24/05/2017

Tram 12 : de qui se moque-t-on ?

14526453942_45aa390fdd_b.jpg 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 24.05.17

 

Le peuple a mal voté, nous allons le punir ! C’est, en substance, la réaction du Conseil d’Etat, suite au refus, par plus de 53% des votants, dimanche 21 mai, du projet de hausses des tarifs TPG, pudiquement appelées « adaptations ». Pour la troisième fois en quatre ans, le corps électoral genevois dit son opposition à ces hausses, le message est parfaitement clair. Tout le monde l’a compris. Sauf le gouvernement cantonal, incapable de prendre acte du signal délivré par le souverain. Non seulement il n’exclut pas de revenir en votation. Mais, en guise de rétorsion immédiate à une décision populaire qui lui déplaît, il annonçait, dès dimanche, une mesure qui va faire parler d’elle : un tram 12 sur deux, entre 9h et 16h, n’ira plus jusqu’à Carouge. Il fera demi-tour aux Augustins ! « Que du bonheur », aurait pu dire le Saint du même nom.

 

Confirmée, le plus clairement du monde, dimanche 18h, en ouverture du Grand Genève à chaud, par le ministre des Transports, Luc Barthassat, cette décision sanctionne les usagers d’un tissu urbain, l’axe Genève-Carouge, qui a plutôt dit non à ces hausses de tarifs. C’est une mesure contre la Genève urbaine, celle de la zone densifiée, où justement on encourage, à juste titre, les habitants à se déplacer avec les transports publics. On comprendra qu’un Valaisan habitant au fond d’une vallée latérale prenne sa voiture pour aller travailler, on tentera au contraire de dissuader l’urbain genevois de faire de même. C’est dire à quel point cette mesure, qu’on peine à percevoir comme autre que punitive, risque de mécontenter les gens. On peine aussi à croire qu’elle émane du seul Luc Barthassat, justement doté d’un sixième sens pour flairer, anticiper, les réactions populaires, et n’ait pas été inspirée par un parfum supérieur.

 

De l’argent, à Genève, il y en a. Alors, claironnait dimanche soir une bonne partie de la classe politique, notamment à gauche, si on ne peut le prendre aux usagers, prenons-le chez les contribuables. Le beau tour de passe-passe ! Comme si la vie financière cantonale n’était que vases communicants, l’essentiel étant de tondre et traire le badaud. On a pu entendre, aussi, qu’on pourrait faire passer à la caisse les entreprises (mais pourquoi elles, pourquoi diable !) par une « ponction modeste sur la masse salariale ». Allons, bon : ça, c’est l’argument invoqué par des lascars qui n’ont, de leur vie, jamais créé une boîte, ni payé des assurances sociales, ni rempli la moindre fiche de salaire. Il y a des moments où l’insupportable légèreté de l’arrogance face aux petits entrepreneurs devient un peu pénible. Cela dit, sans vouloir m’énerver, ni me départir de cette légendaire bonne humeur qui fait ma réputation.

 

En punissant les pendulaires de la zone urbaine, le Conseil d’Etat a donné un signal clair. A notre tour de lui en délivrer un, sans la moindre ambiguïté : lui faire savoir que la mesure sur le tram 12 est de nature puérile et hautaine. Qu’elle ne saurait être acceptée. Que des économies à réaliser, dans un ménage budgétaire de huit milliards, il y en a, à la pelle. Mais pas sur le dos des usagers des services publics. Pas comme ça. Pas sur ce ton-là.

 

Pascal Décaillet

 

12:48 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Par mesure de protestation, je propose que les Genevois boycottent dorénavant les TPG et n'utilisent plus que les TL. Ca fera les pieds au conseil d'état.

Écrit par : les bonnes idées | 24/05/2017

Certes la diminution de la cadence entre Augustins et Carouge entre 9h et 16h est une perte, mais...

Dans le détail, je vous propose une comparaison avec d'autres villes de la périphérie :

Carouge avec future baisse = ligne 12 toutes les 10 minutes (au lieu de 5') + ligne 18 toutes les 12' = 11 trams par heures + lignes 11, 21 et 22 depuis les Tours.

Lignon = ligne 7 un bus toutes les 10 minutes et ligne 9 idem = 12 bus/heure

Chêne-Bourg = un tram toutes les 5 minutes = 12 trams/heure

Onex-Cité = 6 bus 2 et 6 bus 19 par heure = 12 bus/heure

Bernex = 10 trams par heure (seulement)

Meyrin = 10 trams par heure (seulement)

Grand-Saconnex = 1 bus toutes les 10 minutes = 6 bus par heure !

etc.. etc.

Carouge reste donc avec cette probable diminution de l'offre une Ville très bien desservie par les TPG et toujours mieux que Meyrin, Bernex ou le Grand-Saconnex.

N'oublions pas qu'une partie des tenants du NON ont voté contre pour "forcer" les TPG à optimiser leur service et être plus efficients.
Faire tourner des véhicules TPG presque vides en journée alors que l'on maintiendrait une offre proche d'un tram toutes les 5-6 minutes est parfaitement dans l'ordre de l'acceptable.

De nombreux quartiers urbains n'ont qu'une ligne de bus à dispo proche de chez eux ou de leur travail, avec une fréquence unique de 10 minutes et ne se plaignent pas pour autant.

Bien cordialement

Écrit par : Philippe CALAME | 24/05/2017

Je risquerai le raisonnement que c'est la gauche qui punit les usagers des TPG. Car en effet, cette gauche, repue et paresseuse, n'a pas compris que l'on ne peut faire plus avec moins.

Écrit par : Jean Modal | 24/05/2017

Le tram 12, c'est rien en comparaison de ce qui va arriver lorsque Luc Barthassat devra bien reconnaitre que les projets Weibel sont leurs seuls qui fassent sens.
On réalisera alors, à la fin de ce premier mandat, qu'il aura raté tous ses dossiers, CEVA compris avec l'explosion de la facture et se sera mis à dos à peu près tout le monde à gauche comme à droite.
Luc, si tu m'entends et si tu veux espérer être réélu en 2018, viens me chercher pour t'assister. Je sais ce qu'il faut faire et comment procéder !

Écrit par : Pierre Jenni | 25/05/2017

Bonjour tout à fait d'accord avec ce post

On punit car on ne vote pas dans le sens voulu

On vient de rajouter des lignes express pour les pendulaires qui ne pouvaient être financé sans cette hausse alors on devrait commencer par les supprimer.

Nous avons peut être des cadences qui peuvent être revue surtout en heures creuses toutefois pourquoi punir Carouge????

Moi je propose aux Carougeois de sanctionner punir aussi ces messieurs dans les urnes c'est pour bientôt.

Mr Barthasat ne pense qu'a ses amis motards ( cf les dernières décisions) et surtout les frontaliers qui sont préservé.

Les TPG peuvent aussi faire des économies il y a de ces gaspillages que l'on voit en tant qu'usager c'est effarant

Quand on a plus assez d'argent on commence par revoir son fonctionnement cela ce passe dans toute entreprise normale

Mais il est vrai que les TPG sont un repaire de syndicaliste et baronies de petits chefs

Écrit par : bruno | 30/05/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.