29/09/2017

Prise d'otages

 

Sur le vif - Vendredi 29.09.17 - 12.40h

 

Bon. Le scootériste rusé que je suis, connaissant sa ville par coeur depuis bientôt six décennies, a pu, à peu près, s'en sortir. Je ne parle donc pas ici pour mon cas personnel.

 

Mais, désolé, aussi sublime soit la manifestation dite des "Géants" (je ne mets pas ici en cause sa qualité), il faut dire les choses comme elles sont : on prend l'ensemble d'une communauté urbaine en otage.

 

Il n'y a pas, en Ville de Genève, que des bobos urbains, circulant à pied ou à vélo. Il y a, tous les jours, des dizaines de milliers de personnes, peu importe leur origine, qui viennent au travail avec un véhicule privé, à moteur, qui en ont parfaitement le droit, n'ont absolument aucune leçon de morale à recevoir. Et qui, au moment où j'écris ces lignes, sont captifs de l'enfer d'immobilité créé par la circonstance.

 

Cela n'est pas acceptable. D'avance, je dispense les commentateurs de venir nous faire la leçon sur le génie de la manifestation dite des "Géants", face auquel toute volonté de rouspétance, vertu genevoise, devrait se dissoudre.

 

Non. Il y a déjà beaucoup trop, à longueur d'année, de blocages totaux de la circulation pour toutes sortes de manifestations, sportives, caritatives, festives, dont je ne suis pas sûr qu'elles soient vraiment agréées par une majorité de la population qui les subissent.

 

Les autorités, municipales ou cantonales, qui nous auront mis, ce week-end, dans ce pétrin, dans cette pétrification de tout espoir de mobilité, auront, le jour venu, à en répondre.

 

Ma proposition, simple et claire, pour l'avenir : plus aucune plaisanterie de ce genre sans consultation préalable des populations concernées.

 

Pascal Décaillet

 

12:52 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Imprimer |  Facebook | |

28/09/2017

Primes maladie : la soif de justice l'emportera

20170928130113257.jpg?&eiplace=IF_News3423594 

Sur le vif - Jeudi 28.09.17 - 16.59h

 

Chaque année le même cirque, la même ritournelle. Depuis plus de vingt ans. Chaque année, ce jour, au début de l’automne, où les Suisses ont la rage : Dies irae. Pendant 48 heures, on s’excite, on menace de lever la Matze, monter à Berne, bousculer l’ordre politique, novembre 1918, la sédition dans la chair. Juste à fleur de peau. Et c’est là, justement, le problème.

 

Les Caisses savent parfaitement que le désir de Révolution, en Suisse, dure rarement plus de 48 heures, que tout se tasse, tout s’éteint, tout passe oui, et tout lasse. Le jeudi soir, on gueule, le vendredi encore un peu, le week-end on promène le chien, le lundi on est les premiers au boulot. Braves Suisses. Qui, même précarisés par leurs primes, n’en mangent pas moins pain et brioche, comme dirait l’Autrichienne, superbe, à sa fenêtre.

 

J’ai couvert l’ensemble des travaux des Chambres relatifs à la LAMal, au début des années 1990. J’ai organisé tellement de débats, laissé s’épandre tant de colères, vu se bricoler tant de modèles. Mais chaque année, c’est la même chose. L’année prochaine ?

 

Pour ma part, dans ce dossier capital pour la vie des gens, comme l’est celui des retraites, je n’attends plus grand-chose de notre « démocratie participative », à Berne. Oh, des gens de bonne volonté, compétents, précis dans la confection des lois, je ne disconviens de rien de tout cela. Tout au plus serai-je le premier à signer l’initiative, lancée demain à Berne, qui veut interdire aux élus fédéraux de siéger dans les conseils d’administration des Caisses.

 

Non. Les modèles alternatifs doivent venir d’en bas. Du peuple. Celui qui a le droit de vote (les autres sont les bienvenus pour le remue-méninges). C’est maintenant, comme dans l’affaire des retraites, la démocratie directe qui doit prendre le relais. Non pour faire des miracles, ne rêvons pas. Mais pour lancer, non dans la seule molasse bernoise, mais sur l’ensemble du pays, de vastes débats nationaux sur les modèles de réformes.

 

Vous me direz que nous les avons eus, ces débats, sur la Caisse unique, puis publique. C’est vrai. Et dans ces deux cas, le partisan de l’Etat que j’ai toujours été se trouvait dans le camp des perdants. Mais il faut remettre plusieurs métiers sur plusieurs ouvrages. Caisses cantonales, régionales, séparation des intérêts sous la Coupole, etc. Si le corps des citoyennes et citoyens de ce pays ne fait pas de la décennie qui vient celle du combat, alors à Berne, rien ne bougera.

 

Une initiative ne passe, on le sait, que rarement, en Suisse. C’est un combat de très longue haleine, qui passe par des défaites, des dimanches soir de larmes après les votations. Un combat qui exige patience, ténacité. Mais, à ce jour, c’est le seul qui vaille. Je salue les comités d’initiatives qui montent à Berne demain. Je signerai leurs textes. Nous discuterons, nous nous engueulerons. Et puis, un jour, j’ignore absolument quand, un modèle venu d’en bas, jailli de la sourde colère du peuple, mais aussi de sa soif de justice et d’égalité, finira par l’emporter.

 

Vive notre démocratie suisse.

 

Pascal Décaillet

 

16:59 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

27/09/2017

Empire ou Nation ? Contrastes du destin allemand

220px-Friedrich_Zweite_Alt.jpg 
 
Sur le vif - Mercredi 27.09.17 - 15.39h
 
 
Les chrétiens-démocrates allemands n'aiment pas les nations, mais l'Empire. Même lorsqu'ils construisent "l'Europe", ils réinventent une structure bien précise, qui a existé pendant un millénaire, de Charlemagne à 1806 (défaite d'Iéna) : le Saint-Empire.
 
