22/03/2017

Jacques Nicolet et l'armada des censeurs

 

Sur le vif - Mercredi 22.03.17 - 17.07h

 

Proprement hallucinante, la police de la pensée qui vient de sévir dans le canton de Vaud, autour du candidat UDC au Conseil d’État, Jacques Nicolet.

 

Lundi soir, M. Nicolet vient dans Forum, affronter la socialiste Cesla Amarelle, dans le cadre de la campagne. A l'issue du débat, le candidat (qui n'était pas venu pour cela) se voit poser une question sur la présidentielle française. Il lâche, en guise de pronostic, l'idée que Mme Le Pen pourrait être élue. C'est tout.

 

A partir de là, tollé. Brouhaha. Levée de boucliers. L'armée des belles consciences vaudoises, toute de rectitude vêtue, somme le candidat de se rétracter. Ses alliés PLR s'étranglent. On se croirait au dernier acte, chez Shakespeare, quand tout le monde trépasse.

 

Je ne connais pas M. Nicolet personnellement. Mais je lui dis ici, très clairement, que non seulement il avait le droit de pronostiquer Mme Le Pen gagnante, mais qu'il aurait aussi, tout autant, celui de SOUHAITER cette victoire. Ce qu'il n'a, répétons-le, pas fait.

 

Car enfin, nous avons affaire à un candidat UDC. L'idée qu'il puisse, peut-être, par aventure, se sentir des affinités avec cette candidate-là, n'apparaît pas comme extraordinairement saugrenue.

 

Et puis, disons-le, une fois pour toutes : M. Nicolet a le droit d'être pour Mme Le Pen. Nous avons tous ce droit, si telle est notre sensibilité. Un Français sur trois, peut-être, exprimera bientôt cette préférence politique. Faut-il l'ostraciser ?

 

Il n'y a donc pas d'affaire Nicolet. Il n'y en a jamais eu. Mais il y a un sacré problème avec cette bande de censeurs qui, partout dans l'espace public, entend régenter ce que nous aurions à dire comme citoyennes ou citoyens, sur notre pays, ou sur un grand voisin qui nous est cher.

 

En clair, si vous n'êtes pas pour Mme Le Pen, dites-le. Si vous êtes pour elle, dites-le aussi. C'est votre droit le plus total. Nul n'a à censurer votre droit à la libre expression de votre opinion politique.

 

Pascal Décaillet

 

17:28 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Le problème, comme pour tous les autres candidats, est que nous ne savons pas une fois élue quelle serait la démarche de Marine Le Pen.
Quand un bateau coule mais qu'il y a une personne, dont la famille a un passé douteux, elle, éventuellement de même, lui interdira-t-on de réparer le bateau ou la laissera-t-on faire?
Mais, en conscience, il est difficile d'imaginer qu'elle soit en mesure de faire rebrousser chemin é tous ceux qui mènent la France, et d'autres Etats, droit contre le mur.
En revanche, on ne peut que vous donner pleinement raison à propos des censeurs qui sévissent comme décrit en cet article.
Absolument de votre avis, Monsieur Décaillet, en son livre Résolution française François Bayrou qui écrit qu'il est indispensable que chaque groupe, parti ou personne puisse s'expliquer en toute liberté.
Le fait que l'on ne comprenne pas bien son alliance avec Emmanuel Macron ne devrait pas empêcher la lecture de ce livre particulièrement encourageant. François Bayrou est plus que parfaitement au courant des affaires françaises, lucide et optimiste. Optimisme, qualité qui ne court pas les rues ces jours...!

Écrit par : MB | 22/03/2017

" la police de la pensée "

Elle sévit encore dans les médias suisses avec Trump!

Écrit par : Patoucha | 22/03/2017

et bien moi je revendique le droit de préférer Nicolet à Madame Cesla Amarelle, de pronostiquer la victoire d'Emmanuel Macron et de la souhaiter ardement

Écrit par : alladin | 22/03/2017

Un grand bravo pour ce 'coup de gueule'!

Écrit par : Ronald ZACHARIAS | 23/03/2017

"l'armada des censeurs"

Elle se pratique dans cette blogosphère quand on apporte la preuve du contraire des ragots - en l'occurrence sur Trump - dans les billets!

Belle opportunité pour ce faire. Merci!

Écrit par : Patoucha | 25/03/2017

Ils me font rire tout ces donneurs de leçons, parti de gauche comme de droite, a toujours jouer les indignés, les humanistes de pacotille et à montrer du doigt les affreux populistes. Les pro-immigration, pro refugee welcome et pro-désobeissance civile, sont en train de nous préparer les mêmes problèmes qu'en France.

Écrit par : Palador | 19/04/2017

Les commentaires sont fermés.