12/02/2017

RIE III : le glas de l'arrogance

2910925.image?w=700&h=393 

Sur le vif - Dimanche 12.02.17 - 14.41h

 

RIE III, refusée au niveau national, refusée à Genève. Depuis des semaines, des mois, sur ce blog, nous dénoncions, dans la campagne, la politique du pistolet sur la tempe. Le chantage à l’absence de Plan B. Surtout, l’arrogance de certains élus, dans la droite d’idéologie libérale, qui ne cessent, depuis des décennies, du haut de leur complet-cravate, de nous enseigner l’économie, comme s’ils étaient les seuls à la comprendre. Comme si le petit peuple, celui qui se lève pour aller travailler, contribue de toute sa sueur à la vitalité des entreprises, n’était pas le mieux placé pour saisir ce qu’est le travail, le mérite, l’inventivité, ce que vaut l’argent, une fiche de salaire, une contribution sociale.

 

Alors, ce petit peuple, sous prétexte que l’OCDE a édicté de nouvelles règles pour harmoniser les taux d’imposition, on lui a flanqué une arme chargée sur la partie temporale de la tête, on lui a hurlé pendant des mois qu’il devait à tout prix voter oui, que sinon ce serait la catastrophe. Ce petit peuple, on a passé des mois à lui faire la leçon. On lui a expliqué, doctement, les mécanismes de l’économie, comme s’il n’était pas capable, par son expérience professionnelle, y compris dans les fonctions les plus modestes, de les comprendre par lui-même. On lui a imposé une théologie de la vérité économique. Il fallait avaler le dogme, ou mourir. Le peuple a refusé le dogme, et il a parfaitement survécu.

 

A Genève comme dans la métropole lémanique, comme à Zurich ou à Bâle, où ces enjeux de multinationales sont bien réels (ailleurs, ils sont perçus comme lointains), il va falloir maintenant réinventer le modèle économique, ce qui n’a guère été fait ces dernières décennies. Si les multinationales, à Genève, ont pris un tel poids, c’est peut-être qu’en haut lieu, on a investi de façon totalement exagérée dans cette forme de profit facile, mais dénué de toute garantie de longévité. Dénué de toute assurance d’emploi durable pour nos résidents.

 

A cet égard, s’il n’était guère étonnant de voir les libéraux s’engouffrer dans ce modèle, donc dans la défense extatique de RIE III, il le fut bien davantage de voir la docilité du PDC à les suivre le doigt sur la couture du pantalon, et même celle d’une partie d’une droite que, pour notre part, nous voulions croire non libérale, protectionniste, attachée aux petites gens. Il y a eu là comme le mirage d’un ralliement généralisé dont il sera passionnant, rétrospectivement, de démêler l’histoire.

 

Prenons Genève. La grande leçon de cet échec, c’est qu’il faut maintenant orienter les décennies qui nous attendent sur une absolue primauté à nos PME. Le temps des petits et moyens entrepreneurs a sonné. Le temps de les respecter. De les encourager. De leur donner la parole. De leur faciliter la tâche administrative. De valoriser ceux qui forment des apprentis. L’obsession de quelques leaders de droite libérale, avec hélas leurs affidés PDC et d’ailleurs, pour les multinationales, c’est terminé. En tout cas, qu’ils ne s’avisent plus de venir nous faire la leçon. Le peuple veut un autre modèle économique. Plus proche des gens. Plus diversifié. Moins arrogant. Moins tenu par les actionnaires et les milieux financiers. Inventer ce nouveau modèle, c’est le défi des années qui nous attendent. Avec ou sans les multinationales.

 

Pascal Décaillet

 

 

14:41 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Quel est le pourcentage des votants genevois ? Merci!

J'étais pour mais n'ai pas, pour une fois, voté, d'oú ma question.

Écrit par : Patoucha | 12/02/2017

Désolé mais je ne partage pas la tonalité de votre phrase :

"sous prétexte que l’OCDE a édicté de nouvelles règles pour harmoniser les taux d’imposition".

Ce n'est pas un prétexte mais la réalité que l'OCDE entend imposer "ses règles" à notre pays avec sur le fond, et c'est le piquant surréaliste du résultat de cette votation, le soutient dogmatique de la gauche pour surtaxer les multinationales.

Cette RIE III concrétisait la SOUMISSION aux dictats de l'OCDE et NON une solution helvétique.