 
Adenauer, "Européen" de la première heure, signataire du Traité de Rome en 1957, lorsqu'il tend la main au Français Schuman et à l'Italien De Gasperi, réintroduit l'Allemagne, sur les décombres du Reich, dans une construction dont l'axe Nord-Sud, le rôle de la catholicité, le principe d'arbitrage supranational, sont exactement calqués sur l'architecture du Saint-Empire. Avec ses réseaux de suzerainetés et de vassalités, sa décentralisation, son manque d'identification (à de notables exceptions, comme Charles Quint) du pouvoir suprême.
 
 
Kohl, Rhénan, catholique, avale d'un coup la DDR, à coups de milliards, avec une vulgarité sans précédent dans la méthode, le tout sous les applaudissements, sous le seul prétexte que cette DDR était communiste, et que l'Ouest représentait le camp du bien. Kohl, qui démantèle l'ex-Yougoslavie, avec son ministre Genscher, dans le seul but de rétablir les intérêts économiques des anciennes puissances tutélaires germaniques sur la Slovénie et la Croatie. Kohl, dont les services secrets ont joué au Kosovo un rôle qui, on veut le croire, sera un jour exposé à fond dans les livres d'Histoire. Kohl, entreprenant tout cela, tente aussi de refaire l'Empire. Dans sa politique balkanique, c'est flagrant.
 
 
Mme Merkel, c'est plus compliqué. Elle est CDU, mais vient de l'Est, où elle a grandi, et fait de brillantes études. Sa politique apparaît à la fois comme habile et hasardeuse, cohérente et chaotique, il faudra du temps pour en dégager des axes de lisibilité. Une chose, toutefois, est sûre : dans la question ukrainienne, elle joue le jeu d'une obédience atlantiste qui, à terme, ne servira pas dans la région les intérêts supérieurs de l'Allemagne, car un jour, les Américains se retireront d'Europe. Dans la question grecque, elle s'est comportée avec une suzeraine arrogance. Elle n'a cessé de donner des ordres à ce pays, lui fixer des conditions, au nom de "l'Europe". En fait, pour assurer la suprématie allemande.
 
 
Le pari du grand Frédéric II (1740 - 1786), c'était de reconstruire l'Allemagne à partir de la puissance prussienne. Avant Fichte, avant Bismarck, ce souverain d'exception (dont je ne me lasse pas de lire les actes et la vie) a pressenti l'idée allemande. Il est, au fond, le père de la nation allemande, telle qu'elle sera pensée, après sa mort, sous l'occupation de la Prusse par les Français (1806 - 1813), puis lentement mise en oeuvre au 19ème siècle. Cette grande aventure-là se termine avec fracas, puis silence, le 8 mai 1945. Allemagne, Année Zéro.
 
 
Se termine, pour un temps. Plus j'y pense, plus j'entrevois (en termes de nations, pas d'idéologie), l'année 1945 comme une défaite d'étape. Dévastatrice, certes, mais pas plus qu'en 1648, après la destruction des Allemagnes, à la fin de la Guerre de Trente Ans. A lire, Simplicius, le chef d’œuvre de Grimmelshausen, dont s'est tant inspiré Günter Grass, l'un des géants de la littérature allemande du 20ème siècle.
 
 
Construction nationale, ou impériale ? Là est la question centrale, quand on examine l'Histoire allemande, et le rapport très complexe, empli de non-dits, de ce pays avec ce qu'il est convenu, par facilité, manque de nuances, et au fond ignorance, paresse intellectuelle, d'appeler "l'Europe".
 
 
Je ne suis pas sûr que, confronté aux réalités tangibles de l'Histoire allemande depuis Frédéric II, notamment depuis la Guerre de Sept Ans (1756 - 1763), le mot "Europe", trop générique, trop diaphane, et au fond trop flasque, veuille dire grand-chose.
 
 
Pascal Décaillet
 
 

15:39 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

UDC - PLR : le ton monte !

8499.jpg?CacheBusterGUID=f847acc4-1fee-4a08-98b9-7eb550f48f8e 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 27.09.17

 

Il y a eu Thomas Bläsi, sur le plateau de Genève à chaud, en peine campagne de Pierre Maudet pour le Conseil fédéral. Et puis, dans les mêmes circonstances, il y a eu deux fois Marc Fuhrmann, président de l’UDC genevoise, face à son homologue PLR Alexandre de Senarclens. Tout cela, à quelques jours d’intervalle, seulement. Que s’est-il passé ? Des flèches au curare, décochées par l’UDC, contre le PLR à Genève. Que les tireurs fussent, au civil, des gentlemen aussi courtois que le débonnaire pharmacien Bläsi ou le très civil Fuhrmann, ne change rien à l’affaire. Il y a, clairement, une rogne de l’UDC contre le PLR, au bout du lac. Comme si, une goutte d’eau ayant fait déborder le vase, tout devait maintenant sortir, s’écouler, s’épancher. Comme si les esprits, trop longtemps contenus, avaient maintenant besoin de fulminer. Crever l’abcès.

 

La goutte d’eau, c’est la campagne Maudet pour la plus haute marche du podium, en Suisse. On sait à quel point le candidat genevois a été accueilli froidement, lors des auditions, par le groupe UDC des Chambres fédérales : près d’un tiers de l’Assemblée fédérale, et une seule voix pour le candidat de Genève ! C’est le tournant de la campagne, l’irruption de la Statue du Commandeur, celle d’une Vieille Suisse, chargée d’Histoire, conservatrice, attachée à des traditions locales, nationales et populaires, qui n’est pas nécessairement très sensible aux accents d’urbanité, d’Europe, d’incantations numériques et d’armée réduite à sa portion congrue de la campagne Maudet. Le choc de deux univers. Avec, à la clef, une sanction.

