13/02/2017

Conservateur, social, républicain

R260174152.jpg 

Sur le vif - Lundi 13.02.17 - 15.01h

 

D'aucuns se prétendent conservateurs libéraux. J'en prends acte. Pour ma part, il y a oxymore, ou tout au moins paradoxe, entre ces deux mots.

 

J'ai sans doute, dans mon rapport à la politique, des éléments qu'on peut qualifier de conservateurs. Je ne les nie pas. Mais je n'en ai assurément aucun qui puisse se rattacher au libéralisme économique. C'est un grand mouvement de pensée, que je respecte, mais que je combats. Ils sont pour le libre échange, moi pas. Pour la libre circulation, moi pas.

 

Ils sont contre l'Etat, je suis pour, et même pour un Etat fort, ce qui ne signifie évidemment pas tentaculaire, encore moins pléthorique dans le nombre de ses fonctionnaires. En matière de défense nationale, de sécurité des personnes et des biens, d'éducation, de santé publique, de grandes assurances sociales, de soutien à l'agriculture et à l'industrie, je veux l'Etat. En matière d'énergie, aussi, de grandes infrastructures.

 

Ils sont pour le dogme de libre concurrence. Je suis pour limiter cette dernière dans certains domaines, comme l'agriculture, afin de préserver nos producteurs locaux. C'est une forme de protectionnisme, j'en conviens, je l'assume. Je me bats depuis des décennies pour cela, j'ai traversé, fort seul, les années 1990 et 2000, en plaidant pour ces choses-là, alors que d'innombrables, autour, nous chantaient les miracles du capitalisme financier, mondialisé.

 

Ils se disent conservateurs libéraux. On les trouve aux Etats-Unis, en France avec M. Fillon, dans une certaine partie de l'UDC. Pour ma part, je suis un conservateur social. Attaché à la valeur du travail, comme l'a toujours été mon père, qui aurait fêté aujourd'hui, 13 février, ses 97 ans. Attaché, aussi, à la cohésion du pays, à une juste répartition des richesses. A une attention aux plus démunis. Prenez les arguments des conservateurs catholiques, vaincus et minoritaires depuis novembre 1847, en Suisse, entre 1848 et 1891. Vous y trouverez, face au progrès industriel incarné par les radicaux, face à la montée en puissance des pouvoirs financiers dans notre pays, certaines inflexions qui pourraient, peut-être, se faire entendre dans mon discours.

 

Prenez l'inoubliable Encyclique "Rerum Novarum", réponse à la condition ouvrière et aux méfait sociaux de la Révolution industrielle, oui prenez-le, ce texte lumineux de 1891, rédigé par Léon XIII, le Pape du Ralliement à la République, et vous accéderez à l'une ou l'autre source, non négligeable, des flux de philosophie politique qui me traversent. Il y est dit, constamment, que l'économie doit être au service de l'humain, de son épanouissement, et non l'humain au service de l'économie. Le travail doit nous libérer, pas nous asservir.

 

Ils se disent conservateurs libéraux. Moi, je suis un conservateur social. Patriote. Et passionnément républicain.

 

Pascal Décaillet

 

15:35 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

"Le travail doit nous libérer, pas nous asservir."
Bref vous êtes travailliste dans le meilleur sens du terme. Vous n'allez pas accepter, mais vous représentez une gauche plus à gauche que la "gauche" officielle qui a vendu son idéologie pour un plat de lentilles (l'Union Européenne, par exemple).

Écrit par : Charles | 13/02/2017

Euh... un conservateur social c'est de quel parti ?
Il vous faudra vraisemblablement le créer car je le vois pas dans le paysage politique. Il y bien ceux qui se disent ni de gauche, ni de droite comme le MCG qui ne fait qu'osciller ou un Macron qui se revendique des deux pour ratisser large.
C'est aussi tout le paradoxe de l'UDC déchirée entre son aile conservatrice agrarienne et libérale blochérienne.
Je partage votre sensibilité avec une réserve sur les moyens de parvenir à un Etat fort. Car notre démocratie parlementaire dysfonctionne sérieusement et une réforme ne suffirait pas.
Le salut viendra peut-être avec les outils numériques qui devraient favoriser aussi une disruption salutaire de nos institutions.

Écrit par : PIerre Jenni | 14/02/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.