27/01/2017

Dany qui fait boom

images?q=tbn:ANd9GcRjpin2N19chsqyZwjpQIbC4CKsAqRV8Msx-qHo8yOcUxfXLlsx 

Sur le vif - Vendredi 27.01.17 - 16.35h

 

Inimaginable que le 19.30h TSR ait cru bon, hier soir, de donner la parole, pour la 1637ème fois, à Daniel Cohn-Bendit. Pourquoi lui ? Pourquoi maintenant ? En vertu de quelle sagacité qui serait sienne, plus qu'un autre, face aux élections françaises ?

 

Pourquoi tout cela, je vais vous le dire. Parce qu'il existe, dans les rédactions, tellement conformistes, de Suisse romande, depuis des décennies, à vrai dire depuis 49 ans, un automatisme Cohn-Bendit : "Tu as vu, Dany est de passage à Genève, ça vaut le coup de le faire venir !".

 

Dany par ci, Dany par là, conformisme de la révolte, posture de la transgression, tentative sans fin de réinventer l'esprit de Mai, qui a tant pesé sur la société, l'éducation, les sciences sociales, la culture, pendant des décennies. Au fond, ces nostalgiques de 68 sont des Docteurs Faust, ils nous imposent leur quête d'éternelle jeunesse. Entre-temps, Marguerite a vieilli, Méphisto a capitulé face au Bien, le "Mehr Licht" de Goethe mourant s'est fondu dans l'éternelle nuit du suivisme.

 

Dany par ci, Dany par là, Dany partout. Dany face à Darius, Dany dans la Julie, Dany qui fait boom, Dany qui meurt et resurgit, Dany qui passe les murailles et se rit des frontières, Dany qui reprend la Sorbonne, Dany réveilleur de jeunesses perdues, Dany le sale gamin, Dany l'éternel Gavroche.

 

Le problème, ça n'est pas Dany. Le problème, et en même temps la vraie, la seule raison de la mort des journaux, c'est le conformisme.

 

Pas celui de Dany. Celui des journalistes.

 

Pascal Décaillet

 

16:59 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Il y a longtemps que "Dany" a viré sa cuti et n'est plus ni dans la révolte, ni dans rien du tout, à part le soutien à ce qu'il y a de plus ringard dans la politique française, à un candidat qui n'a pas de politique, si ce n'est comme lui promouvoir son ego et qui ne sait que brailler pour faire le spectacle. S'il est invité partout et tout le temps, c'est que son discours est totalement inoffensif. Ce n'est pas donné à tout le monde de vieillir bien. Vaneigem revient!

Écrit par : Caramba! | 27/01/2017

Daniel Cohn Bendit qui parle de la Suisse au parlement européen après la votation du 9 février 2014, contre l'immigration de masse, où l'ancienne "figure" des étudiants de mai 68, claquant la porte au nez des étudiants suisses du programme Erasmus de l'Union européenne, 46 ans après.

Voir ci-dessous la vidéo sur youtube : "Cohn Bendit s'en prend à Gollnish Vous êtes des crétins finis !", où il exprime surtout son mépris pour le vote démocratique des suisses

https://www.youtube.com/watch?v=XTWeX_VPy0k

Darius Rochebin, la "figure" de la TSR, aurait surtout dû lui demander des explications sur ses propos lamentables qu'il a tenu au parlement européen sur les suisses.

L'évolution de Dany le rouge, me fait surtout penser à la chanson de Jacques Brel, "Les bourgeois".

https://www.youtube.com/watch?v=dCHi5apc1lQ

Écrit par : Lucignolo | 27/01/2017

« Conformisme » , le terme est encore bien aimable, Monsieur Décaillet.

Après le débat d'exception auquel nous avons assisté entre Manuel Valls et Benoît Hamon et dont vous avez, tout comme moi, relevé la qualité et plus encore, ce battage médiatique autour d’un « Rouge » qui n’a plus que cette épithète accolée au diminutif de son prénom pour faire croire qu’il a été ou serait encore de gauche, est plus que révélateur de la pensée alignée sur des intérêts bien définis.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 27/01/2017

A une époque où les rebelles d'Etat appellent à l'insurrection encadrée par les fonctionnaires de la culture et pratiquent la subversion subventionnée, l'éternel retour médiatique de Dany est dans l'ordre des choses.

Écrit par : Malentraide | 28/01/2017

A force d'être anticonformiste, on finit par inventer un nouveau conformisme au moins aussi nuisible que celui qu'on croit combattre.

Écrit par : Michel Sommer | 28/01/2017

"A force d'être anticonformiste, on finit par inventer un nouveau conformisme au moins aussi nuisible que celui qu'on croit combattre."

C'est vrai : les haut-parleurs de la génération Cohn-Bendit ont imposé les codes d'un nouveau conformisme. Ils sont devenus des professionnels de la rébellion... désamorcée.

Écrit par : Malentraide | 29/01/2017

Les commentaires sont fermés.