 

Alors, ce rejet du candidat Maudet par l’UDC, aux Chambres fédérales, on en parle à Genève, on en débat. Et c’est là que le gentil apothicaire et le placide président décident de passer à l’attaque. Face au numéro 1 du PLR genevois, ils évoquent le comportement méprisant de ce parti à leur endroit. Pierre Maudet, sur divers projets discutés au Grand Conseil, ne leur accorderait aucune place, aucune écoute, comme s’ils n’existaient pas. Du coup, on voudra bien comprendre qu’ils ne soient pas surexcités d’envie à le voir devenir conseiller fédéral. Tout cela, chacun avec ses mots, MM Bläsi et Fuhrmann le disent. En face, Alexandre de Senarclens, maître de lui-même, encaisse, avec juste la crispation d’un demi-sourire. Plus qu’il n’en faut pour faire éclater aux yeux du public un état de tension – pour user d’un mot poli – entre ces deux partis de la droite genevoise.

 

Le discours tenu au PLR par l’UDC, c’est celui d’une humiliation ressentie. Il est survenu en double période électorale, celle de la campagne Maudet pour Berne (désormais terminée, comme on sait), mais surtout celle de la pré-campagne pour les élections cantonales du printemps 2018. Il a des accents de théâtre, au mieux le surgissement d’Elvire dans Dom Juan, au pire le soupir éconduit d’une soubrette de boulevard, mais son enjeu est réel. Il démasque une face longtemps cachée. Il révèle. Pour l’heure, rien n’est réglé. Peut-être, l’amorce d’un affranchissement. Et puis, peut-être pas. Comme au théâtre, décidément. A suivre, dès le prochain épisode.

 

Pascal Décaillet

 

12:05 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Imprimer |  Facebook | |

26/09/2017

Mère blafarde

 

Sur le vif - Mardi 26.09.17 - 07.30h

 

En 1989-1990, il n'y a pas eu de "réunification" des Allemagnes. Il y a eu absorption, pure et simple, de la DDR par la BRD. Il y a eu annihilation de tout ce que la DDR, depuis 1949, avait tissé, comme système social notamment. Il y a eu rachat, à coup de centaines de milliards, d'un pays par un autre.

 

Il y a eu l'éradication d'un système étatiste, hérité de conceptions beaucoup plus prussiennes que communistes, au profit d'un capitalisme goulu, vorace, gigantesque, dévastateur.

 

Il y a eu Helmut Kohl, tout fier de montrer au monde capitaliste ce que l'Allemagne pouvait faire pour promouvoir ce modèle désormais unique au monde, l'autre (en face) s'étant effondré. Le même Kohl, au même moment, qui allait entreprendre toutes choses pour démembrer un pays qui s'appelait la Yougoslavie. Un jour, l'Histoire racontera le rôle des services secrets de Kohl et Genscher dans ce démantèlement.

 

L'Allemagne de l'Ouest, capitaliste et atlantiste, a purement et simplement racheté, avec une vulgarité sans précédent, digne des prédateurs d'argent des pièces de Brecht, l'Allemagne de l'Est. Elle l'a rachetée pour faire du profit financier. Ce fut un rachat de casino, blafard comme dans le poème du même Brecht, l'un des plus éblouissants visionnaires de la littérature allemande. Deutschland, bleiche Mutter !

 

Elle l'a rachetée, et puis elle l'a laissée tomber. Elle a négligé son tissu industriel. Elle a omis d'en soigner le corps social. Elle a méprisé sa Saxe, et surtout sa Prusse. Elle a laissé y prospérer le sentiment d'abandon, d'injustice. Le ressentiment. La colère.

 

Et puis ?

 

Et puis, un jour, il y a eu l'AfD.

 

C'est tout.

 

Pascal Décaillet

 

09:28 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

25/09/2017

AfD : le Jugement dernier, c'est si facile !

tympan-conques.jpg 

Sur le vif - Lundi 25.09.17 - 13.44h

 

Insupportables réflexes moralisateurs, dans la presse romande, face à la percée de l'AfD, en Allemagne. On ne cherche pas à comprendre, à décortiquer les causes : on pointe le doigt vengeur du Jugement dernier. Das jüngste Gericht !

 

Mais quand donc notre presse parviendra-t-elle à s'extraire de la position du prédicateur, en chaire, qui loue ce qui est juste et bon, voue à l'Enfer ce qui ne l'est pas ?

 

On partage ou non les thèses de l'AfD, là n'est pas la question. Mais il se trouve qu'un nombre important de citoyennes et citoyens allemands, habilités à voter et auxquelles nous n'avons aucune leçon à donner, ont accordé leurs voix à ce parti.

 

Je connais bien l'Allemagne. J'y ai passé beaucoup de temps, naguère. J'en connais l'Histoire à fond. Je me dis que, peut-être, avant de traiter en bloc de nazis les gens de l'AfD, on pourrait s'interroger sur les raisons de leur vote.

 

Désertification économique d'une partie de l'ex-DDR (là aussi, je connais). Laissés pour compte d'une réunification qui ne fut, en fait, rien d'autre qu'une absorption de la DDR par la BRD, à coups de milliards de capitaux, pour le profit financier plutôt que pour vraiment vitaliser le tissu industriel de la Saxe et de la Prusse. Regardez les chiffres : voyez les taux obtenus par l'AfD dans l'ex-DDR !

 

Et puis, comme déjà noté ce matin (et dénoncé ici même, au jour le jour, pendant tout l'automne 2015), la catastrophique politique migratoire de Mme Merkel, il y a deux ans.

 

Et encore, la fin d'un système, usé jusqu'à la moelle, omnipotent depuis 1949 : celui de cette démocratie chrétienne européiste, avec son clientélisme à l'intérieur, ses rêves de Saint-Empire à l'extérieur, ses réseaux de pouvoir, ses parfums de bénitier, depuis trois quarts de siècle. Le vote d'hier, c'est le glas du binôme CDU - SPD. D'autres acteurs surgissent sur la scène politique, ce qui est parfaitement normal.

 

Tout cela, et tant d'autres choses encore, j'aurais aimé le lire, ou l'entendre, dans la presse romande. C'est peut-être, me semble-t-il, un peu plus éclairant que les leçons de morale - et d'ignorance historique - sur le retour du nazisme.

 

Pascal Décaillet

 

14:05 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

24/09/2017

Vive la démocratie directe !

