22/01/2017

Trump : le week-end noir de la presse romande

_92404023_trump1_reuters.jpg 

 

Sur le vif - Dimanche 22.01.17 - 16.06h

 

Trois jours entiers, passés à vomir sur un homme. Vendredi, samedi, dimanche. Trois jours à déverser son fiel sur le nouveau locataire de la Maison Blanche, entré en fonction vendredi, 18h. Trois jours, pour couronner des mois de démolition systématique du candidat, puis du Président élu. Contre le candidat, on encensait sa rivale, Mme Clinton. Comme l’élu, on chantait le panégyrique de son prédécesseur, Barack Obama, l’élégant danseur. Mais là, ces trois derniers jours, la hargne versée sur le nouveau Président a littéralement dépassé toutes les bornes. A la RSR, au Temps, à la Tribune de Genève, au Matin dimanche, Donald Trump fut constamment conspué, insulté, vilipendé, sans que jamais la parole ne fût donnée à ses défenseurs. Week-end noir. Week-end de la honte pour la presse romande. Pour la pluralité d’expression en Suisse romande.

 

Au matin de l’intronisation, le rédacteur en chef de la Tribune de Genève nous gratifiait déjà d’un édito en forme de démolition systématique d’un homme qui n’avait même pas encore commencé à exercer le pouvoir. On aurait cru lire le service de presse du Parti Démocrate, dont les représentants ont tant d’influence, dans le petit monde qui gravite, comme une armada d’éphémères, autour de la « Genève internationale ». On pense démocrate, on respire démocrate, on danse démocrate, on se nourrit des grands journaux démocrates et cosmopolites de la Côte Est, ceux qui ont eu la peau de Richard Nixon, pas uniquement pour des motifs de politique intérieure, en août 1974.

 

Quelques heures plus tard, l’intronisation elle-même. Je vous passe les commentaires de la plupart de ceux qui en rendaient compte en direct, où la plus extrême des perfidies le disputait à la pire des mauvaises fois. Le lendemain, samedi, édito du Temps, titrant sur un « discours populiste et de repli », passant au napalm le nouveau Président, quelques heures à peine après son entrée en fonction. On aurait cru lire, là, le service de presse de M. Soros. Le Temps, quotidien démocrate de la Côte Est, édité par la Côte Est, porte-parole de la mondialisation vue par la Côte Est, du clan Clinton, de Barack Obama, de Mme Obama, il ne manque plus à ce journal que prendre son siège social à New York, et nous livrer ses articles directement en anglais, la langue du Maître.

 

Mais le sommet de l’hystérie anti-Trump, pendant ces trois jours qui furent comme une Passion de noirceur et de haine, c’est la RSR qui l’a atteint. Dans le 12.30h de samedi, on nous annonce dans les titres que « Donald Trump met sa première menace à exécution ». Diable, qu’a-t-il fait, le forcené ? Réponse : il s’est permis de tenir sa parole de candidat en entamant le retour sur l’Obamacare. Bref, il a juste pratiqué l’alternance démocratique pour laquelle il a été élu. RSR toujours, samedi 18h : gros plans sur les manifestations anti-Trump, nulle parole donnée aux partisans du Président, non, uniquement à la représentante des Démocrates à Genève. Les Démocrates, les Démocrates, toujours les Démocrates.

 

RSR enfin, troisième exemple : dans le 12.30h de ce dimanche, Trump traité de successivement de « menteur », et de « criminel ». Un « chercheur en sciences sociales » pour l’attaquer, puis une philosophe pour juger « criminelle » sa supposée politique climatique. Tout cela, sans la moindre contradiction, ne serait-ce que dans les questions, de la part des intervieweurs, et surtout sans le moindre invité pro-Trump, dans le journal.

 

Le record ? Il a été atteint par le Matin dimanche, en pleine et perpétuelle guerre des sexes, qui ose titrer, sur toute la première page : « Un mâle au pouvoir ». Imaginez, en cas d’élection de Mme Clinton, un quelconque journal osant « Une femelle au pouvoir ». Assurément, un tel journal devrait, sous l’hystérie des huées, présenter des excuses sans tarder.

