27/01/2017

Décaillet assume et signe

 

Sur le vif - Vendredi 27.01.17 - 19.50h

 

Depuis plus de trente ans, je milite pour la souveraineté de chaque nation, contre le multilatéralisme, pour le protectionnisme économique (j'ai tenu cette ligne, très seul, pendant toutes les belles années d'argent facile de la bulle spéculative et la folie libre-échangiste), pour un État fort, solidaire, avec des assurances sociales qui tiennent la route, comme l'est notre fleuron, l'AVS, depuis 1948. Pour la régulation des flux migratoires.

 

Depuis plus de trente ans, je milite pour une défense nationale forte, indépendante et crédible : dans ce domaine, nous ne devons compter que sur nous-mêmes : nul ne sait ce que nous réserve l'avenir.

 

Depuis plus de trente ans, je milite pour une économie de proximité, au service de l'humain et de son épanouissement, et je dénonce sans la moindre ambiguïté la primauté des financiers. Je suis moi-même, depuis onze ans, un petit entrepreneur, je sais de quoi je parle.

 

Depuis plus de trente ans, je milite pour une agriculture dynamique, inventive, protectrice de l'environnement, soutenue par l'Etat, épargnée de la férocité de la concurrence mondiale. Ce que nous pouvons produire chez nous, nous n'avons aucune raison de l'importer du bout du monde. Je suis favorable à la souveraineté alimentaire.

 

Depuis plus de trente ans, je milite pour la priorité à l'éducation. Et le retour sur les errances liées à Mai 68.

 

Tel est, en quelques mots glissés ici en trois ou quatre minutes, sans prétention exhaustive, le socle de mon positionnement politique. Dans ces choix, vous reconnaîtrez des valeurs de droite. Et aussi, sur l'aspect social et l'Etat fort, des valeurs de gauche. Je ne suis assurément ni un libertaire, ni un libéral.

 

Voyez, je suis clair. J'annonce la couleur. Je suis un homme libre, entrepreneur indépendant, ça me coûte assez cher, mais j'y tiens. Je ne rends de compte à personne. J'assume mes positions.

 

Je suis un homme seul. C'est ma faiblesse. Et c'est ma force.

 

Je vous souhaite une excellente soirée.

 

Pascal Décaillet

 

20:17 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Mais non, vous n'êtes pas seul, je partage au moins à 80% vos idées.

Ça ne peut pas être 100%, on est tous différents. Encore heureux.

Bon courage et "tout de bon", comme on dit ici.

Écrit par : petard | 27/01/2017

J'ai de la peine à voir dans cette présentation des valeurs de droite... (à part l'armée et encore). J'y vois de la solidarité, de l'écologie (produire et consommer localement), le respect de l'autre, la non globalisation de l'économie... bref de l'intelligence dans le meilleur sens du terme.

Écrit par : Caramba! | 27/01/2017

Bonjour Monsieur Décaillet excellent billet et soyez sûr que d'autres partagent les mêmes ressentis
Je suis estomaquée de voir combien sont humiliés les agriculteurs
Par des comportementalistes ,verts .écolos ou d'autres qui préférent l'animal heureux plutôt que son propriétaire obligé de se rabaisser voir de se faire piétiner par une classe politique axée sur le rendement et celui ci à n'importe quel prix
On lit dans la presse ce matin ,les tests de médicaments sur des internés n'en va t'il pas de même pour les agriculteurs mais d'une manière plus sournoise comme une sorte de JO de survie
On assiste au test de la bêtise Bio et rendement sont incompatibles
Et vive les JO de la déconnologie environnementale
Très bonne journée pour Vous Monsieur

Écrit par : lovejoie | 28/01/2017

Soyez rassuré, M. Décaillet, vous n'êtes pas seul, loin de là !
Bien à vous
A. Piller

Écrit par : A. Piller | 28/01/2017

Monsieur Decaillet, vous n'êtes évidemment pas un homme seul. Une partie de plus en plus en grande de la population souffre de cette mondialisation, et rejoint vos positions. Ce n'est pas pour rien qu'un tiers des Genevois ont voté ces dernières années pour l'UDC et le MCG. Ce qui manque c'est la traduction dans les faits de la volonté du peuple.

Écrit par : Philippe | 28/01/2017

Les corneilles volent en bande, les aigles volent seuls. :-)

Écrit par : Madelaine | 28/01/2017

Je viens grossir les rangs avec ceux qui pensent comme vous. Vous n'êtes plus seul!

