04/08/2017

Pierre Maudet, candidat première classe

 

Sur le vif - Vendredi 04.08.17 - 14.04h

 

Je connais Pierre Maudet depuis 17 ans. Il était jeune conseiller municipal radical, en Ville de Genève, et je lançais l'émission Forum.

 

Très vite, comme beaucoup de mes confrères, j'ai saisi que l'homme irait loin. Sa jeunesse, son énergie, son intelligence, sa vitalité, son sens de l’État et du pays, tout cela était déjà perceptible, alors qu'il venait à peine de passer le cap de la vingtaine.

 

Depuis, cet homme d'un rare talent politique (je le compare souvent, depuis deux décennies, à un Christophe Darbellay, ou un Pierre-Yves Maillard) n'a fait que confirmer. Exécutif de la Ville de Genève. Mairie. Et, depuis cinq ans, gouvernement cantonal.

 

Sur son action politique, je suis le premier à exprimer des réserves. Hypertrophie, trop voyante, de la communication. Pratique maladroite et malvenue des fusibles, notamment au plus haut niveau du Corps de Police. Discours moderniste et jeuniste, à la Macron, dont toute âme lucide doit être capable de prendre distance, sauf à sombrer dans la complicité, dans l'ordre de la propagande.

 

Mais enfin, tout cela posé, un fauve politique de grande race. Une culture historique, ce qui est fort rare. Une vision pour le pays. Une ambition. On partage ou non ses options (cela n'est pas mon cas, en matière européenne, notamment), mais comment ne pas reconnaître la stature de l'homme ?

 

Pierre Maudet a raison de tenter sa chance au Conseil fédéral. Sa candidature est crédible, charpentée idéologiquement, nourrie d'une première expérience aux deux autres échelons de notre vie fédérale. J'ignore absolument quelles seront ses chances, nous verrons bien, et il faut bien avouer que la question de la Suisse italienne se pose.

 

Mais je lui souhaite bonne chance. Nous avons eu assez de souris grises pour bouder l'entrée en scène d'un homme politique de premier plan.

 

Ensuite ?

 

Ensuite, le destin décidera. Nul d'entre nous ne peut le prévoir.

 

Pascal Décaillet

 

14:29 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Ce serait un bon débarras pour le canton. Sa double nationalité est un sérieux problème pour être un membre du gouvernement de LA Suisse.

Écrit par : Daniel | 05/08/2017

C'est surtout un personnage prêt à s’acoquiner avec le mondialisme et l'islamisme.

Sa participation au club select Bilderberg (que certains accusent de vouloir détruire les Etats-nations, ces états que Pascal Décaillet chérit) devrait nous inspirer plus que de la méfiance.

https://www.rts.ch/info/regions/geneve/6849420-le-magistrat-genevois-pierre-maudet-est-l-invite-du-club-select-bilderberg.html



L'autre point noir est l'invitation de deux islamistes, l'un faussement modéré et l'autre un fervent adepte, pour parler de laïcité.

http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Des-representants-musulmans-invites-par-Pierre-Maudet/story/28750130

http://lesobservateurs.ch/2017/06/29/pierre-maudet-et-la-laicite-ouverte/


Voici deux raisons à mes yeux amplement suffisantes pour l'écarter du CF.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 05/08/2017

Pierre Maudet candidat première classe !
Pierre Maudet c'est le reflet de M. Macron.
Même âge, même présentation, même programme libéral et europhile, même négation de l'idée nationale, même discours démagogique
Priorité à la finance spéculative. Aucun souci de l'humain, de son épanouissement. Dérégulation. Délocalisations. Défaut de contrôle sur les flux migratoires. Mépris de la cohésion sociale. Mort de la paysannerie. Prolongation du mensonge multilatéral.
Et vous applaudissez !
Des personnages champions de la communication et du marketing, mais vide sur le fonds.
le bilan de M. Maudet. ??? Au fait quel est le bilan de M. Maudet. Ce bilan n'apparait pas dans votre blog. Il est intelligent, vif, il s'exprime bien mais ........

Pour finir sur une note plus légère; M. P. Maudet est binational et il a voté pour l'élection française; je vous laisse deviner pour qui il a voté.

Si M. Maudet devient conseiller fédéral il sera le premier membre du conseil fédéral à avoir voté pour un président français.
M. Macron et M. Maudet s'entendent tellement bien que M. Maudet pourra nommer M. Macron citoyen suisse d'honneur. La boucle sera bouclée.
Pierre Maudet candidat première classe.... C'est un point de vue...cocasse.
Pauvre suisse !

Écrit par : Boccard | 05/08/2017

Pierre Maudet fera l'unanimité de la classe politique, à l'instar de celle dont avait bénéficié Micheline Calmy Rey, car beaucoup souhaitent le voir tourner les talons et quitter Genève. Opportunément surnommé "le terroriste" par certains de ses proches collaborateurs, il pourra aller exercer son autoritarisme obscur à Berne.

