, n'y ont vu que du feu. Désignant d'emblée, dès l'automne 1990, le coupable et les victimes, le méchant et les gentils, ne voulant décrypter les évènements que par le prisme des "droits de l'homme", refusant de prendre en compte la complexité de l'Histoire balkanique, ainsi que (par exemple) le rôle des services secrets allemands de ce cher M. Kohl, dans l'affaire du Kosovo, et plus généralement dans le démembrement de la Yougoslavie, ces beaux esprits ont fait preuve de l'une des plus grandes cécités de l'Histoire européenne de l'après-guerre.

 

Ils n'ont rien vu. Ni le jeu des Allemands. Ni celui des Américains. Ils ont applaudi, béats, au bombardement de Belgrade, en avril 1999, alors même qu'Helmut Schmidt, ancien Chancelier d'Allemagne fédérale, répondant le jour même à mes questions dans son bureau de Hambourg, les condamnait vivement.

 

Quand je dis que 2017 doit être l'année de la lucidité, c'est contre cet immense cortège d'aveugles en chemises blanc lustré, s'avançant dans un noir d'ébène en psalmodiant la morale, que je veux, plus que jamais, rétablir - là où j'ai les connaissances nécessaires - la vérité des faits.

 

Non pour "réinforner", ce mot nouveau m'insupporte. Mais pour informer, tout simplement.

 

Pascal Décaillet

 

17:53 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

"m'étant rendu sur place" Comme Véronique Pasquier ? La correspondante de 24 heures, qui s'est empressée de parrainer une pauvre petite fille kosovare pour bien montrer son impartialité...
Le seul à l'époque qui a fait du bruit et refusé l'intoxication américaine, c'est Régis Debray.
A lire le coup de gueule du colonel Jacques Hogard " L'Europe est morte à Pristina".
PS. Comme responsable d'un bureau officiel suisse à Pristina, j'aurais trouvé normal d'être contacté par des journalistes suisses. Nous avions une politique très différente de la communauté internationale que Calmy-Rey a piétiné sans discernement : nous avions des contacts des deux côtés et nous négociions l'aide en fonction de la coopération des communautés, en particulier à Mitrovica et à Vucitrn. Mais nous étions un peu seuls. Et les journalistes suisses sont des moutons bien élevés. Comme aujourd'hui pour la Syrie...

Écrit par : Géo | 05/01/2017

"contre cet immense cortège d'aveugles en chemises blanc lustré"
Non, Monsieur Décaillet, ce ne sont pas des aveugles: ils savent très bien ce qu'ils font et poursuivent un agenda qui vise à détruire tout pays qui n'est pas strictement soumis à l'impérialisme américain et à ses relais sur notre continent. Le but ultime: détruire la Russie, puis la Chine.

Écrit par : Justice | 05/01/2017

La "grosse presse" n'a pas changé.
Aujourd'hui jeudi dans Le Temps, un grand article d'une page sur l'attaque prochaine de la Russie contre les pays Baltes.
Sans le moindre début de commencement de mise en perspective.
Médias suisses = service de presse de l'OTAN.

Écrit par : Paul Bär | 05/01/2017

"...que Calmy-Rey a piétiné sans discernement..."

Je me souviens qu'à l'époque personne en Suisse n'avait pipé mot quand les avions du Service topographique fédéral (dépendant de l'aviation militaire, donc du conseiller fédéral Samuel Schmied, ainsi silence radio à l'UDC également) ont cartographié la République serbe du Kosovo au profit ...... du futur Kosovo indépendant! Imaginez si une aviation militaire étrangère survolait le territoire suisse pour cartographier le Jura, afin de faciliter administrativement le démembrement de notre intégrité territoriale ?

Écrit par : Paul Bär | 05/01/2017

Ce qui s'est passé au Kosovo est incroyable...Le colonel Hogard parle des SAS qui auraient assisté l'UCK dans l'attaque d'un convoi de civils serbes. Il a envoyé un hélicoptère français pour les défendre et a reçu une note de son collègue anglais qui lui demandait de ne pas mitrailler ses soldats...