 

A l’heure où j’achève de rédiger ces lignes, dimanche 16.06h, c’est un week-end de honte pour la presse romande qui se termine. Cette presse, pendant les quatre ans qui viennent, va continuer de s’en prendre systématiquement, avec acharnement, à cet homme qu’elle ne peut tout simplement pas supporter. Il est impératif de l’équilibrer par l’émergence, puis la montée en puissance, d’une autre presse en Suisse romande. Qui, sans défendre systématiquement M. Trump, puisse illustrer les grands thèmes que sont, par exemple, le protectionnisme économique et la volonté très ferme de réguler les flux migratoires. Faute de ce contre-pouvoir, c’en est fini de la diversité d’expression, en Suisse romande.

 

Pascal Décaillet

 

 

16:06 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Mais pourquoi s'offusquer! Il y a 8 ans, ils ont donné un nobel de la paix à un type qui n'avait rien fait pour le mériter!
Se sont les mêmes aujourd'hui qui dénigrent -l'autre camp- car là il risque d'y avoir de la réussite, dès lors que les promesses commencent tout de suite par être tenues.
Pendant les 4 ans à venir gravez-vous cela dans vos têtes : "On imagine des autres que ce que l'on est capable de faire soi-même" ! Et cela va dans les deux sens; quand on est sordide, on imagine des autres qu'ils le sont, et quand on est bon et juste, on croit que les autres le sont également.

Vous avez donc les réponses et ne vous étonnez pas, c'est juste de la conformité et des évidenceds, les preuves viendront en leurs temps!

Écrit par : Corélande | 22/01/2017

Abjects les commentaires orientés des médias suisses et occidentaux durant l'investiture du nouveau président élu. La majorité silencieuse des électrices américaines ayant voté Trump ne se dandinent pas dans des foules menées par des opposantes criardes et revanchardes. Quant aux propos machos tenus par le Président, il y a prescription. Tant d'hommes se comportent ainsi dans le privé, dans le monde du travail ou du sport. Et là, personne ne descend dans la rue, silence radio. Quant aux stars du showbiz qui manifestent, quelle hypocrisie ! Avant de leur adresser des louanges, les médias ne se privaient pas d'étaler au grand jour de scabreux dérapages dans leur vie privée.

Écrit par : Dominique | 22/01/2017

Et oui on touche le fond en matière de désinformation et de mauvaise foi, l'animal doit être blessé pour se comporter aussi outrageusement.

J'ai aussi beaucoup aimé la manif "feministe" anti-Trump... Ces même féministes qui n'ont rien trouvé a redire sur la grande amitié Obama/Hillary avec l'arabie saoudite, royaume incontesté du droit des femmes...

Écrit par : Eastwood | 22/01/2017

"A l’heure où j’achève de rédiger ces lignes, dimanche 16.06h, c’est un week-end de honte pour la presse romande qui se termine."

C'est exactement ce que j'ai pensé en lisant ne serait-ce que les titres en passant par la TDG, Le Temps, 24heures.ch qui nous apprend que Doris Leuthard - qui s'agenouille devant l'UE - redoute les mesures de Trump....et surtout Le Matin.ch qui trouve HILARANT qu'un militaire - qui ne fera pas long feu - joue du trombone dès que Trump parle durant son investiture: "Le résultat est juste mythique"! Quelle élégance!? Et tout ce petit monde de monter en épingle la manifestation des féministes contre Trump et d'en rajouter sur Madona, Baldwin,etc etc... ! Ils s'en prennent aussi à la ministre Anglaise! Que faut-il à ces journaleux pour qu'ils comprennent qu'ils doivent arrêter de donner leur avis, ce qui est contraire à l'éthique journalistique. Ce qui fait dire à Trump d'après Le Temps: "Les journalistes figurent "parmi les êtres humains les plus malhonnêtes sur terre" Mais oui, Messieurs! On récolte ce que l'on sème! Faites attention car la presse suisse est lue aux Etats-Unis!

Il est plus sérieux Messieurs de vous pencher sur les incendies journaliers en Suisse dont vous passez sous silence les causes... qui deviennent "inconnues"?
2017 sera-t-elle l'annus horribilis pour les pompiers?!

Écrit par : Patoucha | 22/01/2017

Voici des nouvelles du Président américain que la presse suisse - qui fait le travail de certains médias anti-Trump - s'ingénie à faire passer pour "raciste":

Le shérif et le soldat

"Pour un raciste, Donald Trump ne semble pas hésiter à s’entourer d’afro-américains.

