01/05/2017

Errances germanopratines

 

Sur le vif - Lundi 01.05.17 - 12.31h

 

Depuis le début de la campagne présidentielle française, je m'intéresse au fond politique, et à lui-seul. Aux programmes des uns et des autres. Nous n'en avons maintenant plus que deux. Ils sont exceptionnellement antagonistes, ce que j'ai souligné dès les résultats du premier tour, avec mon édito "L'équation s'éclaircit !".

 

Jamais, depuis que je suis les présidentielles françaises au suffrage universel, soit toutes depuis décembre 1965, les fronts n'ont été aussi clairs. Jamais nous n'avons été aussi loin du "Blanc bonnet, bonnet blanc", géniale réplique du vieux communiste Jacques Duclos, pour qualifier le duel Pompidou-Poher de juin 1969.

 

Qui s'en plaindra ?

 

On peut toujours regretter la composition d'un second tour. A seize ans, en 1974, je roulais à fond pour Chaban, mais voilà, il est arrivé troisième au soir du premier tour, ne restaient que Giscard et Mitterrand, c'est ainsi. Le corps électoral décide la carte géographique qu'il veut. Et puis, rien ne sert, en politique, d'avoir trop de regrets, il faut accepter le terrain, avec ses aspérités, tels qu'ils s'offrent à nous. Art du possible, art du réel.

 

Je répète ici que le corps électoral français a de la chance. Il est, pour la première fois depuis longtemps, face à un choix extraordinairement clair entre deux visions de l'avenir de la France. L'une et l'autre, je l'affirme, sont respectables. Chacun a le droit de souhaiter l'une, ou l'autre.

 

J'ai maintes fois énuméré ici les vrais enjeux de ce choc d'antagonismes : indépendance contre interdépendance, souveraineté contre intégration, contrôle des flux migratoires contre ouverture des frontières, protection des paysans, et des produits agricoles, contre férocité de la concurrence mondiale, protectionnisme contre libre-échange, etc. Là sont les vrais problèmes, les vrais enjeux, les vraies lignes de fracture.

 

Au lieu de cela, d'aucuns s'échinent à focaliser sur les questions morales, liées aux heures les plus sombres du vingtième siècle. Ne voulant voir que cela, ne voulant que diaboliser l'électorat de Marine Le Pen, faire peser sur lui une chape de culpabilité, ces beaux esprits s'emploient en vérité à dévier les vrais enjeux. Derrière le paravent de cette diabolisation, derrière leurs insupportables leçons de morale, dont je pense qu'elles finiront par se retourner contre eux, ils nous cachent les enjeux fondamentaux qui, très loin du petit monde de bobos du Quartier Latin, touchent à l'avenir, non de quelques milliers, mais de soixante millions de Français : ceux que je ne cesse de recenser ici, depuis des mois. Enjeux structurels. Enjeux nationaux. Enjeux de destin.

 

Ces belles âmes germanopratines ne sont, au fond, que des jeteurs de voiles, comme on jette des sorts, pour tenter d'occulter le vrai débat. Puisse la confrontation ultime, celle d'après-demain soir, entre les deux candidats, porter sur le fond : l'avenir et la souveraineté de la France, sa place et son rayonnement en Europe et dans le monde, les conditions de sa cohésion sociale, l'amélioration de la vie des plus défavorisés. Et non la prise en otage de ces vrais enjeux par la diabolisation, les leçons de morale, le parfum d'encens des confessionnaux.

 

Pascal Décaillet

 

13:54 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Voilà un texte qui a le mérite d'être clair, respectable et qui nous indique sans ambiguïté où vont vos sympathies. Il se trouve que ce ne sont pas les mêmes que les miennes.

Écrit par : Michel Sommer | 01/05/2017

Essentiellement, en tout premier lieu, la préservation de la souveraineté de la France comme des autres Etats de l'hexagone.

Etats voisins qui, par une Charte, se promettraient de ne jamais partir en guerre les uns contre les autres.

Coopération, solidarité, entraide.
Vie spirituelle comme culturelle.
Sociétale.

Quand aux enfants, à leur éducation, retour aux bonnes manières avec fin de l'irrespect de commande dés qu'il s'agit d'un père, d'une mère ou d'un prof.

Remarquable article Marianne sur la doctoresse Montessori en vogue. malheureusement, uniquement chez ceux qui ont les moyens de faire désormais l'école à la maison

ce qui n'est pas un compliment aux instances concernées par l'école publique.

Écrit par : Myriam | 01/05/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.