25/06/2017

Il n'y a pas d'affaire Barthassat

7779684.image 

Sur le vif - Dimanche 25.06.17 - 15.07h

 

Il n’y a pas d’affaire Barthassat. Cette histoire d’amende de 40 francs, infligée le 23 août 2016 à un hôte de la Conférence des Ambassadeurs, et que le conseiller d’Etat aurait tenté de faire sauter, est dépourvue de tout intérêt. Tout au plus, une maladresse. Aucun motif personnel, aucune lésion à l’Etat ni à sa bonne marche. Aucun intérêt. Une fuite, bien orchestrée, dont la source est visible à l’œil nu, pour affaiblir, au sein de la droite, un candidat en pré-campagne pour la réélection du printemps 2018.

 

Il n’y a pas d’affaire Barthassat. Pas plus qu’il n’y en avait, à Noël, au sujet de son avance de salaire. Il y a, pourtant, beaucoup à dire sur ce ministre. Non sur sa vie privée, qui n’intéresse personne et doit être respectée, ni sur ses gaffes ou dérapages au quotidien, ni sur sa personne, ni sur son style, il a le droit d’être comme il est, c’est son affaire.

 

Il n’y a pas d’affaire Barthassat. Ou plutôt si. La véritable affaire, pour un analyste politique qui voudra bien élever ses naseaux plus haut que le niveau de l’amer, de la délation et de la manipulation, ce ne sont pas les barthasseries au jour le jour, si délicieuses soient-elles pour les gazettes. Non. C’est le bilan, après bientôt quatre ans, de son Département. Sur le thème qui fâche, qui n’est évidemment pas l’Agriculture, mais la Mobilité.

 

Jeudi soir, aux Yeux dans les Yeux, je consacrais justement 6 minutes et 29 secondes à ce bilan, en compagnie de la députée socialiste Caroline Marti. Cette jeune et talentueuse parlementaire, se gardant bien de toute attaque personnelle, demeurait dans le champ d’action qui doit être celui de la députation : la mise en cause, sur des thèmes et des exemples précis et étayés, d’une politique publique. C’était ciblé, professionnel. Et d’un autre horizon d’attente que celui du psittacisme, du grec psittacos (le perroquet), consistant à relayer en boucle de pseudos-affaires, lancées par des sources manipulatoires, pour affaiblir un concurrent politique.

 

Alors oui, sur le bilan, il y a à dire. Gestion clochemerlesque de tout ce qui touche aux TPG, rodomontades de matamore suite à la dernière défaite sur les hausses de tarifs, tartarinades par rapport au tram 12 et à la punition des Carougeois, désaveu par ses pairs (mercredi dernier en Conseil d’Etat, cf. le Courrier) sur les 4,5 millions de crédit complémentaire, création d’une « commission consultative sur la traversée du lac » dont l’aptitude à la palabre surpasse les soirées les plus caniculaires des villages d’Afrique.

 

C’est sur ces thèmes qu’il convient, si on l’estime nécessaire, de demander des explications au conseiller d’Etat. Mais foncer, tête baissée, puis reprendre en boucle chaque épisode narratif supplémentaire destiné à alimenter la légende de Tarascon d’un ministre sympathique, mais parfois un peu approximatif, c’est faire aveuglément le jeu de ceux qui, à l’interne, voudraient bien voir partir, au printemps 2018, cet encombrant personnage surgi des fières campagnes de notre cher canton.

 

Ces gens-là ne viennent pas nécessairement des rangs de la gauche. On en trouvera aisément dans la famille, recomposée depuis les années trente pour mieux s’Entendre, du magistrat concerné. Je vous ferais bien un dessin, mais n’ai jamais été capable de tenir un crayon.

 

Pascal Décaillet

 

15:07 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

bien vu !

Écrit par : Pierre Jenni | 25/06/2017

Vrai, sa vie privée n'intéresse personne.

Alors pourquoi se croit-il obligé de l'étaler à tout moment sur Facebook ?

Ce faisant, il se décrédibilise et dévalorise la fonction de Conseiller d'Etat.

C'est hélas le signe d'un manque flagrant d'intelligence.

Écrit par : A. Piller | 27/06/2017

Les commentaires sont fermés.