 

Sur le vif - Dimanche 24.09.17 - 12.53h

 

Très heureux de la décision cantonale genevoise sur l'abaissement du nombre de signatures pour les initiatives et les référendums.

 

Dans notre système suisse, la pierre angulaire, c'est le peuple, entendez le corps électoral : les citoyennes et citoyens.

 

Une communauté humaine n'a rien à craindre d'une prise en charge croissante de la politique par le peuple. Non pour se substituer aux Parlements (il faudra toujours des gens pour écrire les lois et s'échiner sur les virgules). Mais pour indiquer les grandes orientations, initier des débats majeurs, et parfois (référendums) corriger les décisions législatives jugées mauvaises.

 

Les deux partis, à Genève, qui ont cru bon de s'opposer à cette réforme n'auront finalement montré que le vieux réflexe défensif d'une caste qui, au nom de la sacro-sainte "démocratie représentative", redoute comme la peste la verticalité tellurique du suffrage universel.

 

Vive la démocratie directe !

 

Pascal Décaillet

 

13:22 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

22/09/2017

DFAE : l'attente d'une rupture

624

 

Sur le vif - Vendredi 22.09.17 - 19.11h

 

Rien de plus insupportable que ce discours des correspondants au Palais fédéral, métier que je connais pour l’avoir pratiqué : le nouveau ministre des Affaires étrangères, Ignazio Cassis, n’aurait qu’une infime marge de manœuvre pour s’écarter de la politique européenne de son prédécesseur. Ce discours est faux. Il suinte l’interne du sérail, l’adhésion aux pratiques de ces dernières années. Il laisse entendre que notre politique extérieure serait comme vouée à l’immuable.

 

Ce raisonnement, c’est l’abdication de la foi en la politique, tout court. C’est le renoncement à la capacité d’une nation à affirmer ses choix, puis les mettre en œuvre. C’est faire croire que la Suisse, n’étant que l’engrenage d’un ensemble, n’aurait qu’une prise infime, voire inexistante, sur le destin. C’est une vision désespérante. Citoyen de ce pays, je la récuse, de toutes mes forces.

 

Monsieur Cassis, n’écoutez pas ce discours. Ayez une vision, respectez les décisions du peuple suisse, celle du 9 février 2014 par exemple, mettez en avant notre cohésion nationale, affirmez la volonté du pays, et vous aurez restauré, dans le concert des nations, une politique suisse digne de ce nom.

 

Monsieur Cassis, en politique européenne, nous avons besoin d’une rupture. Principalement, dans la tonalité. Votre prédécesseur, si préoccupé de « respect », semblait hésitant à effleurer la moindre carte d’un château dont il ne voulait surtout pas troubler la belle construction. Il était, certes, un homme de bonne volonté, mais sa gestion de l’après-9-février, et avec lui celle de l’ensemble du Conseil fédéral, a été d’un attentisme catastrophique. Le Parlement, tant bien que mal, a tenté de faire le boulot, le gouvernement n’a pas donné d’impulsion. Comme s’il était groggy.

 

Monsieur Cassis, les citoyennes et citoyens de ce pays attendent que vous restauriez la fierté de notre pays face à l’Union européenne. Non en coupant les ponts, personne ne parle de cela. Mais en rompant avec ces intonations apeurées, gémissantes, tétanisées devant les « réactions de Bruxelles » aux décisions de notre seul véritable souverain, le peuple suisse. Si vous montrez, par quelques signaux bien sentis, dès le début de votre mandat, à l’Union européenne que notre pays est ferme dans la défense de ses décisions, vous aurez non seulement l’estime de Bruxelles, ce qui est peu de choses, mais celle, ô combien plus précieuse, du peuple suisse.

 

Monsieur Cassis, vous avez plaidé dans la campagne pour une immigration contrôlée. Vous venez d’un canton qui, comme Genève, sait ce que peuvent signifier les flux transfrontaliers. Vous êtes un homme d’expérience, cultivé, vous parlez les langues : vous pouvez, tout en gardant sur la forme la courtoisie qui est la vôtre, devenir un grand ministre des Affaires étrangères. A cela, une condition, sine qua non : placer le peuple suisse, sa nécessité de cohésion, de justice sociale, d’attention aux équilibres internes, avant l’idée de plaire à la fausse, à l’hypocrite, à la menteuse douceur des réunions multilatérales. Dès que surgit le tragique de l’Histoire, ces pantins s’évanouissent dans la nature. Et chaque nation, chaque peuple, se retrouve seul face à son destin.

 

Monsieur Cassis, j’ai confiance en vous, et vous souhaite plein succès dans vos activités au service de notre pays.

 

Pascal Décaillet

 

 

19:11 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Imprimer |  Facebook | |

Les partis ont-ils encore un sens ?

800px-bundesverfassung_1848_schweiz.jpg 

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 20.09.17

 

Lorsque paraîtront ces lignes, vous connaîtrez le nom du nouveau conseiller fédéral. Une compétition qui se sera jouée au sein d’un seul parti : le PLR. Oh, par n’importe lequel : sa composante « R », comme « radical », fut la fondatrice, en 1848 et dans les décennies suivantes, de la Suisse moderne. Pourquoi un PLR, à tout prix ? A cause d’un pacte tacite, appelé « formule magique », datant de 1959, exigeant que les trois partis en tête des élections fédérales (législatives), en octobre, tous les quatre ans, obtiennent chacun, en décembre suivant, deux conseillers fédéraux, et le quatrième, un seul. Didier Burkhalter ayant démissionné en cours de législature (2015-2019), son successeur devait donc appartenir, comme lui, au PLR.

