26/04/2017

France : l'équation s'éclaircit !

mlp.jpg?itok=OnEE4KoN 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 26.04.17

 

En politique comme en algèbre, il y a des moments devenus tellement complexes qu’il convient de simplifier l’équation. Juste pour y voir clair. Poser les enjeux de façon lisible. Permettre à chaque citoyenne, chaque citoyen, de se forger une opinion sans pour autant devoir pondre une thèse en Sorbonne. C’est ce qu’a fait, ce dimanche 23 avril, le corps électoral français. Non seulement il nous a sélectionné deux finalistes, ce qui était le but de l’exercice. Mais à la réflexion, toutes déceptions laissées en chemin, toute nostalgie bue et digérée, il a fait plus que cela : il se propose à lui-même de retourner dans les urnes, dans deux semaines, avec un binôme parfaitement antagoniste. Deux candidats que tout oppose. Et c’est très bien ainsi : c’est de la dialectique de confrontation, y compris douloureuse, vive, sonore, que procède la démocratie. Et non de combinazione silencieuses, entre clercs. Rien de pire que deux finalistes qui se ressemblent : les « blancs bonnets, bonnets blancs », formule choc et géniale du vieux communiste Jacques Duclos pour qualifier Georges Pompidou et Alain Poher, retenus au deuxième tour en juin 1969.

 

Là au moins, entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, les choses sont claires. Ces deux candidats ne sont d’accord sur rien. Ils divergent, de façon diamétrale, sur la notion de la souveraineté nationale française. Mais aussi, sur la continuation de l’intégration du pays à l’Union européenne, dont la France fut, dès 1957, l’un des membres fondateurs. Mais encore, sur l’opportunité de garder l’euro. Sur l’existence même d’une supranationalité européenne. Sur les rapports avec les Etats-Unis d’Amérique. Avec l’OTAN. Avec la Russie de M. Poutine. Avec l’Allemagne de Mme Merkel. Sur la nécessité d’un ordre multilatéral du monde, celui qu’incarnent toutes les organisations internationales sises à Genève. Sur l’Ukraine. Sur la Syrie. Sur le protectionnisme. Sur le libre-échange des marchandises. Sur la libre-circulation des personnes. Sur la notion de frontière. Sur le contrôle des flux migratoires. Sur l’ensemble des questions économiques. Sur le rôle de l’Etat. Sur la fonction publique. Sur l’interventionnisme dans l’économie. Sur l’émergence, en France, d’une forme de démocratie directe. Sur le rôle des places financières mondiales. Sur les rapports entre finance et industrie. Sur la question agricole, dans un pays où, hélas, des paysans en viennent à se suicider. Je n’ai pris, ici, que quelques exemples.

 

Entre ces deux France, les électeurs trancheront. Pour la première fois depuis le suffrage universel, décidé en 1962, appliqué dès 1965, ils auront à choisir entre deux candidats n’émanant ni l’un ni l’autre des grands partis antagonistes de la Cinquième. Mais d’une formation profondément protestataire, et, en face, d’un parti créé tout récemment ! C’est une donne totalement nouvelle, comme aux cartes après le brassage. Les fronts, enfin, sont d’une clarté cristalline. Une nouvelle géographie politique est en train de naître en France, jetant les anciens repères, ceux qui nous guidaient depuis 1958, aux orties. Passionnant pays !

 

Pascal Décaillet

 

12:34 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

"Les fronts, enfin, sont d’une clarté cristalline."
C'est oublier l'épaisseur des fumigènes des médias français, tout au service du pouvoir hollandien. "Extrême-droite", "parti anti-républicain", "fasciste" reviennent en boucle mille fois par jour sur toutes les chaînes françaises.
Cela risque bien d'être très contra-productif, d'ailleurs. Aujourd'hui, on peut se dire que la victoire du FN nous ferait un grand bien. Chaque année 96'000 personnes en plus dans notre pays : on va crever...,

Écrit par : Géo | 26/04/2017

Je vous suggère le terme de multipolaire plutôt que multilatéral.
http://reseauinternational.net/la-multipolarite-definition-des-concepts-utilises/

Écrit par : Pierre Jenni | 26/04/2017

Désolé de ne pas contribuer à "simplifier l'équation"

Écrit par : Pierre Jenni | 26/04/2017

Mais si c'est pour "amplifier l'équation", je connais une certaine Tribune qui, moyen finances, se fera un plaisir non dissimulé d'ajouter sa voix à la vôtre.

Écrit par : Achille Lampion | 26/04/2017

Sur Fillon également tout est clair...

http://www.fdesouche.com/846309-francois-fillon-regrette-que-sens-commun-ait-totalement-plombe-sa-fin-de-campagne

... anthropologiquement, comment dire sans être vulgaire, enfin tout le monde aura compris.

Écrit par : Paul Bär | 26/04/2017

"...et, en face, d’un parti créé tout récemment ! "

Parti récent, mais les gens qui sont derrière Macron sont là depuis des centaines voir des milliers d'année...

Écrit par : Paul Bär | 26/04/2017

Les commentaires sont fermés.