21/02/2017

François Bayrou, trop superbe solitaire

Francois-Bayrou_scalewidth_630.jpg 
Sur le vif - Mardi 21.02.17 - 15.35h
 
 
J'apprécie énormément François Bayrou, c'est un homme d'intelligence et d'unité, son modèle est le Roi Henri IV, celui qui sut mettre fin aux Guerres de Religion, entrer dans Paris (au prix d'une messe), réconcilier le pays, après d'immenses épreuves. Si l'intime connaissance de ces épreuves vous intéresse, je vous recommande l'un de mes livres préférés, Les Tragiques, d'Agrippa d'Aubigné (1552-1630), un homme que Genève connaît bien.
 
 
J'apprécie Bayrou, et les plus fidèles d'entre mes lecteurs se souviennent que je l'avais soutenu avec ardeur, dans cette magnifique campagne de 2007, où il avait été, vu ses moyens, un héroïque troisième homme. Je ne partage pourtant pas du tout ses thèses européennes, mais l'homme me plaît, la patience avec laquelle il creuse son Sillon, d'aucuns comprendront les raisons philosophiques et littéraires de ma majuscule, à ce mot.
 
 
J'apprécie Bayrou, François Mitterrand avait dit qu'il serait un jour Président, il ne l'a pas dit de beaucoup d'autres, en tout cas pas de Rocard, ni de Jospin.
 
 
J'apprécie Bayrou, il pourrait être un rassembleur, comme l'avait été, naguère, le Roi Henri. Mais hélas, il y a un problème : le Béarnais est un homme seul. Il n'a pas de troupes. Or, le système d'élection du Président de la Cinquième, depuis la réforme de 1962, taillée sur mesure pour Charles de Gaulle, cette machine majoritaire, à deux tours, implique que les candidats aient derrière eux une véritable armée.
 
 
François Mitterrand, le politicien le plus habile de la Cinquième République, avait mis 23 ans à la constituer, cette armée : entre 1958 et 1981. En passant par l'Observatoire (1959), la présidentielle de décembre 1965, la prise à la hussarde du PS à Epinay-sur-Seine, en juin 1971, la présidentielle de 1974, pour enfin construire la superbe victoire du 10 mai 1981. A chaque défaite, ce diable d'homme se renforçait ; au fil des années, ses troupes augmentaient.
 
 
Bayrou, hélas, n'en est pas là. Il partage avec Pierre Mendès France, l'exceptionnel Président du Conseil de juin 1954 à février 1955, un trait de caractère funeste dans une mécanique majoritaire : celui d'être un solitaire ombrageux, persuadé d'être le meilleur, ciselant son indépendance plutôt que de forger une armée. Cela donne de magnifiques individus, idéaux pour biographes et romanciers, mais rarement des vainqueurs de grandes batailles.
 
 
Dans ces conditions, à la fois je souhaiterais vivement que François Bayrou se lance dans l'arène des présidentielles 2017, à la fois je ne le créditerais, hélas, en ce 21 février, que de fort peu de chances. Une telle bataille se prépare des années à l'avance, il faut conquérir les âmes, exercer les troupes au combat. Je crains que le Maire de Pau, qui eût fait une carrière d'exception dans le système proportionnaliste de la Quatrième République, ne puisse conquérir un bastion aussi difficile, dans l'implacable mécanique majoritaire.
 
 
Pascal Décaillet
 

15:35 Publié dans Chroniques Matin dimanche, Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (18) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

C'est vrai Monsieur Décaillet...Bayrou est bien. Et c'est pour ça que personne ne le voudra jamais :-)

Écrit par : absolom | 21/02/2017

Avec un tel système il aurait ses chances :
https://sciencetonnante.wordpress.com/2016/10/21/reformons-lelection-presidentielle/

Écrit par : Pierre Jenni | 22/02/2017

Je verrais plutôt un système comme au tennis pour un tournois de grand chelem: qualifications selon "points ATP" pour participer au 16e, puis 8e, quart, demi et finale.

Les duels auraient la forme d'un débat télévisé entre les candidats qualifiés. Le vote se ferait sitôt après le débat dans un laps de temps d'une heure. Avec au minimum 5 mio d'électeurs inscrits.