La votation passée et heureusement refusés, j'exprime maintenant mon incompréhension du soutien de l'UDC à cette réforme dont la finalité aurait réduit d'autant l'indépendance, le souverainisme de notre Pays.

Il n'y avait pas que les dirigeants de la gauche qui y étaient opposés...

Écrit par : Patrick Lussi | 12/02/2017

Le peuple a choisi, il a le dernier mot. L'UDC suisse a été assez divisée sur ce sujet et n'a visiblement pas toujours suivi son Conseiller fédéral. Pas facile non plus pour notre Conseil d'Etat qui se retrouve avec une équation compliquée. Je lis derrière le vote des Genevois l'inquiétude d'un développement sans frein dans un canton minuscule et une absence de vision, car quand on sera 600'000 on nous dira qu'il faut encore 100'000 de plus pour continuer à tourner. On a toujours choisi la fuite en avant, repoussant les terres agricoles chaque fois plus loin de la ville et pour la première fois de notre histoire nous sommes face à des limites physiques de territoires qui laissent les décideurs désemparés. Comment faire croire que notre qualité de vie sera la même quand tout sera bétonné?La densification de l'habitat a aussi ses limites. Quel sens donner à notre existence, à celle de nos enfants, n'y at-il que le toujours plus pour être heureux? Les débats sur le futur de notre société promettent d'être passionnants.

Écrit par : Leyvraz | 12/02/2017

Et donc toutes les magouilles genevoises autour de cette "réforme" tombent à l'eau. Plouf. Que de temps et d'énergie perdus. Par soumission à des juges étrangers. Toujours la charrue avant les bœufs. C'est-à-dire passer par dessus la volonté du peuple. On va encore faire des envieux en France et ailleurs. Eux ils ne peuvent JAMAIS voter sur les impôts qui baissent avant les élection et montent aussitôt après. Tartufes en politique.

Écrit par : Charles | 12/02/2017

« j'exprime maintenant mon incompréhension du soutien de l'UDC à cette réforme »

Nous, les vrais "nauséabonds" sympathisants occasionnels UDC, on était contre. Ceux qui étaient "pour", sont les faux UDC tendance de ceux qui profitent du label uniquement pour cause de "rampe de lancement" ou de "catapulte" électorale plus efficace qu'au PLR-PDC.

Écrit par : petard | 12/02/2017

Le non à RIE III, source, petites pousses d'espoir.

Non à l'arrogance des "Superbes".

Comme écrit promis dans et par la Bible "Superbes qui finiront par rentrer chez eux les mains vides"!

et NON à la stratégie consistant à manipuler les salariés par le moyen de la peur et de la peur du lendemain.

Qui "déchante" en ce soir de résultat des votations!?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 12/02/2017

Pascal Couchepin et Bernard Rueger faisant office pour moi de "boussoles sud", j'ai voté blanc.

Écrit par : Paul Bär | 12/02/2017

Tout-a-fait d`accord.

Écrit par : jean jarogh | 13/02/2017

"Prenons Genève. La grande leçon de cet échec, c’est qu’il faut maintenant orienter les décennies qui nous attendent sur une absolue primauté à nos PME."

Allez dire ça à Maudet qui a fait passer en force sa Lex Uber et qui met en faillite les dernières entreprises de taxi à Genève.

Écrit par : Pierre Jenni | 13/02/2017

Ce sera juste moins arrogant quand il va falloir retrouver de l'emploi et compenser les pertes (jusqu'à 5 milliards) par une nouvelle imposition (augmenter le taux) sur les personnes physiques.

Bon réjouissez-vous cela va déjà commencer cette année avec le plafonnement des frais professionnels à l'IFD (pour certain c'est entre 1'000 et 2'000 de plus....merci la FAIFF) et à Genève je crois que le canton s'y est mis aussi en plafonnant à Fr. 500.-)

A ce jeu-là on a oublié totalement les PME suisses qui vont être pénalisées encore car payant plus et perdant ainsi des moyens d'investissements.

Vos emplois sont vraiment dans la balance et faudra pas venir pleurnicher!

Écrit par : Corélande | 13/02/2017

Non à la naturalisation facilitée, non à Forta et, non à RIE3. Je suis cohérent au moins, contrairement à tous les partis. Que le PS n'exhulte pas trop, ce n'est en tout cas pas à cause d'eux que la RIE3 a été refusée.

Écrit par : Laurent Lefort | 13/02/2017

Les commentaires sont fermés.