30/03/2017

Plafond de verre, ou Ligne Maginot ?

lignemaginotantitank.jpg 
 
Sur le vif - Jeudi 30.03.17 - 16.57h
 
 
Je ne crois pas une seule seconde à la théorie du "plafond de verre" concernant Marine Le Pen à l'élection présidentielle française.
 
 
Cette théorie part d'un principe : Marine Le Pen serait qualifiée pour le second tour, puis, comme en 2002, il y aurait, dans tous les cas, face à elle, un "regroupement de forces républicaines", comme en avril 2002, pour soutenir Chirac II contre Le Pen Père.
 
 
Passons sur le mot "forces républicaines", que je récuse absolument. Le Front National, qu'on l'aime ou non, fait partie du champ républicain. Sinon, qu'on essaye de l'interdire. Bonne chance.
 
 
L'idée du "plafond de verre", c'est qu'en vertu de ce "regroupement républicain", qui avait bien marché en 2002, Mme Le Pen ne pourrait en aucun cas accéder à l’Élysée.
 
 
Je conteste absolument cette thèse. Parce qu'elle ne relève que de la simple arithmétique, et pas des dynamiques telluriques potentielles que le champ politique, parfois, peut libérer.
 
 
La thèse du "plafond de verre" me rappelle une époque que j'ai étudiée de très près : la très grande confiance de l'état-major français, à l'approche de la Guerre de 40, dans la Ligne Maginot.
 
 
J'ai lu les textes : les officiers généraux les plus célèbres expliquaient que le système de défense mis en place, de Bâle à la frontière belge, fortifié comme jamais depuis Vauban, était de nature à empêcher mathématiquement les Allemands de pénétrer sur territoire français. Tout l'effort militaire, depuis la fin des années vingt, avait été investi dans cette colossale stratégie défensive : la Ligne Maginot.
 
 
La suite, on la connaît. Le 10 mai 1940, les Allemands déclenchent l'offensive. Ils se désintéressent totalement de la Ligne Maginot, et réussissent une percée absolument géniale dans les Ardennes, avec franchissement de la Meuse. Ils ont opté pour la guerre de mouvement, la stratégie de l'offensive-éclair, alors que les Français raisonnaient encore avec les critères de guerre de position, de tranchées, de 14-18.
 
 
Le rapport avec la théorie du "plafond de verre" ? C'est que cette dernière s'inscrit dans une trop grande confiance par rapport à un événement passé (le second tour de 2002), comme l'état-major français était incapable de sortir intellectuellement du modèle de la Grande Guerre.
 
 
 
Je ne crois pas au "plafond de verre". Ce qui va se passer, je suis incapable de le prévoir. Ou bien Mme Le Pen bénéficie d'une dynamique puissante en sa faveur, et tout est possible. Ou bien ce n'est pas le cas, et son résultat sera bien plus bas qu'on ne l'imagine. Dans les deux cas, nul modèle mathématique ne fonctionnera. Mais de surgissantes verticalités venues d'en bas, dans les tout derniers jours. Ou non.
 
 
 
Une présidentielle française demeure totalement imprévisible jusqu'au dernier moment. Mme Le Pen peut faire un très bon résultat, ou au contraire très décevant. A ce jour, personne n'en sait rien. Et les critères de ce qui se produira ne sont aucunement à chercher dans des modèles calqués sur le passé. Mais justement dans la puissance démoniaque de l'imprévisible.
 
 
 
 
Pascal Décaillet
 
 

16:57 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Un seul principe: TOUT sauf un nul qui prend la Guyane français pour une île. Il a été conseiller à l'Élysée, puis sinistre de l'économie. Autrement dit c'est la même politique qui continuerait pendant encore 5 ans. En pire. Je suis aussi persuadé que les sondages sont du pipeau. D'ailleurs il n'y en a pas deux qui disent la même chose. Instrumentalisation.

Lisez cette analyse qui dit tout sur la politique étrangère de la France, plus fasciste encore que celle des USA:

http://www.voltairenet.org/article195783.html

Ni Hamon qui est sur la même ligne de politique étrangère.

Écrit par : Charles | 31/03/2017

Métaphore guerrière opportune: le prochain président de la République sera peut-être le président de la guerre civile. Je lis en ce moment le glaçant roman de Laurent Obertone, "Guérilla".

http://www.slate.fr/story/126839/guerilla-roman-orange-mecanique

https://youtu.be/VDG0yIOeUDU

Écrit par : Paul Bär | 31/03/2017

Il faudrait peut-être cesser d'employer le terme de "fascisme" à toutes les sauces. Sachant que les néo-conservateurs actuels n'auraient probablement pas fait de longs os dans les pays "fascistes" à l'époque où la bête dont le ventre fécond blablabla... était toujours vivante.

Écrit par : Paul Bär | 31/03/2017

Les commentaires sont fermés.