Ces deux là ne sont qu’un échantillon d’hommes qui risquent de jouer un rôle dans le futur gouvernement et, apparemment, ils ne vont pas jouer les noirs de service pour faire bien dans le décor.

J’imagine que les journaux comme le New York Times ou le Washington Post vont pouvoir cracher leur venin et donner toute latitude à leur ressentiment depuis l’élection de Trump.
Cela peut même être très drôle car ils ne se sont toujours pas remis du fait pourtant avéré : ils se sont plantés sur toute la ligne.

Posons-nous la question cependant : « Comment vont-ils agonir d’injures ces afro-américains qui jouent dans la cour de Trump et sont persuadés que le rétablissement d’une certaine autorité passera forcément par un autre regard que celui de l’éternel opprimé ? »

http://jssnews.com/2017/01/22/le-sherif-et-le-soldat/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+JSSNews+%28JSSNews%29

Écrit par : Patoucha | 22/01/2017

Vous auriez du lire aussi la presse américaine d'importance (Washington Post, New York Times) et même, regarder Fox News, que l'on ne peut soupçonner de sympathies à l'égard des Démocrates en général et d'Obama en particulier... Le ton de Trump, son geste du poing levé, puis les mensonges quant à la fréquentation de la séance d'investiture sont effarants.

Kellyanne Conway est allée jusqu'à inventer le terme "d'alternative facts", pour démontrer qu'envers et malgré tous les décomptes physiques des participants du 20 janvier, il y en avait 1 million et demi alors qu'en réalité, il n'y en avait qu'un demi million... Si ça n'est pas de la désinformation...

Tout cela laisse augurer d'une présidence intéressante, avec un Trump qui courra le risque de se laisser distraire par des pecadilles au sujet desquelles il tweetera sans vergogne...

Tweeter au lieu de diriger, c'est un nouveau concept. Changer d'avis et de position sur tout et rien aussi. Il faudra donc juger Trump non pas sur ses actes (qui semblent aujourd'hui erratiques, dénués de vision et de sens de la direction), mais à ses résultats.

Pour cela, il convient d'attendre, en effet. Ce qui n'empèche pas la critique lorsqu'elle est fondée ou justifiée. Et Dieu sait que Trump a lui-même alimenté cette tendance.

Écrit par : Nicolas D. Chauvet | 23/01/2017

je n ai pas une grande admiration pour ce nouveau président, mais je trouve que s acharner ainsi, le dénigrer ne pas lui laisser faire ces preuves, c en est trop. Je n ai plus regarder la tv et n ai plus lu les journaux. Quand aux stars jambes écartées ou en train de se masturber en public, elles donnent une bien mauvaise image de la femme. Trump veut redresser l économie de son pays, laissons le faire et jugeons ensuite. Peut être est ce une marionnette un macho un homme qui ne veut que paraître, peut être , attendons pour juger. Il a raison M Décaillet on n a montré qu un côté de Trump, on a laissé que les contre Trump s exprimer, il y a injustice, et ceci n est pas du bon journalisme.

Écrit par : manine | 23/01/2017

Pascal Décaillet,

Vous attirez l'attention des lecteurs sur l'attitude des médias concernant l'investiture de Donald Trump mais depuis quelques années on note un déclin progressif de l'information voilée ou déficiente à force d'insultes, d'injures,de photos ingrates enlaidissant voire ridiculisant les personnes "ciblées", sans parler du vocabulaire d'"étiquetage" qui devraient valoir aux auteurs de tels articles des procès aux amendes salées... en lieu et place des petits fours

Remarquable: c'est maintenant qu'il faudrait protéger et préserver la presse-papier que l'on a l'occasion de lire des articles ou chroniques indignes de ce nom.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 23/01/2017

(...) Faute de ce contre-pouvoir, c’en est fini de la diversité d’expression, en Suisse romande.

Mais non ! Vous l'incarnez quasiment à vous tout seul ce contre-pouvoir.
"Il n'est point nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer". C'était la devise de Guillaume le Taciturne.

Courage !

Écrit par : Michel Sommer | 23/01/2017

Pour les pseudo-journalistes qui, contrairement à Pascal Décaillet, se comportent de cette manière, voici un petit rappel de la charte de Munich, qui montre ce que devrait être le métier de journaliste:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Charte_de_Munich

En particulier les 3 derniers devoirs doivent leur être rappelés.