Écrit par : Patoucha | 28/01/2017

@Madelaine

J'aime bien cette citation -même estropiée....... :)

Écrit par : Patoucha | 28/01/2017

Pourquoi le bon sens est-il si peu répandu ? Vos positions sont logiques, non dogmatiques et surtout humainement responsables, et je vous en félicite.
Aujourd'hui, les verts-libéraux annoncent qu'ils veulent une agriculture plus productive et proposent de minorer les droits d'importation ! Après avoir vu le documentaire de Temps Présent sur les paysans, on peut se demander si ces gens ont vraiment un QI. Pour le cœur, le débat est clos.
Continuez votre combat svp !

Écrit par : Dupont | 28/01/2017

En vous lisant, Pascal Décaillet, je pense à qui ou pour qui je voterais si j'étais en France: Mélenchon.
Marianne de la semaine écoulée lui donne la parole: Mélenchon par Mélenchon.

L'Ecologie est pour lui domaine sacré.
Le climat et tout le reste.

En souhaitant que les moins fortunés se tournent non vers Marine Le Pen mais vers lui.
En aucun cas vers Macron ou Fillon.
Bon dimanche.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 29/01/2017

Bonjour Monsieur Décaillet permettez que je revienne sur la problématique des agriculteurs
Il y a une sacré similitude entre ce qu'ils vivent et ce qu'ont vécu les Inuits ou de nombreux anciens se sont suicidés suite à l'interdiction de chasser qui leur avait été imposée par des petits dictateurs membres d'une ONG européenne
Ce new âge tellement vanté par de nombreux groupes doit il se construire sur des montagnes d'humains obligés de se suicider car ne trouvant pas d'oreilles attentives pour freiner ces mouvements qui veulent tout diriger mais en supprimant des gens vieillissants ou serait-ce une nouvelle stratégie pour éradiquer une surpopulation qui elle n'a jamais été prouvée
Très bonne journée

Écrit par : lovejoie | 29/01/2017

On ne saurait douter de la sincérité de vos intentions et de votre message politique. Au demeurant, il convient de se rappeler que nous vivons au XXIe siècle, et non plus au milieu du précédent, dans les années quarante durant lesquelles la Suisse avait - à juste titre - adopté la position du hérisson.

En matière de défense, tout d’abord, le mythe de l’armée suisse, la meilleure du monde selon Ueli Maurer, relève d’une icône de carte postale revue par Plonk et Replonk… Ce pays pourrait-il se défendre seul, avec ses moyens technologiques actuels? Il est permis d’en douter.

L’autosuffisance agricole est également un mythe… Avec le niveau actuel de sa population et ses habitudes de consommation, la Suisse ne peut matériellement pas assurer son indépendance alimentaire. Nous ne sommes plus dans les années quarante où l’on cultivait dans les parcs publics et sur les toits, dans le cadre de l’économie de guerre!

L’éducation, oui, en effet, les soixante-huitards (dont je suis) ont fait pas mal de dégâts… Jusqu’à l’actuelle conseillère d’état chargée de l’instruction publique genevoise…

Tout cela pour dire qu’il devrait être possible d’être patriote tout en voulant une Suisse moderne, ouverte qui ne se retournerait pas sur un passé assez lointain à la moindre des menaces, réelles ou imaginées…

La carte postale du chien Saint-Bernard posant devant le Cervin, c’est bon pour les touristes, mais surtout pas pour les habitants d’un pays qui sait vivre harmonieusement dans son époque. Et ce type d'harmonie se travaille, se recherche par la prospective, pas par le repli sur soi qui n'est que le reflet de la peur du changement.

Écrit par : Nicolas D. Chauvet | 29/01/2017

La modernité n'est pas, loin s'en faut, promesse de progrès dans tous les sens et domaines.

Le message politique de Monsieur Décaillet est tout sauf vieillot.
A voir le "moderne" marasme contemporain.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 29/01/2017

Je suis pleinement dans votre positionnement mais à part piocher à gauche et à droite, je ne retrouve ces idées en totalité dans aucun parti

Écrit par : Eric C. | 30/01/2017

Seul non, votre force est de susciter l'intérêt de vos lecteurs et téléspectateurs qui approuvent la justesse, le sens et l'orientation de vos commentaires journalistiques.

Écrit par : Aurélien | 30/01/2017

« FAITES L’AMOUR PAS LA GUERRE »

Voyant ce slogan écrit sur un mur, Raymond Devos s’est exclamé :

« IL Y EN A PEUT-ÊTRE QUI AIMERAIENT FAIRE AUTRE CHOSE ! »



« VOUS ÊTES DE DROITE OU DE GAUCHE ? »

Entendant cette question, je m’exclame :

« IL Y EN A PEUT-ÊTRE QUI AIMERAIENT ÊTRE D’AILLEURS ! »

Écrit par : Philippe Le Bé | 30/01/2017

Les commentaires sont fermés.