24/02/2017

Gauchebdo : merci d'exister !

 

Sur le vif - Vendredi 24.02.17 - 17.53h

 

Toute ma jeunesse, je me suis passionné pour l'Histoire grecque ancienne, c'était même l'une de mes branches à l'Université. Depuis deux ou trois décennies, je dévore tout ce qui a trait à la Grèce moderne : la Seconde Guerre mondiale, la (terrible) Guerre civile qui a suivi, puis les années plus récentes, les colonels (67-74), etc.

 

Eh bien je vais vous dire une chose : il existe, en Suisse, UN SEUL JOURNAL qui nous renseigne impeccablement, en profondeur, sur l'Histoire, la sociologie, la culture (notamment le cinéma) de la Grèce d'aujourd'hui. Ce journal, c'est Gauchebdo. Dans la seule édition du numéro 8, daté d'aujourd'hui (24 février 2017) :

 

1) Un papier d'Anna Spillmann sur la société civile qui s'organise pour compenser "la dégradation catastrophique des services publics".

 

2) Un autre papier sur la Grèce qui scolarise les enfants de réfugiés.

 

3) Un papier de Christophe Chiclet sur la scission en deux, autour de Mai 68, du KKE, le parti communiste grec.

 

Ce qui est remarquable avec Gauchebdo, et qui correspond tellement à tout ce que j'attends d'un journal, c'est qu'il assume avec persévérance, contre vents et marées, contre la facilité des modes médiatiques, le "suivi" d'un thème, en profondeur. En l'espèce, la Grèce !

 

Lire Gauchebdo est, chaque fin de semaine, une bénédiction. On y perçoit de la "résistance". Une prise de maquis, oui. Pas pour aller poser les bombes. Mais pour fuir, par d'audacieux chemins de traverse, les autoroutes promotionnelles des suppléments week-end, de plus en plus illisibles tellement ils sont convenus, des journaux des grands groupes de presse.

 

Une fois de plus, je remercie Gauchebdo d'exister.

 

Pascal Décaillet

 

18:09 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Avez-vous lu La mandoline du Capitaine Corelli de Louis de Bernières? C'est un roman, mais il m'a fait découvrir la Grèce pendant la Deuxième guerre mondiale, on n'en parle jamais....

https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Mandoline_du_capitaine_Corelli

Écrit par : Arnica | 24/02/2017

Par curiosité, connaissez-vous beaucoup de journalistes de gauche ou d'extrême-gauche qui se réjouiraient de l'existence d'un journal de vraie droite ou "d'extrême-droite" (pour reprendre leur nomenclature), évidemment en imaginant que de tels journaux existent en Suisse romande ?

Écrit par : Paul Bär | 25/02/2017

Oui, en France aussi, on ne parle de la Grèce que lorsqu’elle est - une fois encore - sur le point de sombrer financièrement.

Mais - à part une belle série de reportages du Monde, il y a 4 ou 5 ans - rien sur le quotidien de nos amis grecs qui ne peuvent ni se chauffer, ni se soigner mais trouvent encore le courage d'aider les réfugiés si nombreux sur leurs côtes.

PS: D'accord avec Arnica sur le livre de Bernières qui, par un admirable miracle, a parfaitement saisi l'âme grecque. Un grand livre ! En revanche, hélas, un film raté ...

Écrit par : digpan | 26/02/2017

Monsieur Décaillet, ce que je disais plus haut...

https://youtu.be/YMf0HfUQRTE?t=28m37s

... très bien explicité par ce jeune philosophe venu de l'extrême-gauche (1)... "qui n'a aucun équivalent symétrique..."


(1) à écouter aussi le début de l'émission où ce très brillant jeune homme explique parfaitement le paradigme qui voit, chez nous, par exemple le très patronal Bernard Rüeger faire équipe sur le plateau d'Infrarouge avec les débatteurs d'extrême-gauche, et cela dans la plus parfaite harmonie idéologique mondialiste, autant économique que sociétale.

Écrit par : Paul Bär | 27/02/2017

Les commentaires sont fermés.