Mais... Attendez... Berne? Il n'y a aucun ami et ses chance de passer sont extrêmement minces... Mince, alors! On devra se le garder.

Écrit par : Déblogueur | 05/08/2017

Je partage mais...
Vous qui connaissez si bien l'histoire politique de notre pays, vous devriez savoir que le PLR, et avant lui ses ancêtres radicaux et libéraux, ne retenaient que des candidats au profil lisse et collégial. Schneider-Amman et Burkhalter en étant les meilleurs représentants.
Maudet c'est une toute autre histoire.

J'ai malheureusement pu vérifier par moi-même que l'homme est autoritaire et qu'il évite toute forme de consultation qui pourrait remettre en question sa vision. Il nous a imposé une loi sur les taxis sans même s'intéresser à nos propositions. Et il laisse la situation pourrir en évitant d'appliquer la loi qui vient d'entrer en vigueur.

Son bilan risque bien de s'alourdir sérieusement tant dans la gestion de la police que celle des taxis. J'ai un peu le sentiment qu'il se profile maintenant pour éviter de devoir rendre des comptes sur les conséquences de son autoritarisme qui se feront sentir dans les années à venir.

Une fois n'est pas coutume, j'aimerais me tromper.

Écrit par : Pierre Jenni | 05/08/2017

Il a raison de se lancer dans la course au Conseil fédéral, mais il ne tiendra pas la distance et sera vite éliminé ; il ne sera pas présent sur un ticket PLR à 2 personnes. A-t-il montré quelque chose de concret à Genève, tant à la ville qu’au canton ? La réponse fuse, à l’instar de ce qui va se passer avec la météorite Macron en France, que du vide. La déconvenue prévisible avec la mise à pied de l’excellent policier Cudré-Mauroux, réintégré par la Justice dans ses grades et fonctions, montre que sa façon de travailler ne passerait jamais à Berne et ses connaissances d’allemand, quoiqu’assez bonnes, seraient de toute façon inopérantes pour un chef vaniteux et peu amène avec ses collaborateurs, dont les cadres à Berne sont aux trois-quarts voire plus germanophones et peu adeptes des pratiques à la Française.
D’autre part, comme lorsque le Professeur genevois Gilles Petitpierre fut candidat (domicilié dans une case postale du canton de Neuchâtel, dont son père fut le conseiller fédéral chef du Département politique, devenu DFAE !) contre Pascal Couchepin et contre le candidat naturel et officiel du parti radical neuchâtelois, le « petit Frey », et en plus contre la candidate alibi vaudoise, feue Madame Christiane Langenberger, que s’est-il passé. Monsieur Petitpierre, qui n’avait rien à y faire dans cette élection, a été vite distancé (40, puis 43 voix), puis éliminé au 3e tour avec 49 voix. Claude Frey est lui, éliminé au 4e tour (61, puis 53, 50 et enfin plus que 51 voix). Ce qui paraissait d’emblée logique aux observateurs sur place (dont j’en faisais partie !), c’est que la seule candidate femme devait être lâchée en dernier, ce qui lui valut le droit de participer à 5 tours de scrutin (nombre classique pour l’élection de candidats des petits cantons comme le Valais, ainsi pour Roger Bonvin en 1962). Elle recueillit 66 voix au 1er tour (Couchepin 66), 67 au 2e (Couchepin 80), 60 au 3e tour (Couchepin 87), 80 au 4e tour (Couchepin 115) et enfin 92 au 5e et dernier tout, Pascal Couchepin étant élu avec 146 voix.
S’il y a trois candidats le 20 septembre prochain, l’affaire sera vite réglée comme vu ci-dessus. Le candidat n’aura pas les voix de l’UDC (vu sa façon de faire échouer la droite, majoritaire à Genève, en reniant les voix des patriotes (pas des binationaux comme lui !) et pas forcément beaucoup des socialistes, qui, pour ne pas se parjurer, voteront pour la candidate vaudoise durant les deux premiers tours, conduisant à l’élimination sans gloire du candidat Maudet au 3e tour. Puis le tessinois sera élu au 4e tour avec environ 137 voix et l’affaire sera bouclée.
Le politicien Maudet que je n’apprécie pas du tout et qui n’est pas un vrai radical à mes yeux, aura, après sa candidature s’il la maintient, le même sort qu’un Pascal Broulis ou un pierre-Yves Maillard ou, pour rester chez les radicaux, un ancien Président neuchâtelois du Parti radical suisse Yann Richter.

