13/07/2017

Le Tessin se tire une balle dans le pied

topelement.jpg 

Éditorial publié ce matin en italien, en première page du Giornale del Popolo, sous le titre "Il Ticino si tira la zappa sui piedi".

 

Dans la succession de Didier Burkhalter au Conseil fédéral, qui se jouera à Berne le mercredi 20 septembre, personne, en Suisse, ne peut sérieusement contester au Tessin la profonde légitimité, 18 ans après le retrait de Flavio Cotti (1999), à présenter un ticket. J’ai moi-même plaidé, ici, pour cette primauté, dans mon commentaire « Stavolta partitte in vantaggio », dans l’édition du 16 juin 2017 du Giornale del Popolo. Pourquoi ? Parce que nous sommes tous Suisses, nous aimons ce pays, nous savons qu’il est une petite fleur fragile, avec des équilibres précaires, dont le respect est capital. Dans ces équilibres, multiples, il y a celui entre les langues : la Suisse italienne existe, elle est une part inaliénable de notre communauté nationale ; presque 20 ans sans conseiller fédéral, c’est long, trop long.

 

Reste qu’en avançant un ticket à une seule personne, le Tessin se tire une balle dans le pied. Oh, il n’a pas perdu définitivement la partie, loin de là, mais disons que le signal donné mardi, par la présidence du PLR cantonal, n’est pas bon. Il est perçu comme une arrogance, une volonté de passer en force. Dans notre mentalité politique suisse, vous le savez bien, on n’aime pas cela. Peut-être une correction du ticket par les délégués du PLR tessinois, le 1er août prochain, serait-elle de nature à augmenter les chances de ce canton, lorsque siègera l’Assemblée fédérale, le dernier jour de l’été.

 

Car c’est bien elle qui choisit, et non le suffrage universel ! Une campagne pour le Conseil fédéral ne consiste pas à séduire nos cinq millions d’électrices et d’électeurs suisses, mais juste les 200 du Conseil national et les 46 des Etats. C’est dans le théâtre de miroirs et de pouvoirs de ce cénacle que tout va se jouer. Souvent, les choix de l’Assemblée fédérale nous déplaisent, par exemple lorsqu’une femme comme Karin Keller-Sutter ou un homme comme Pierre-Yves Maillard sont écartés. Mais c’est ainsi, c’est la règle. Or, auprès de ces 246 grands électeurs, le principe de ticket double (homme-femme, par exemple), passe bien. Il donne aux parlementaires l’impression d’avoir le choix.

 

L’autre point faible du ticket unique tient au profil politique de M. Cassis. Il est certes un homme très important sous la Coupole, chef de groupe, polyglotte, compétent, tout ce qu’on voudra. Mais ses liens avec le monde des assureurs privés, via sa présidence de Curafutura, sont mal perçus, à ce stade de la campagne, en Suisse romande. Il suffit de regarder comment nos cantons romands votent lorsqu’on les interroge sur une Caisse unique, ou publique : il y a, clairement, une aspiration à un retour de l’Etat, et un climat de révolte contre certaines pratiques des Caisses privées, la hausse constante des primes par exemple. D’ailleurs, les deux conseillers d’Etat de l’Arc lémanique chargés de la Santé, le Genevois Mauro Poggia (MCG) et le Vaudois Pierre-Yves Maillard (socialiste), travaillent ensemble à des scénarios où l’Etat reprendrait ses responsabilités, dans l’assurance maladie. Bref, les Romands n’ont rien contre la personne de M. Cassis, mais son profil pose problème.

 

Vous me direz que, dans l’Assemblée fédérale, le poids des Romands ne les amène pas à faire la loi ! C’est parfaitement exact, et c’est pour cela que M. Cassis a ses chances. D’ici au 20 septembre, beaucoup d’eau peut encore couler sous beaucoup de ponts. Bien sûr, la maladresse commise par le Tessin, avec ce ticket unique, va sans doute aiguiser les appétits des quelques Romands (ils ne sont pas si nombreux !) qui pourraient se sentir de taille à relever le défi. On pense en priorité à Pierre Maudet, conseiller d’Etat genevois dont j’ai déjà parlé ici, et programmé bien avant sa naissance pour le Conseil fédéral. D’autres candidatures, sur Genève, sur Vaud, pourraient éclore. Mais enfin, n’oublions pas que les Romands ont déjà deux conseillers fédéraux : le Fribourgeois Alain Berset et le Vaudois Guy Parmelin ! Exactement pour cela, il m’apparaît que les chances tessinoises, pour le 20 septembre, sont intactes. Tout au plus, le canton aurait-il intérêt à ouvrir davantage le jeu. Ne serait-ce que pour la forme.

 

Pascal Décaillet

 

11:27 Publié dans Editos Giornale del Popolo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.