Écrit par : Kad | 23/01/2017

Merci M. Décaillet, tout cela est bien inquiétant, mais parmi tous " nos " quotidiens romands, quel est le moins mauvais ou le plus acceptable, que vous pourriez conseiller à ceux qui aime encore lire la presse papier ?

Écrit par : Pierre-Alain Tissot | 23/01/2017

Il faudrait envoyer cette charte aux journalistes de l'Hebdo.
Ah, mais non, trop tard :-)


PS: vivement que l'on puisse discuter sérieusement du racket de la redevance.

Écrit par : Paul Bär | 23/01/2017

Allélouia! Nous l'avions rêvé, Trump l'a fait:
https://fr.sputniknews.com/international/201701231029740219-trump-tpp-retrait-usa/
Au tour du Tafta maintenant. Cuénod disait attendons les actes. Nous n'avons pas attendu longtemps. Après le limogeage de tous les ambassadeurs, un geste déjà très fort. Seul quelqu'un avec d'immenses préjugés a pu écrire que la parole de Trump "ne signifie strictement rien". Préjugés, mauvaise foi, parce que nous sommes gentils, car d'autres hypothèses pourraient venir à l'esprit.
Donald, attention à toi! Tu es en guerre contre l'"establishment"! Souviens-toi des Kennedy!

Écrit par : dies irae | 23/01/2017

Personne n'a donc lu "Le Matin" du samedi 21 janvier ?

Je suis tombée par hasard sur l'édition en question ce lundi matin. J'ai lu les cinq pages concernant l'investiture du nouveau président, en me demandant, si les journalistes étaient en train de critiquer D. Trump, s'ils désiraient donner une image négative de lui.
Il me semble que non.
"Le Matin" est quand-même l'un des journaux les plus lus de Suisse romande.

L'édition en ligne n'est pas l'exact reflet de l'édition papier, je donne toutefois un lien, qui permet d'arriver à divers articles.

http://www.lematin.ch/monde/trump-s-attaque-loi-lassurancemaladie/story/10041191

Je ne cherche pas à faire de la pub, juste à signaler que la presse romande n'est pas ( encore) complètement unilatérale.

Écrit par : Calendula | 23/01/2017

Merci, Monsieur Décaillet,
Cela fait un bail que je lis avec plaisir vos chroniques, commentaires et considérations sur le monde dans lequel nous vivons. Vous invitez au débat et à la réflexion ; tout en gardant votre indépendance, vous partagez avec vos lecteurs votre regard et vos coups de gueule.
Critiqué, boycotté, n'est-ce pas le lot de ceux qui osent se démarquer de la ligne officielle ?
Après la scandaleuse pitoyable révoltante nauséabonde campagne présidentielle américaine, la cool attitude du prix Nobel lâcheur de bombes, les mensonges et la turpitude du gang B & H C...
Je continue de m'étonner de l'attitude pleurnicheuse des démocrates, qui des mois après persistent à refuser le vote populaire, et j'ai détesté cette critique totale de Trump, que ce soit aux Etats-Unis, en Europe ou en Suisse.
Trump n'est certainement pas un ange, mais quel plaisir d'avoir assister à ce coup de pied dans la fourmilière !
Et donc, merci pour votre article ...

Écrit par : Bernard Z | 24/01/2017

Voici un article dont je vous recommande la lecture, écrit par un Républicain que l'on ne pourra donc pas soupçonner de sympathies "libérales":
https://www.nytimes.com/2017/01/21/opinion/sunday/why-i-cannot-fall-in-line-behind-trump.html?src=me&_r=0

Écrit par : Nicolas D. Chauvet | 24/01/2017

Merci pour cette exposition de dérives journalistiques qui sont malheureusement bien trop courantes. Il serait bien d'avoir un observatoire des médias suisses (romands) à l'image d'ACRIMED en France, qui analyse et dénonce les biais malheureux que la presse majoritaire a adopté depuis trop longtemps.

Je vous conseille d'ailleurs d'aller faire un tour sur http://www.acrimed.org/ ,c'est très instructif et c'est du vrai bon journalisme =)

Écrit par : Jacques Friedli | 24/01/2017

Les commentaires sont fermés.