 

En Suisse, ce n’est pas le peuple qui élit les conseillers fédéraux, mais les 246 membres de l’Assemblée fédérale. On a proposé récemment au peuple de changer cela, en sa faveur, il a refusé. Dont acte. L’élection de l’exécutif, l’un des actes majeurs de notre vie politique, se voit donc cantonnée au minuscule théâtre de la Berne fédérale. Un champ d’action que j’ai fréquenté de longues années, et dont je crois connaître le langage et les codes. Les partis y sont rois. Le Conseil fédéral, d’ailleurs, rencontre régulièrement les chefs des quatre partis gouvernementaux dans une maison patricienne de la Vieille Ville de Berne, cela s’appelle les Entretiens de Watteville. On y devise sans trop élever la voix, entre gens de bonne compagnie. Et ce système d’équilibre entre partis et gouvernement, ma foi, fonctionne. Une horlogerie fine, unique au monde.

 

En attendant l’éternité de l’immuable, on nous permettra tout de même de poser ici quelques questions, oh fort polies, sur la pertinence, au 21ème siècle, de laisser encore tant de champ et de pouvoir à des familles de pensée issues, pour la plupart, du 19ème. Les radicaux sont les fils de la Révolution et des Lumières. Les démocrates-chrétiens, ceux de la Vieille Suisse, catholique, paysanne, opposée aux réformes trop rapides des radicaux entre 1848 et 1891. Les socialistes sont ceux de l’Internationale, avant la scission de cette dernière. L’UDC est principalement de souche agrarienne, même si cela a beaucoup changé ces trente dernières années.

 

Voulons-nous, pour l’éternité, nous en remettre aux petits arrangements entre partis, à ces épiceries soupesées, au niveau d’états-majors où tout le monde se connaît, se tutoie, se tape dans le dos ? Ne devons-nous pas, au contraire, utiliser à fond, en les étendant même, les ressorts de la démocratie directe : gestion de la politique, non en fonction d’une couleur, d’une famille, d’une bannière ou d’une fanfare, mais par objectifs, comme dans les comités d’initiative ? Depuis quand les partis prospèrent-ils ? Depuis 1848, âge d’or de la démocratie représentative. A partir de quand commenceront-ils à perdre de l’influence ? Lorsque les citoyennes et citoyens, voulant atteindre des buts précis plutôt que de nourrir sous perfusion des idéologies mourantes, auront pris en charge, directement, leur destin politique. Mais le veulent-ils, seulement ? C’est toute la question.

 

Pascal Décaillet

   

 

14:24 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

21/09/2017

Débriefer dans le train retour, c'est un peu court...

 

Sur le vif - Jeudi 21.09.17 - 13.51h

 

L'échec de Pierre Maudet n'est pas celui d'un homme : il est jeune, brillant, sa capacité à rebondir ne m’inquiète guère.

 

Non. Cet échec est celui d'un système de pensée, à l'intérieur du PLR, principalement dans ses sections de l'Arc lémanique. Cette obsession maladive du jeunisme, de la nouveauté, de "l'innovation" (mot magique, incantatoire, totalement vide de sens). Cette religion du "numérique", dont personne ne nie certes l'importance, mais qui ne nécessite pas une telle dévotion rhétorique.

 

Cette arrogance de prétendre "faire de la politique autrement", comme si les générations d'avant, celles qui ont produit des Chavanne et des Delamuraz, des Furgler et des Tschudi, n'avaient jamais rien compris à rien.

 

Cette posture à tout vouloir réinventer. Cette prédominance - qu'on trouve aussi dans le journalisme, hebdomadaire notamment - à vouloir que la réalité se plie, non aux faits, mais aux angles d'idées qu'on a puissamment définis en amont, avec un volontarisme métallique, dominateur.

 

Cette grande illusion de vouloir à tout prix établir des passerelles avec la gauche (dont on s'imagine qu'en récompense, elle va voter pour vous).

 

Pire que tout : le mépris affiché, par certains caciques PLR à Genève (pas tous), face à la famille politique qui siège à sa droite, je veux parler clairement de l'UDC. Faible à Genève. Mais très puissante au niveau national.

 

On notera encore la très mauvaise stratégie (dont je devine les souffleurs) consistant en une profonde méconnaissance des dynamiques de droite dans les cantons alémaniques. On est parti comme en 40, projetant comme des grands la situation genevoise, totalement idiomatique, à celle de l'ensemble du pays. On a cru qu'on pourrait s'en sortir en traitant le reste de la droite suisse comme des gueux.

 

On a eu tort. C'est tout.

 

Loin d'être portée par le seul Pierre Maudet, cette idéologie est promue, avec une arrogance sans pareil, depuis une bonne douzaine d'années, par l'actuel Président du Conseil d’État genevois.

 

Avoir "débriefé hier dans le train retour de Berne" est peut-être un peu court. Mais c'est leur affaire, of course.

 

Leur chance, c'est que les autres roupillent.

 

Le Sommeil du Juste, c'est juste le sommeil.

 

Pascal Décaillet

 

14:14 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

20/09/2017

La droite vous dérange, Chers Confrères ?

 

Sur le vif - Mardi 20.09.17 - 15.07h

 

L'exaspération avec laquelle tant de journalistes SSR, notamment en radio, considèrent le "glissement à droite" du Conseil fédéral, suite à l'élection d'Ignazio Cassis, est singulièrement révélatrice.

 

Que se passe-t-il, et de quoi parle-t-on ? Aux élections fédérales d'octobre 2015, le peuple suisse a envoyé aux Chambres fédérales une très nette majorité de droite, principalement UDC (premier parti du pays) et PLR. Mais aussi, des PDC nettement plus conservateurs, en moyenne, que la section genevoise, sur la jauge de laquelle il faudrait, du bout du lac, cesser de mesurer le parti national.

 

Oui, la Suisse est à droite. Son Parlement est de ceux, en comparaison européenne, où le poids de la gauche est le plus faible. Non par grâce divine, mais par volonté populaire, venue d'en bas.

 

Dans ces conditions, le "glissement à droite", qui fait s'étrangler les intervieweurs SSR, n'est rien d'autre qu'une adaptation souhaitable de l'exécutif fédéral sur la représentation parlementaire, voulue il y a deux ans par le souverain. Nous sommes à l'exact milieu de la législature : il était temps que cette évolution du curseur s'opérât.

