05/02/2017

Les sujets "de société" et le déclin de la presse romande

lefroufrou.jpg 
 
Sur le vif - Dimanche 05.02.17 - 18.29h
 
 
Dans mon édito d'hier sur la presse romande, "ce qui la tue", j'ai dit un mot de l'importance délirante prise, depuis des décennies, par les sujets "société". J'ai dit aussi le rôle joué par l'idéologie de Mai 68 dans cette tendance. Nous sommes là dans un thème très important pour moi, fondateur de tant de mes combats.
 
 
Mon problème avec Mai 68 n'a jamais été de type "droite-gauche" : à bien des égards, sur le rapport à l'Etat, à la nation, à la sécurité sociale, à la santé publique, à la solidarité et la cohésion nationales, je suis sans doute plus à gauche que bien des soixante-huitards. Combien d'entre eux, d'ailleurs, libertaires pour lancer le pavé, ne sont-ils pas devenus libéraux, voire ultra, la quarantaine surgie, qui coïncidait avec les années de Veau d'Or, et d'argent facile ? Pendant ce temps, très seul dans la presse romande, je combattais la dérive spéculative et financière, rappelais la philosophie de Léon XIII, d'Emmanuel Mounier et de la Revue Esprit, insistais pour que l'économie demeurât au service de l'humain, de son épanouissement, non le contraire.
 
 
Non. Mon problème avec Mai 68 est qu'ils n'ont cessé de mettre en avant, non des sujets politiques, mais des sujets "de société". Or, ces sujets-là ne n'intéressent pas. Ils ne m'ont jamais intéressé. Prenez mes textes, je ne m'exprime pas sur eux. Je suis plutôt un homme passionné par l'Histoire, ou plutôt chaque Histoire spécifique à chaque nation, principalement la France, l'Allemagne, la Suisse, les Balkans, mais d'autres aussi. J'ai lu des milliers de biographies historiques, beaucoup plus que de romans. C'est ainsi.
 
 
Et puis, j'aime la langue. La poésie. La musique, plus que tout. Et puis, observer la nature.
 
Mais je n'ai aucun avis particulier sur les questions "de société" qui agitent tant l'espace public depuis Mai 68, et la presse romande depuis les années 80, et surtout les années 90, où ces sujets ont explosé dans les médias. Apparition des "pages société", puis de "cahiers société", et même de "magazines société". Cette presse-là ne m'intéresse pas. Elle n'est pas ma tradition personnelle.
 
 
Je ne nie en aucune manière à cette presse le droit d'exister. Mais je dis qu'elle a pris trop de place, que les sujets "magazine", dans les années cossues des rédactions (qui sont bien finies !), relevant du luxe et non de la nécessité, ont pris un tel empire que certains en ont oublié les fondamentaux du journalisme : traiter l'actualité au jour le jour, avec la rigueur d'un métronome et l'ascèse infatigable, interroger le politique avec une distance critique, décrypter sans concession les mécanismes du pouvoir, proposer sans relâche une mise en contexte historique, une lecture diachronique, analyser plutôt que moraliser. Informer plutôt que distraire.
 
 
Sur cette inflation des questions de société dans la presse, j'aurai l'occasion de revenir. Nous sommes là dans l'une des causes du déclin de nos journaux, en Suisse romande. On ne peut tout de même pas tout mettre sur la férocité des méchants éditeurs, de Berlin ou d'ailleurs.
 
 
Pascal Décaillet
 
 
 
 

18:29 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Sans doute serait-il utile que vous expliquiez - ou mieux, que vous définissiez - ce que vous entendez par ces abhorrés "sujets de société".

Car la politique, c'est également un "sujet de société". Et donner son avis sur tout n'est pas vraiment du journalisme, ni de la politique d'ailleurs.

Vous faites une critique sévère de la presse de Suisse romande que je partage, bien moins en raison des sujets qu'elle traite qu'à cause de sa fondamentale médiocrité. Il en va de même d'ailleurs pour la presse audio visuelle.

Sujets raccoleurs plutôt que de société ou de politique (je me rappelle d'une couverture du défunt Hebdo qui annonçait un article sur les lieux échangistes de Lausanne), journalistes s'exprimant mal et posant des questions fermées, et publiant des articles truffés de fautes d'orthographe ou de français, c'est cela, la presse romande.

Ajoutez à cela qu'il n'existe aucun moyen de faire du journalisme d'investigation sérieux dans ce pays...

Quant à parler de lecture diachronique, mon bon monsieur, je serais bien étonné qu'un seul de vos confrères comprenne de quoi il s'agit.

On a la presse que l'on mérite, vraisemblablement.

Écrit par : Nicolas D. Chauvet | 06/02/2017

Bonjour Monsieur Décaillet très bon billet d'ailleurs ne pas moraliser et surtout savoir instruire c'est ce que réclament de nombreux non internautes qui depuis 49 avaient appris é différencier le vrai journalisme de celui qui se prend pour mais qui n'a rien à envier aux pipelettes de l'époque des Ducs de Guise
Très bonne journée pour Vous Monsieur

Écrit par : lovejoie | 07/02/2017

Les commentaires sont fermés.