22/09/2017

Les partis ont-ils encore un sens ?

800px-bundesverfassung_1848_schweiz.jpg 

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 20.09.17

 

Lorsque paraîtront ces lignes, vous connaîtrez le nom du nouveau conseiller fédéral. Une compétition qui se sera jouée au sein d’un seul parti : le PLR. Oh, par n’importe lequel : sa composante « R », comme « radical », fut la fondatrice, en 1848 et dans les décennies suivantes, de la Suisse moderne. Pourquoi un PLR, à tout prix ? A cause d’un pacte tacite, appelé « formule magique », datant de 1959, exigeant que les trois partis en tête des élections fédérales (législatives), en octobre, tous les quatre ans, obtiennent chacun, en décembre suivant, deux conseillers fédéraux, et le quatrième, un seul. Didier Burkhalter ayant démissionné en cours de législature (2015-2019), son successeur devait donc appartenir, comme lui, au PLR.

 

En Suisse, ce n’est pas le peuple qui élit les conseillers fédéraux, mais les 246 membres de l’Assemblée fédérale. On a proposé récemment au peuple de changer cela, en sa faveur, il a refusé. Dont acte. L’élection de l’exécutif, l’un des actes majeurs de notre vie politique, se voit donc cantonnée au minuscule théâtre de la Berne fédérale. Un champ d’action que j’ai fréquenté de longues années, et dont je crois connaître le langage et les codes. Les partis y sont rois. Le Conseil fédéral, d’ailleurs, rencontre régulièrement les chefs des quatre partis gouvernementaux dans une maison patricienne de la Vieille Ville de Berne, cela s’appelle les Entretiens de Watteville. On y devise sans trop élever la voix, entre gens de bonne compagnie. Et ce système d’équilibre entre partis et gouvernement, ma foi, fonctionne. Une horlogerie fine, unique au monde.

 

En attendant l’éternité de l’immuable, on nous permettra tout de même de poser ici quelques questions, oh fort polies, sur la pertinence, au 21ème siècle, de laisser encore tant de champ et de pouvoir à des familles de pensée issues, pour la plupart, du 19ème. Les radicaux sont les fils de la Révolution et des Lumières. Les démocrates-chrétiens, ceux de la Vieille Suisse, catholique, paysanne, opposée aux réformes trop rapides des radicaux entre 1848 et 1891. Les socialistes sont ceux de l’Internationale, avant la scission de cette dernière. L’UDC est principalement de souche agrarienne, même si cela a beaucoup changé ces trente dernières années.

 

Voulons-nous, pour l’éternité, nous en remettre aux petits arrangements entre partis, à ces épiceries soupesées, au niveau d’états-majors où tout le monde se connaît, se tutoie, se tape dans le dos ? Ne devons-nous pas, au contraire, utiliser à fond, en les étendant même, les ressorts de la démocratie directe : gestion de la politique, non en fonction d’une couleur, d’une famille, d’une bannière ou d’une fanfare, mais par objectifs, comme dans les comités d’initiative ? Depuis quand les partis prospèrent-ils ? Depuis 1848, âge d’or de la démocratie représentative. A partir de quand commenceront-ils à perdre de l’influence ? Lorsque les citoyennes et citoyens, voulant atteindre des buts précis plutôt que de nourrir sous perfusion des idéologies mourantes, auront pris en charge, directement, leur destin politique. Mais le veulent-ils, seulement ? C’est toute la question.

 

Pascal Décaillet

   

 

14:24 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Les politiciens sont des potiches c'est bien pour ça qu'on leur offre des fleurs, pour les remplir!

Écrit par : dominique degoumois | 22/09/2017

Excellent billet.

Écrit par : simon | 01/10/2017

Les commentaires sont fermés.