Écrit par : Géo | 06/01/2017

Le prêt à penser est tellement confortable! Ai voulu me reposer en début d'année avec un simple polar. Suis tombé sur "Guérilla" de Laurent Obertone. Voilà qui m'a obligé à enlever prestement toutes les grilles interprétatives. Quelque fois les fictions sont décapantes pour la réalité qui nous entoure.

Écrit par : Aubert | 06/01/2017

"...et a reçu une note de son collègue anglais qui lui demandait de ne pas mitrailler ses soldats..."

C'est à ce moment-là que j'aurais eu un "problème de radio" qui se serait traduit très vite par une "erreur" de tir.

Écrit par : Paul Bär | 06/01/2017

C'était après coup, Paul Bär. Pour la prochaine fois...
Ce petit livre n'est pas de la littérature, mais cela vaut la peine de le lire. Ce qu'il y a de fou, c'est que tout est là sous nos yeux. Mais grâce à nos médias qui camouflent ce qui est évident, tout continue à baigner dans le flou, le non-dit. L'intoxication sur Alep a atteint des sommets, surtout de la part des Français, devenus les supplétifs ou les caniches des Américains. Effet du Brexit ?
Ce qu'il y a de sûr, c'est que grâce à Internet, la crédibilité de ces journaux continue de plonger. A propos, 24 heures, devenu encore plus mince, coûte maintenant 3.80. Cherchez l'erreur...

Écrit par : Géo | 06/01/2017

Stupéfiant cet article !

Pas un mot sur la Serbie de Milosevic, qui lors de l'éclatement de la Yougoslavie en 1991 (pseudo État crée en partie par le dictateur Tito en 1945) lorsque des pays comme la Croatie, la Slovénie, la Macédoine, la Fédération de Bosnie-et-Herzégovine (excepté la République serbe de Bosnie) ont voulu leur juste indépendance (comme les anciens États de l'URSS), a envoyé l'armée Serbe (le gros de l'effectif de l'armée yougoslave était en Serbie) mettre le bordel dans tous ces pays, a commencer par la Slovénie.

Pas un mot sur le massacre de Srebrenica. Pas un mot sur tous les déplacés des Balkans à cause des guerres voulue par la Serbie.

Je ne suis de loin pas un spécialiste des Balkans, mais même dans mon ignorance, je connais la raison des guerres en ex-Yougoslavie, elle s'appelle la Serbie, dirigé par le dictateur Milosevic, qui voulait faire sa loi démentielle dans toute la région.

Bien sûr, dans les guerres, il y a des criminels de guerre dans tous les côtés. Il y a eu aussi des salauds chez les autres pays. Mais ce qui a permis à ces salauds de commettre leurs crimes, c'est le comportement inacceptable de la Serbie, qui a tout déclenché. Mais il y avait aussi des pauvres serbes démocrates qui approuvaient leurs indépendances et qui ne voulaient pas la guerre.

Et je sais aussi qui a mis fin à la folie de la Serbie et de Milosevic, c'est l'OTAN ! L'opération Opération Deliberate, en Bosnie en 1995, en moins d'un mois, et l'Opération Allied Force, au Kosovo en 1999 en quelques mois. Depuis, grâce à l'OTAN, la Serbie fait profil bas, et c'est tant mieux pour toute l'Europe, et en particulier pour toute la région des Balkans, où les enfants peuvent aller à l'école et jouer dans les terrains de jeu, sans risque d'avoir une bombe Serbe qui leur tombe sur la tête !

Néanmoins, il ne faut pas que les jeunes serbes, qui ont aussi des produits Apple américains dans leurs poches, malgré les bombardements américains en Serbie, et qui sont finalement que des homos sapiens comme les 7 autres milliards d'homo sapiens, subissent le faute des anciennes générations, et j'aspire à ce que la Serbie entre un jour dans une Union européenne plus démocratique (plus de référendum) et moins technocrate.

Écrit par : Lucignolo | 07/01/2017

Les commentaires sont fermés.