Avec le vote par internet pour chaque duel. Le tout ne prendrait pas plus de 15 jours comme dans un tournoi.

Écrit par : petard | 22/02/2017

« Avec un tel système il aurait ses chances»

ça a l'air bien, mais là vous demandez à l'électeur de trop réfléchir... ça ne marche pas. Déjà que dire oui ou non, ça fatigue 50% de la population.

Dans le fond, pourquoi vouloir le bien d'un peuple qui n'en a rien à cirer lorsqu'il s'agit de prendre ses responsabilités.

Ici, les Français auraient le choix entre un type bien et des crétins. Ils prendront un crétin.

Écrit par : petard | 22/02/2017

François Bayrou, il l'a écrit au moment de la présidentielle qui devait mener M. Sarkozy au pouvoir: nommé à la présidence lui, Bayrou, ne choisirait pas les ministres en fonction du ou de leurs partis mais selon les compétences de chacun

ce qui serait assurément "métamorphoser" les mœurs politiques!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 22/02/2017

Il a pourtant fait une erreur magistrale en recommandant de voter pour Hollande. Et maintenant il fait la même en faisant une alliance avec Macron.

Franchement les français ne vont plus savoir à quel -saint- se vouer.

La seule alternative et en guise de désespoir ils voteront pour Marine Le Pen, même au 2ème tour.... et au moins ils auront le droit de voir autre chose, une autre politique qui aura en point de mire....le courage de changer les choses à la mode (ou sauce) Trump!

Écrit par : Corélande | 22/02/2017

Corélande,

Nous avons entendu aux nouvelles il y a quelques temps que les progrès auxquels a travaillé Hollande se deviendront perceptibles que dans un certain temps.
Méthode Coué, pas méthode Coué?

Corélande, jureriez-vous que, sans oublier le cirque (comme pour Jean-Marie le Pen, autrefois) au cas où Marine le Pen l'emporterait au premier tour, jureriez-vous, Corélande, que les Français ne finiraient pas pour voter pour un Hollande changeant d'avis en rempilant?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 22/02/2017

« Et maintenant il fait la même (erreur) en faisant une alliance avec Macron.»

C'est effectivement très décevant. Mais voyons ça de manière "pragmatique":

Ce ralliement ne s'est certainement pas fait de gaieté de coeur. Se sachant perdu au cas où il se serait présenté (pour les raisons que l'on sait), il préfère ce ralliement qui lui permet de placer quelques pions. Espérer au mieux une place de 1er ministre, infléchir certaines positions de Macron.

Ceci dit, ce ralliement, va encore renforcer les positions du FN. Nombre de Républicains ne laisseront pas passer ce qui peut être interprété par eux comme un camouflet

Écrit par : petard | 22/02/2017

"Il a pourtant fait une erreur magistrale en recommandant de voter pour Hollande." Macron n'étant qu'un avatar de Hollande, rien de plus normal...

Écrit par : Géo | 22/02/2017

C'est avant qu'il fallait écouter Bayrou Corélande...bien avant...

Ca fait un moment qu'il a raccroché...et je le comprend :-)

Écrit par : absolom | 22/02/2017

Corélande a raison surtout quand on regarde les infos sur la France et toutes les annonces bidouillées pour inciter l'électorat ^à voter pour tel parti plutôt qu'un autre
Tout est bien agencé au niveau informations nationales
On sait que TF1 chaine publique est championne en la matière
Chez nous aussi les drones étant interdits on comprend mal les raisons d'un positionnement presque tous les soirs dans le ciel au dessus de la localité d'un tel engin mais peut-être est -ce aussi une manière d'influencer l'électorat pour les prochaines élections qui ont lieu sous peu
Afin que le peuple soit à nouveau aussi gendarmé que lors de la mise en route des sacs taxés certains sont prêts à n'importe quoi
Ce qui paradoxalement permet a d'autres d'organiser des baisses de courant non annoncées il va de soi mais qui font courir soit pour acheter des ampoules neuves ou se faire contrôler la vue ,vive les chantages électoraux et commerciaux