 

Et puis, quoi, Mesdames et Messieurs les journalistes SSR ! Le gouvernement de notre pays n'aurait pas le droit d'être, éventuellement, à droite, surtout si les Chambres le sont aussi nettement ? En quoi cela serait-il une tare ? Morale ? Théologique ? Transcendante ?

 

Le vrai problème, ça n'est pas l'adaptation du curseur à Berne. Mais les jugements de valeur, toujours les mêmes, des journalistes SSR, visant à faire du centre-gauche un positionnement moralement acceptable, et de tout ce qui ressemble à la droite, une anomalie condamnable.

 

 

Pascal Décaillet

 

 

15:37 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Pierre, Epictète, la vie qui continue

125452.jpg?1504721608 

Sur le vif - Mercredi 20.09.17 - 10.26h

 

Pierre Maudet a fait une excellente campagne. Il a été un candidat courageux, dynamique, offensif, inventif. Il s’est battu sur des idées, et la sincérité de son engagement force le respect de tous, y compris ceux (dont je fais partie, en matière d’Europe et d’immigration notamment) qui ne partagent pas ses convictions. Ce matin, il perd, mais il peut être fier de son combat, et peut rejoindre son canton la tête haute.

 

A son échec, deux raisons. D’abord, la nécessité, ressentie comme impérieuse par l’Assemblée fédérale, d’un retour de la Suisse italienne dans l’exécutif fédéral. A cela, le candidat genevois ne pouvait pas changer grand-chose. Il connaît le début du Manuel d’Epictète, ce qui dépend de nous, ce qui n’en dépend pas.

 

L’autre raison, que j’expose ici depuis des semaines, notamment dans mon texte consacré à la Statue du Commandeur, c’est que dans la Berne fédérale, on ne traite pas la vieille droite suisse, patriote et conservatrice, comme on croit bon de la traiter à Genève. A l’UDC, Pierre Maudet, l’homme du rapprochement avec l’Union européenne et de l’opération Papyrus, ne s’est fait que des ennemis. Il aurait voulu refaire le coup de Christophe Darbellay contre Blocher le 12 décembre 2007 : construire l’élection d’un candidat de droite en misant sur la gauche. C’est une erreur.

 

L’homme, donc, rentre à Genève, et continuera d’y tenir un rôle signalé. S’il pouvait, dans l’avenir, considérer avec un peu moins de hauteur ses alliés cantonaux de droite, il gagnerait en estime dans sa propre famille politique. Lorsque je dis « famille », je n’entends pas seulement le PLR, mais la droite au sens large. Celle qui, dans un improbable marais d’incertitudes, est réputée commencer au PDC. Et, vers des terrains plus clairs et plus lisibles, aller jusqu’à l’UDC.

 

Cette Vielle Suisse conservatrice, une certaine arrogance genevoise se permet de la prendre de haut. Au niveau fédéral, cette superbe et ce mépris ne sont tout simplement pas possibles. Cette Statue du Commandeur surgit des entrailles profondes de notre pays, de son Histoire. Pire : conseillé de façon qu'on peut soupçonner d'avoir été un peu légère, Pierre Maudet l'a sous-estimée dans son propre parti national, le PLR. Il y a trente ans, la droite qui faisait peur à la gauche, ça n'était pas l'UDC, mais les radicaux. De cette filiation, en Suisse alémanique, demeurent des traces.

 

En politique, on ne construit rien de durable contre sa propre famille naturelle. Sans doute Pierre Maudet l’a-t-il maintenant appris. Cela lui aura, peut-être, coûté une élection. Il lui reste la vie, son énergie, sa puissance de travail. La politique, en Suisse, devra compter sur cet homme, pour un sacré moment.

 

Pascal Décaillet

 

10:26 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

18/09/2017

Ultime brève de zinc

 

Sur le vif - Lundi 18.09.17 - 15.53h

 

Selon nos informations, la direction du Bellevue, à Berne, envisage de licencier sur le champ tout barman ayant l'indélicatesse de proposer un Cassis Royal à la délégation genevoise, lors de la Nuit des longs Couteaux.

La direction du palace, renseignée sur les relations difficiles du Conseil d’État genevois avec les barmans, veut éviter toute empoignade virile, de nature à nuire au prestige de l'hôtel.

 

Pascal Décaillet

 

17:05 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |

15/09/2017

Election au CF : le quatrième homme

 

Sur le vif - Vendredi 15.09.17 - 18.23h

 

Manuel Tornare ayant judicieusement rappelé, il y a quelques minutes, sur la RSR, que M. Kim parlait suisse-allemand (ce qui ne doit pas être exagérément courant en Corée du Nord), il me semble que cet atout linguistique, accompagné d'une remarquable connaissance des questions de défense nationale, devraient nous amener à considérer avec attention la candidature de l'homme fort de Pyongyang, mercredi prochain, comme quatrième homme possible, devant l'Assemblée fédérale.

 

La question de la double nationalité pourrait se régler à l'amiable, avec le Général suisse, sur la ligne de démarcation entre les deux Corées. Là où se meurent les parallèles. Et où les matins, dit-on, sont si calmes.

 

 

Pascal Décaillet

 

19:27 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

14/09/2017

La Statue du Commandeur

 

Sur le vif - Jeudi 14.09.17 - 14.28h

 

Au début des années 1980, lorsque j'ai commencé dans le journalisme, la droite suisse, c'étaient les radicaux. Quand j'étais au Journal de Genève, on parlait de la Bahnhofstrasse comme d'un Temple de la droite la plus redoutable. L'UDC, alors, ne faisait peur à personne.

 

Et puis, il y a eu un tournant.

 

Qui, parmi nous, se souvient encore d'Otto Fischer ? Co-fondateur de l'ASIN, en 1986, à la faveur du premier débat sur l'entrée de la Suisse à l'ONU. Cet homme, que j'ai connu à Berne, n'était pas un UDC, mais... un radical.

 

A l'époque, la droite souverainiste, c'étaient les radicaux. Emmenés par les Zurichois.

