08/02/2017

Un homme d'honneur quitte Champ-Dollon

1.jpg 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 08.02.17

 

Il est assez rare, quand on interroge un enfant dans une cour d’école, sur le métier de ses rêves, qu’il vous sorte : « Je veux être directeur de prison ». Fonction réputée ingrate, difficile, cadre de travail pas franchement rigolo, énormes tensions à gérer, avec les détenus, le personnel, l’autorité politique, l’opinion publique. Bref, les gens reconnaissent qu’il faut bien quelqu’un pour diriger les prisons, mais en tout cas pas eux. Il existe pourtant un homme, à Genève, qui, pendant neuf ans, a assumé cette fonction avec ascèse, intelligence, connaissance du terrain, humanisme. Il s’appelle Constantin Franziskakis. Un remarquable serviteur de l’Etat, apprécié à l’interne, appelé par Pierre Maudet à exercer de nouvelles fonctions, au Secrétariat général du Département. Aspiration vers le haut qui ressemble à une promotion, mais peut, tout autant, être interprétée comme une mise à l’écart du terrain, un placard.

 

J’ai la chance de connaître un peu M. Franziskakis. Je veux d’abord saluer l’homme de culture et d’ouverture, passionné d’Histoire, celle de la Méditerranée comme celle des deux Guerres mondiales. Il y a, chez cet homme, une connaissance du tragique et une passion du sacrifice collectif, qui l’amène à se passionner pour les cimetières militaires, les lieux de mémoire (dont parle si admirablement l’historien Pierre Nora), les fragiles reliques de ce qui emporta le vingtième siècle, des plaines de Pologne à la ligne bleue des Vosges. C’est dans ce cadre, je crois, que le directeur de Champ-Dollon place la mission qui lui est confiée : service de l’Etat, là où on l’appelle, y compris dans le champ pénitentiaire, vers lequel les vocations ne se précipitent pas.

 

A part une visite à un ami objecteur en 1983, je n’ai jamais mis les pieds dans une prison. Mais nous pouvons imaginer la dureté de cet environnement, pour tous : les détenus évidemment, mais aussi les gardiens, dont il faut saluer l’engagement et le dévouement, le personnel administratif, infirmier, etc. Un monde à part, avec sa logique, que le directeur sortant connaît admirablement. Imaginez les neuf années dans lesquelles il a accompli sa mission : pics de surpopulation, tensions entre ethnies, personnel parfois épuisé. C’est presque un miracle, dans ces conditions, que le plus grave ne se soit pas produit. La personnalité du directeur, entre autres facteurs, y a joué un rôle. C’est cela qui compte, cette fibre humaine, ces antennes, bien plus que les relations difficiles avec la hiérarchie, celle qui chapeaute le monde carcéral genevois. Nous sommes dans un secteur tellement fragile, délicat, que la psychologie y tient une place immense. Elle n’exclut pas la fermeté, mais réduit l’arbitraire, tente de placer l’humain au centre.

 

Evacué vers le haut, Constantin Franziskakis s’occupera, entre autres, de la radicalisation et de l’extrémisme violent. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il demeurera dans l’actualité la plus brûlante de nos sociétés. Je souhaite bonne chance à cet homme d’honneur, et espère vivement que Champ-Dollon demeurera un lieu où la dimension humaine sera prise en compte.

 

Pascal Décaillet

 

 

11:52 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.