Écrit par : lovejoie | 23/02/2017

Je dois être mauvaise langue et je résiste à la tentation de toujours tout critiquer.
Mais cette alliance de François Bayrou avec Emmanuel Macron m'apparait comme une stratégie de bas étage, parfaitement opportuniste, pour occuper une place de choix dans le gouvernement du seul qui pourrait faire barrage au Front national.
Finalement, dans le plus grand dépit et sans oser l'avouer, je gage que nombre de Français vont se retourner vers la seule alternative à cette classe politique d'énarques indéboulonnables.
Autant accélérer la déchéance et surfer sur la vague populaire pour faire exploser les structures. Les fondations sont mauvaises, il vaut mieux raser l'édifice.

Écrit par : Pierre Jenni | 23/02/2017

En fait, Pierre Jenni, l'alliance de François Bayrou avec Emmanuel Macron est-elle stratégie de bas étage sachant que l'un, Emmanuel Macron dit EN MARCHE et l'autre, François Bayrou redit sans cesse le mot REDRESSEMENT...?

Une France en situation de déclin (en parlant par image) grabataire pour sortir de son lit ne doit-elle pas se relever et ce faisant se redresser?
Faites l'essai.

En son livre Résolution française Bayrou appelle courageusement ses lecteurs à un instant de lucidité non sur les autres mais sur eux-mêmes tel/le cette femme de radio qui invitait ses auditrices et auditeurs à ne pas critiquer ces "responsables politiques qui vous correspondent"!

vous correspondent et pourquoi, et en quoi... est exposé avec clarté et lucidité par François Bayrou.

Écrit par : M.B. | 23/02/2017

Etre au centre c'est se donner le droit de basculer à droite et à gauche selon sa convenance. Cela s'appelle une girouette. Nous avons cela en Valais
et depuis 150 ans cela a permis toutes les combinaisons possibles de magouilles, copinages et corruptions. (rien qu'à voir ce qui se passe avec la LAT)

Le parler vrai et le faire, à l'image de Trump est certainement la nouvelle vision voulue et bien de droite. Vous ne pouvez pas donner aux "étrangers" ce que vous refusez aux Autochtones, au bout d'un moment les gens s'en aperçoivent et cela fait monter les sentiments d'injustices et de dénigrement.

De plus en plus et plus ça va les français veulent Marine Le Pen au pouvoir il faut casser le moule afin de rebâtir sur d'autres bases. L'effet Trump
fait son chemin et tout cela va faire trembler très sérieusement l'UE.
Des turbulences en perspectives, mais tout vaut mieux que la guerre civile.

Écrit par : Corélande | 24/02/2017

Oui il est sympathique. Et il aime la littérature. A-t-il écrit lui-même son livre sur Henri IV? Il serait bien le seul de ces politiciens à ne pas faire appel à un nègre. C'est un franc maçon qui va à la messe.

Écrit par : arrière petit fils de Töpffer | 24/02/2017

La liste des ouvrages écrits par François Bayrou, avant de faire planer l'ombre d'un doute... est à consulter in Résolution française, le plus récent de ses livres.

Brillant érudit prof et conférencier plus qu'éloquent, soudain, un choc, M. Bayrou interviewé n'a pas dit quoi) et il ne peut plus parler.
Il bégaye.

Longue réadaptation... repartant à zéro quant au langage cet homme n'est-il pas un exemple offert à un pays appelé lui aussi à repartir à zéro en pas mal de domaines!?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 24/02/2017

«C'est un franc maçon qui va à la messe»

Ben voilà ! On lui l'a trouvée sa casserole... "franc maçon"

Écrit par : petard | 24/02/2017

On va faire court.

Bayrou, homme de profonde culture, qui connaît la France et qui sait d'où elle vient.

Macron qui vient de déclarer (lors d'un entretien récent à Londres): "je n'ai pas souvenir d'avoir vu quoi que ce soit émanant d'un art français".

On a là donc un homme, Bayrou, qui trahit en toute conscience ce qu'il sait exister en ralliant le mondialisme le plus achevé (Goldman Sachs, Drahi...)

Comme souvent, Monsieur Décaillet, vous être trop vite charmé.

Écrit par : Paul Bär | 27/02/2017

Les commentaires sont fermés.