Écrit par : Luisier | 08/08/2017

J'avoue que je ne vous comprends pas monsieur Decaillet, vous qui êtes un homme de conviction vous semblez porter plus d'importance sur la forme que sur le fond. Peu importe si un politicien est très dynamique ou si il maîtrise la communication, ce qui est primordial à mes yeux, c'est ses convictions. Car autrement on pourrait tout aussi bien défendre certains dictateurs qui ont du charisme !
Concernant Monsieur Maudet, il est avant tout un défenseur de l'ultra-libéralisme et il se contre fiche bien de la précarité de plus en plus grande des genevois.

Écrit par : Philippe | 08/08/2017

"A-t-il montré quelque chose de concret à Genève, tant à la ville qu’au canton ?" (Luisier)

Moi j'y ai vu que des augmentations de loyer et des amendes de ... parking.

Rester à Genève coûte de plus en plus cher. Je la laisse à ceux qui ont les moyens que je n'ai plus.

Écrit par : Chuck Jones | 08/08/2017

Maudet s'est politiquement suicidé aux yeux de ceux qui pensent qu'un homme politique n'a pas à être au dessus des lois et, aussi, de ceux qui pensent qu'il n'y a pas lieu d'accueillir une immigration extra-européenne à l'heure de la (trop) libre circulation des européens.

Opération Papyrus : régularisation de sans-papiers, plus de mille à ce jour. Ancien sans-papier régularisés, qui parfois se donnent en spectacle dans la presse. Régularisés pour le futur, mais pas pour le passé. Nulle amnistie (les chambres fédérales ne l'ont pas votée et ne sont pas près d'y procéder), nulle grâce cantonale (le Grand Conseil en serait capable) faute de condamnation pénale préalable.

Nulle dénonciation de la part des fonctionnaires de l'Office cantonal de la population qui, pourtant, ont l'obligation légale de dénoncer les activités délictuelles, tout comme Maudet.

Mais au fait le premier policier du canton n'a-t'il pas un devoir renforcé de dénonciation ? Ce qui emporterait, non seulement une abstention illégale, mais aussi la commission du délit d'entrave à l'action pénale ? Et puis, il en est un qui laisse accroire qu'il n'a pas fait son boulot : le Procureur général.

Le Procureur général : un PLR genevois.

Ne pas faire son boulot, ne pas ouvrir de procédure à l'encontre de plus de mille délinquants serait une entrave massive à l'action pénale. Mais sans doute cela a-t'il été fait sans que nous le sachions.

Decapro pourrait nous informer ?

Maudet élu, qui sait, mais alors par la gauche !

Écrit par : CEDH | 09/08/2017

"Pierre Maudet, candidat première classe" Vraiment?

Quelle profonde déception. Mr Décaillet, comment en un seul post pouvez-vous renier tous les valeurs que vous défendez? Vous qui d'habitude voyez toujours si clair, ne sentez-vous pas venir le danger? Mr. Maudet incarne en fait tout ce que vous avez toujours vivement critiqué. Mr. G. Vuilliomenet vous a mis sur la bonne voie, alors il ne vous reste plus qu'à creuser le sujet, ce qui ne sera pas difficile, au vu de ce que Mr. Maudet a fait dans ce canton.

Écrit par : Jean de St-Pierre | 09/08/2017

Non Luisier, le bilan de M. Maudet n'est pas nul, il est déplorable. Mais nous n'en ressentirons que plus tard les effets. D'où mon sentiment de l'urgence de se présenter maintenant à la candidature.

La loi sur la police qui est passée à 46 voix près a mis toute la corporation sur ses pattes arrières. Une telle incompréhension et la perte de confiance dans les autorités exécutives vont produire des effets dangereux à terme.

Il en est de même avec les gardiens de prisons qui se sont vus retirer tous leurs privilèges. A tel point que plus personne, sauf d'éventuels frontaliers venus du fin fond de la France, voire de plus loin, ne voudront assurer le métier.

Pour les taxis, nous aurons bientôt l'occasion de mesurer la catastrophe annoncée, dans deux ans, lors du rapport au Grand Conseil prévu par la loi.

Monsieur Maudet est certainement une bête politique, mais ses défauts lui barreront le passage au dernier échelon.

Écrit par : Pierre Jenni | 09/08/2017

Une tranche de vie qui passe et repasse par MAUDET.

Un extra-européen vient en Suisse, épouse une suissesse, mais des dizaines d'années après n'est pas Suisse au vu de ses dettes. Il est chauffeur de taxi, ce qui aurait dû l'empêcher jusqu'à récemment de le devenir et de le rester (MAUDET avait-t'il la trouille de virer 1/3 (dixit Jenni)des chauffeurs?). Depuis, plus besoin d'être solvable (lex MAUDET), Mentalité professionnelle : trouve ordinaire de ne pas rendre la monnaie exacte au client, d'arrondir en sa faveur. Un client de plus pour les autres...(et Toc Jenni)

Après plusieurs mariages, arrive une cousine avec un visa. Elle reste des mois en Suisse, puis enceinte du chauffeur y accouche, le tout frauduleusement hébergé par le chauffeur. Le service de l'assurance maladie est intervenu pour qu'elle soit assurée, mais aucune dénonciation du cousin hébergeur.