 

Ça n'est qu'à la fin des années 80 que Christoph Blocher, président de la section zurichoise de l'UDC, a commencé à émerger avec visibilité nationale. Ma première interview de lui date de 1991. C'est évidemment la campagne du 6 décembre 1992, que j'ai couverte d'un bout à l'autre et dans toutes les régions du pays, qui le propulsera au firmament de la politique suisse.

 

Dans les années 60, 70 et 80, alors que l'UDC était plutôt de connotation agrarienne, la droite dure, la bête noire de la gauche romande, c'étaient les radicaux zurichois. Et certains Bernois, et Argoviens. Et même... certains Vaudois !

 

Qu'a fait Blocher ? Une captation d'héritage, simplement, sur l'aile droite et souverainiste du Grand Vieux Parti.

 

Et ça a marché.

 

Une aile importante de l'actuel PLR - une aile, en tout cas - est loin d'être étrangère, dans tout ce qu'elle a pu historiquement représenter dans la philosophie politique suisse, à l'actuelle UDC.

 

Cette aile, de son propre parti, votera-t-elle Maudet, dans la matinée du mercredi 20 septembre ? Dans un décompte qui promet d'être serré, nous sommes dans le "détail" qui pourrait faire pencher la balance.

 

Je pense que cette question est décisive. Et que rien de durable ne se construit en reniant - ou en méprisant - une partie de son propre héritage.

 

Cette aile, ce sera mercredi la Statue du Commandeur

 

Pascal Décaillet

 

14:59 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

13/09/2017

Pierre et la Sphinx

559950f822baf938513806.jpg 

Sur le vif - Mercredi 13.09.17 - 13.51h

 

Je connais bien Berne et ses rites, j'y ai passé de nombreuses années. Ce qui est arrivé hier à Pierre Maudet, après une campagne tambour battant, comme s'il s'agissait d'être élu au suffrage universel, c'est le début du piège qui se referme sur le candidat trop bruyant, surgi de l'extérieur.

 

Le piège, à l'instar de certains crustacés, rend captif tout ce qui pourrait nuire à la conservation de ses propres rites, de son propre tempo, de sa propre démarche. L'étranger au cercle, par nature, y est un intrus.

 

Comme une sanction à l'impétrant qui aurait eu le front de se présenter dans le sanctuaire sans avoir donné des signes d'allégeance.

 

Ou d'obédience.

 

Ou comme la Sphinx, qu'il me plaît en helléniste de mettre au féminin, qui ne permet le passage qu'à celui qui se plie à la liturgie des questions. On ne lui demande pas ce qu'il pense. Mais de réciter le rituel, sans dévier.

 

Ainsi, la vie de Berne. Comme le murmure recommencé d'une prière.

 

Pascal Décaillet

 

15:00 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

DIP : voracité PLR

220px-Anne_Emery-Torracinta.jpg 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 13.09.17

 

Ils sont comme des requins, attirés par la moindre goutte de sang : ils vont chercher le point faible. Nathalie Fontanet et Alexandre de Senarclens, les deux candidats PLR (avec, jusqu’à nouvel ordre, Pierre Maudet) au Conseil d’Etat, multiplient les attaques contre Anne Emery-Torracinta, cheffe du DIP. Elle aurait, par exemple, laissé en jachère le champ de l’initiation au numérique, véritable dada de tout PLR, sur Genève ou sur Vaud, frénétique « d’innovation », obsédé par l’idée de se montrer branché dans ce secteur, moderne, à la pointe. Entre deux hymnes à la blanche félicité des start-ups.

 

La cheffe du DIP a-t-elle négligé l’importance de l’informatique ? Pas sûr. Ce qui, en revanche, est certain, c’est que cette ministre, clairement choisie comme cible privilégiée par le PLR, n’a absolument pas démérité pendant son mandat. Elle n’a peut-être pas eu le souffle d’un Jules Ferry, ni d’un André Chavanne. Mais enfin, que je sache, elle n’a commis aucune erreur majeure, qui puisse être comparée à une mauvaise gestion du G8, de la police ou de la mobilité, pour prendre trois exemples, au hasard, de ces quinze dernières années.

 

Sera-t-elle réélue ? Je n’en sais rien. Mais à mes yeux, son bilan est parfaitement comparable à ceux de ses collègues. Tout au plus fait-elle moins de tintamarre que d’autres sur la communication. Elle ne se déplace pas en Harley. Non. Comme Serge Dal Busco, discret et bosseur, elle fait son boulot. N’en déplaise à la rapace voracité des candidats PLR.

 

Pascal Décaillet

 

12:22 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

10/09/2017

Prévoyance 2020 : je vote finalement oui

bild_s12.jpg 
 
 
Sur le vif - Dimanche 10.09.17 - 14.26h
 
 
Après des semaines de réflexion intense, une analyse approfondie du dossier, et de puissantes hésitations, je voterai finalement en faveur de Prévoyance 2020, le programme de réforme de nos retraites, sur lequel nous sommes appelés à nous prononcer le 24 septembre.
 
Oh, ce projet n'est pas parfait, loin de là. Il brille par son absence d'unité de matière. Il mélange le destin du premier pilier (AVS, 1947) avec celui du deuxième (prévoyance professionnelle, 1985). Il déshabille Paul (baisse du taux de conversion) pour habiller Jean (augmentation des rentes AVS). Il est le fruit d'un incroyable bric-à-brac parlementaire. Il ne résout pas les problèmes pour les moins de 45 ans.
 
Mais, aussi imparfaite soit-elle, nous avons là une solution pour les douze ou quinze années à venir. J'ai étudié de très près l'Histoire de l'AVS, j'ai même lu les débats de 1947. Ce fleuron de nos assurances sociales a été révisé dix fois dans le premier demi-siècle de son existence, dont trois fois sous l'excellent conseiller fédéral socialiste Hanspeter Tschudi (1959-1973), cf photo, que j'ai eu l'honneur d'interviewer chez lui, à Bâle, en 1993, pour ses 80 ans.
 
