03/02/2017

La conversion de Constantin

1.jpg

Sur le vif - Vendredi 03.02.17 - 19.00h

 

Le métier de directeur de prison n'est pas nécessairement, à première vue, le plus drôle qui soit. Je n'ai, de ma vie, jamais mis les pied dans une prison, si ce n'est, en 1983, pour rendre visite à un ami, objecteur. Alors que j'étais moi-même sous les drapeaux, pour payer mes galons !

 

C'est un monde que je ne connais pas. Tout au plus ai-je toujours, dans le vaste atelier de mes désirs, le projet de faire un jour, avec mon ami Alberto Velasco, une émission de radio en milieu carcéral. Pas une seule émission : un rendez-vous, régulier, pour les détenus, les gardiens, tout le monde de l'établissement. J'espère, un jour, malgré la forêt d'obstacles administratifs, concrétiser cette vieille idée, qui me trotte dans la tête.

 

Je ne connais pas le monde de la prison, mais je connais un peu Constantin Franziskakis. Je veux témoigner d'un homme à la rare épaisseur, attentif à l'absolue primauté de l'humain sur toute autre considération. Un homme d'ouverture et de culture, nourri de racines et de valeurs. L'Histoire. L'engagement. Le sacrifice. Les cimetières militaires. Les livres. La Méditerranée. Le moins qu'on puisse dire, c'est que ça me parle. Bref, l'antithèse du grimpaillon, aux dents qui rayent le plancher.

 

Après les années qu'il a passées à Champ-Dollon, comme directeur, M. Franziskakis va, entre autres, étudier en profondeur le phénomène de radicalisation. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il va s'atteler à une tâche d'utilité publique, de premier ordre.

 

A cet homme de valeur et de vibrations, j'adresse mes vœux les plus chaleureux, pour la suite.

 

Pascal Décaillet

 

19:25 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

"Tout au plus ai-je toujours, dans le vaste atelier de mes désirs, le projet de faire un jour, avec mon ami Alberto Velasco, une émission de radio en milieu carcéral. Pas une seule émission : un rendez-vous, régulier, pour les détenus, les gardiens, tout le monde de l'établissement. J'espère, un jour, malgré la forêt d'obstacles administratifs, concrétiser cette vieille idée, qui me trotte dans la tête. », écrivez-vous, Monsieur Décaillet.

Je vous le souhaite très vivement, de pouvoir concrétiser cette « vieille idée » telle que vous la formulez avec « tout le monde de l’établissement » car elle paraît excellente à maints égards.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 03/02/2017

Les commentaires sont fermés.