Vient le moment du mariage. Permis de séjourner afin de mariage de plusieurs mois délivré à la belle par le Contrôle de la population, qui omet de dénoncer le bel hébergeur.

Mieux, dispense de fournir les documents du pays d'origine qu'il est parfaitement possible d'obtenir (Autorité de surveillance : MAUDET).

Résultat : 3 personnes à la charge de VOS impôts.

Il serait bien que MAUDET renoncer à son passeport suisse et dégage en France. Politicien de carrière, qui n'a jamais travaillé de sa vie, il y serait plus à l'aise, non ?

Écrit par : CEDH | 09/08/2017

"a mis toute la corporation sur ses pattes arrières." Hi-han !

Écrit par : Géo | 09/08/2017

Beaucoup de peine à comprendre votre enthousiasme admiratif, cher Pascal. Certes il a su faire son chemin en bon politicien, capable - comme Macron en France - de faire miroiter sa jeunesse comme un phare dans la nuit politique traditionnelle. Mais ce qui me gênera toujours c'est que Maudet n'a en fait fait "que" de la politique dans sa vie : donc aucune expérience professionnelle en entreprise, aucun risque entrepreneurial.... en fait, à mon avis, aucune connaissance de la vraie vie, celle où on doit se battre, gagner sa croûte, risquer. Il fait partie de ces politiciens (à la française) qui entrent en politique et ne font plus que cela, joyeusement entretenus par le système. Pour moi, un conseiller fédéral cela doit être autre chose !

Écrit par : uranus2011 | 10/08/2017

Comme l'on pouvait s'y attendre, voilà déjà quelques jours que les médias aux ordres des mondi-alistes (dont ils sont souvent la propriété, comme en parlait si bien Mr. Décaillet dans une de ses notes) se déchaînent comme ils peuvent contre Isabelle Moret. Voici un petit échantillon de ce qu’on peut lire par exemple dans la TdG, Le Temps, ou sur le site de la RTS:

https://www.rts.ch/info/suisse/8831429-isabelle-moret-etait-bien-membre-d-un-lobby-pro-armement-sans-y-etre-active.html

https://www.letemps.ch/suisse/2017/08/09/lien-inconscient-disabelle-moret-larmement

https://www.tdg.ch/editorial/moret-piege-vaudois/story/12866184

https://www.tdg.ch/suisse/appetit-vaudois-peut-craindre-hegemonie/story/20058784

https://www.tdg.ch/signatures/editorial/Prenons-Mme-Moret-au-mot/story/28271875

Pourquoi me direz-vous? Tout ceci s'explique en ces quelques lignes d'un article de la TdG:

"Elle (i.e. Isabelle Moret) a prôné également une mise à plat des relations avec l'Union européenne, en excluant l'adhésion et en s'opposant à l'arbitrage international vanté par Pierre Maudet."

Tout est dit. Tout est clair. Et ce n'est qu'un début, car tout comme il fallait faire tomber Fillon qui n´était pas le candidat choisi par ceux qui tirent les ficelles aux dépens du peuple, les médias vont désormais essayer de faire tomber Moret pour mieux mettre en avant Maudet.

Fillon était trop proche des racines chrétiennes de la France, quant à Moret elle n’est pas assez pro-UE et s’oppose à l’arbitrage international voulu par les supérieurs de Maudet (ceux dont on ne parle pas, n’est-ce pas Mr Ruetschi!).

Et tous ces bien-pensants, ce “cher” Mr Ruetschi en tête, qui se présentent habituellement comme des chantres de l’égalité, trouvent tout d’un coup qu’il serait normal que le Tessin attende encore pour avoir un conseiller fédéral ou que le fait que le fait que Moret soit une femme n’a aucune importance. Si Maudet était une femme, ces mêmes personnes nous diraient exactement le contraire.

Le même Mr. Ruetschi affirme aussi que le peuple a été manipulé ou ne comprend rien quand le résultat d’une votation ne lui convient pas! Triste presse de larbins.

Sur Maudet, en revanche, rien de négatif. Et pourtant si on le voulait vraiment ce ne serait pas difficile à trouver.

Soyez tous attentifs ces prochaines semaines et ne vous laissez pas berner.

Écrit par : Arthur | 11/08/2017

Peut-être serait-il mieux pour lui qu'il soit élu à Berne au lieu de ne pas être réélu à Genève. Il a peu de chance de devenir Conseiller Fédéral mais il n'est pas certain qu'il soit assuré de rester Conseiller d'Etat aux prochaines élections !

Écrit par : alladin | 11/08/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.