Mais voilà : depuis vingt ans, les choses n'avançaient plus. Il était temps, aujourd'hui, de faire quelque chose. Une assurance sociale est un tissu vivant, en évolution permanente, en fonction de la démographie, notamment. Nous sommes condamnés à adapter l'AVS tous les quinze ans, environ.
 
Surtout, si le projet ne passe pas (ce qui est fort possible, à cause de son côté complexe), il faudra tout reprendre à zéro. Une décennie de boulot ! Mieux vaut, à mon avis, lancer une première réforme, pour au moins insuffler au pays une direction claire, quitte à intégrer très vite les mécanismes de correction qui s'imposeront, pour être mis en oeuvre dès l'horizon 2030.
 
Bref, tout bien pesé, je voterai oui. Ce ne sera pas un oui du coeur, encore moins un oui de l'enthousiasme. Mais un oui de la raison. Cette "Vernunft" des radicaux du dix-neuvième siècle, héritée des grands philosophes, soucieuse d'équilibre. Des valeurs fondamentales dans la fragile et passionnante construction de notre pays.
 
 
Pascal Décaillet
 
 
 

14:26 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Imprimer |  Facebook | |

06/09/2017

Candidats : l'obsession du réseau

5113644-wineglasses-le-bar-avec-une-foule-en-arri-re-plan-flou.jpg?ver=6 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 06.09.17

 

La politique est un art compliqué. Pour quelques élus, il est celui de gérer au mieux la Cité, prendre des décisions, anticiper l’avenir, marquer sa génération. Au niveau genevois, qui, depuis la guerre, peut se targuer d’avoir agi à cette hauteur-là ? Peut-être André Chavanne, Christian Grobet, Guy-Olivier Segond, et quelques autres, qui voudront bien me pardonner de ne point les citer. On les aime ou non, mais ils ont imprimé leur trace, ça n’est pas rien. En France, toujours depuis la guerre, de Gaulle, Mendès France, Mitterrand. En Allemagne, Willy Brandt. Bref, à chaque fois une poignée, alors que les politiciens sont légions.

 

La première nécessité du politicien, c’est de se faire connaître. Emerger. Occuper un espace, d’audience ou de visibilité, qui lui permette d’être identifié. Pas simple ! La concurrence est féroce, surtout à l’interne du parti, les places sont chères, personne ne se fait de cadeaux, il faut jouer des coudes, tenter d’exister. Lorsqu’approchent les élections (nos cantonales, ce sera au printemps 2018), les candidats se mettent à tourner dans tous les sens. Il faut être partout, se montrer, prouver immédiatement, sur un réseau social, qu’on a participé à telle communion d’existence, vibré à telle extase de cocktail, souri dans la meilleure des humeurs, touché, embrassé ses contemporains. Bref, attester qu’on est là, bien vivant, débordant de santé, pétaradant de félicité dans le contact des humains.

 

A ce jeu d’apparitions, où l’image sainte le dispute à l’aridité du banal, tel conseiller d’Etat PDC, amateur de Harleys, n’ayant besoin de personne (d’autre que lui) pour faire sa pub, fou d’ubiquité, n’a pas son pareil. Il est partout, occupe le terrain jusqu’à l’ultime arpent, rayonne de bonheur. Hélas, tous les candidats ne jouissent pas d’une propension aussi impériale à l’immédiateté. D’aucuns tentent de l’imiter, notre motard archange, sans succès. Et là, gare à la fausse note ! Le public n’est pas dupe, et ne pardonne pas les personnages composés, forçant leur nature. En clair, si vous êtes discret et austère, n’essayez pas le mimer le geste auguste du bateleur, cela se retournera contre vous.

 

Tenue, entre Versoix et Chancy, dans un périmètre fort restreint, Genève est une République des miroirs. Un palais des glaces. Tout le monde y est partout, les corporations s’y enchaînent, les allégeances s’y déchaînent, les appartenances à des multitudes de sociétés s’y entremêlent. On finit par retrouver absolument partout la même grappe de quelques personnages-clefs, ceux qui ont compris la puissance du réseau. Tant mieux pour eux. Tout au plus pourrions-nous nous interroger sur un système où le miracle d’une apparition l’emporte sur la qualité de l’argument, où la vélocité à se montrer partout prime sur la puissance de solitude. En cas de crise, c’est pourtant cette dernière qui sera indispensable. Ils auront essaimé, papillonné, butiné. Mais au final, que restera-t-il de ces Zébulons tournicotants ? Beaucoup d’écume. Et, comme dans la tragédie, beaucoup de bruit pour rien.

 

Pascal Décaillet

 

12:25 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

05/09/2017

Philippe Roch : rien de douteux ! Juste un homme d'honneur !

 6340883.image?w=700&h=393

 

Sur le vif - Mardi 05.09.17 - 14.52h

 

Comment Nicolas Walder, président des Verts genevois, ose-t-il, dans une lettre ouverte à Luc Barthassat, qualifier de "douteuse" la décision d'inviter Philippe Roch à une table ronde, dans le cadre des dix ans de la création de la Direction générale de l'environnement ?

 

Juste parce que M. Roch est PDC, et pas Vert ? Ou juste parce qu'il a commis, en citoyen libre qu'il est, le sacrilège de s'opposer à la Stratégie 2050 ? Il faudrait donc, M. Walder, n'inviter dans les débats que des gens d'accord entre eux ?

 

M. Walder sait-il seulement - ou feint-il d'ignorer - tout ce que Philippe Roch, ancien directeur de l'Office fédéral de l'environnement, a fait, toute sa vie, pour la cause de la protection de la Nature, en Suisse ? Avec quelle conscience morale. Avec quelle élévation d'âme, inspirée des grands textes du Romantisme allemand, de multiples traditions spirituelles et littéraires ?

 

Philippe Roch : une authentique conscience de la Nature, dans le double sens germanique du mot, "Bewusstsein", tout autant que "Gewissen".

 

A quelques milliers de lieues marines des fundi et des ayatollahs.

 

Pascal Décaillet

 

15:04 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |