18/09/2017

Ultime brève de zinc

 

Sur le vif - Lundi 18.09.17 - 15.53h

 

Selon nos informations, la direction du Bellevue, à Berne, envisage de licencier sur le champ tout barman ayant l'indélicatesse de proposer un Cassis Royal à la délégation genevoise, lors de la Nuit des longs Couteaux.

La direction du palace, renseignée sur les relations difficiles du Conseil d’État genevois avec les barmans, veut éviter toute empoignade virile, de nature à nuire au prestige de l'hôtel.

 

Pascal Décaillet

 

17:05 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |

15/09/2017

Election au CF : le quatrième homme

 

Sur le vif - Vendredi 15.09.17 - 18.23h

 

Manuel Tornare ayant judicieusement rappelé, il y a quelques minutes, sur la RSR, que M. Kim parlait suisse-allemand (ce qui ne doit pas être exagérément courant en Corée du Nord), il me semble que cet atout linguistique, accompagné d'une remarquable connaissance des questions de défense nationale, devraient nous amener à considérer avec attention la candidature de l'homme fort de Pyongyang, mercredi prochain, comme quatrième homme possible, devant l'Assemblée fédérale.

 

La question de la double nationalité pourrait se régler à l'amiable, avec le Général suisse, sur la ligne de démarcation entre les deux Corées. Là où se meurent les parallèles. Et où les matins, dit-on, sont si calmes.

 

 

Pascal Décaillet

 

19:27 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

14/09/2017

La Statue du Commandeur

 

Sur le vif - Jeudi 14.09.17 - 14.28h

 

Au début des années 1980, lorsque j'ai commencé dans le journalisme, la droite suisse, c'étaient les radicaux. Quand j'étais au Journal de Genève, on parlait de la Bahnhofstrasse comme d'un Temple de la droite la plus redoutable. L'UDC, alors, ne faisait peur à personne.

 

Et puis, il y a eu un tournant.

 

Qui, parmi nous, se souvient encore d'Otto Fischer ? Co-fondateur de l'ASIN, en 1986, à la faveur du premier débat sur l'entrée de la Suisse à l'ONU. Cet homme, que j'ai connu à Berne, n'était pas un UDC, mais... un radical.

 

A l'époque, la droite souverainiste, c'étaient les radicaux. Emmenés par les Zurichois.

 

Ça n'est qu'à la fin des années 80 que Christoph Blocher, président de la section zurichoise de l'UDC, a commencé à émerger avec visibilité nationale. Ma première interview de lui date de 1991. C'est évidemment la campagne du 6 décembre 1992, que j'ai couverte d'un bout à l'autre et dans toutes les régions du pays, qui le propulsera au firmament de la politique suisse.

 

Dans les années 60, 70 et 80, alors que l'UDC était plutôt de connotation agrarienne, la droite dure, la bête noire de la gauche romande, c'étaient les radicaux zurichois. Et certains Bernois, et Argoviens. Et même... certains Vaudois !

 

Qu'a fait Blocher ? Une captation d'héritage, simplement, sur l'aile droite et souverainiste du Grand Vieux Parti.

 

Et ça a marché.

 

Une aile importante de l'actuel PLR - une aile, en tout cas - est loin d'être étrangère, dans tout ce qu'elle a pu historiquement représenter dans la philosophie politique suisse, à l'actuelle UDC.

 

Cette aile, de son propre parti, votera-t-elle Maudet, dans la matinée du mercredi 20 septembre ? Dans un décompte qui promet d'être serré, nous sommes dans le "détail" qui pourrait faire pencher la balance.

 

Je pense que cette question est décisive. Et que rien de durable ne se construit en reniant - ou en méprisant - une partie de son propre héritage.

 

Cette aile, ce sera mercredi la Statue du Commandeur

 

Pascal Décaillet

 

14:59 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

13/09/2017

Pierre et la Sphinx

559950f822baf938513806.jpg 

Sur le vif - Mercredi 13.09.17 - 13.51h

 

Je connais bien Berne et ses rites, j'y ai passé de nombreuses années. Ce qui est arrivé hier à Pierre Maudet, après une campagne tambour battant, comme s'il s'agissait d'être élu au suffrage universel, c'est le début du piège qui se referme sur le candidat trop bruyant, surgi de l'extérieur.

 

Le piège, à l'instar de certains crustacés, rend captif tout ce qui pourrait nuire à la conservation de ses propres rites, de son propre tempo, de sa propre démarche. L'étranger au cercle, par nature, y est un intrus.

 

Comme une sanction à l'impétrant qui aurait eu le front de se présenter dans le sanctuaire sans avoir donné des signes d'allégeance.

 

Ou d'obédience.

 

Ou comme la Sphinx, qu'il me plaît en helléniste de mettre au féminin, qui ne permet le passage qu'à celui qui se plie à la liturgie des questions. On ne lui demande pas ce qu'il pense. Mais de réciter le rituel, sans dévier.

 

Ainsi, la vie de Berne. Comme le murmure recommencé d'une prière.

 

Pascal Décaillet

 

15:00 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

DIP : voracité PLR

220px-Anne_Emery-Torracinta.jpg 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 13.09.17

 

Ils sont comme des requins, attirés par la moindre goutte de sang : ils vont chercher le point faible. Nathalie Fontanet et Alexandre de Senarclens, les deux candidats PLR (avec, jusqu’à nouvel ordre, Pierre Maudet) au Conseil d’Etat, multiplient les attaques contre Anne Emery-Torracinta, cheffe du DIP. Elle aurait, par exemple, laissé en jachère le champ de l’initiation au numérique, véritable dada de tout PLR, sur Genève ou sur Vaud, frénétique « d’innovation », obsédé par l’idée de se montrer branché dans ce secteur, moderne, à la pointe. Entre deux hymnes à la blanche félicité des start-ups.

 

La cheffe du DIP a-t-elle négligé l’importance de l’informatique ? Pas sûr. Ce qui, en revanche, est certain, c’est que cette ministre, clairement choisie comme cible privilégiée par le PLR, n’a absolument pas démérité pendant son mandat. Elle n’a peut-être pas eu le souffle d’un Jules Ferry, ni d’un André Chavanne. Mais enfin, que je sache, elle n’a commis aucune erreur majeure, qui puisse être comparée à une mauvaise gestion du G8, de la police ou de la mobilité, pour prendre trois exemples, au hasard, de ces quinze dernières années.

 

Sera-t-elle réélue ? Je n’en sais rien. Mais à mes yeux, son bilan est parfaitement comparable à ceux de ses collègues. Tout au plus fait-elle moins de tintamarre que d’autres sur la communication. Elle ne se déplace pas en Harley. Non. Comme Serge Dal Busco, discret et bosseur, elle fait son boulot. N’en déplaise à la rapace voracité des candidats PLR.

 

Pascal Décaillet

 

12:22 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

10/09/2017

Prévoyance 2020 : je vote finalement oui

bild_s12.jpg 
 
 
Sur le vif - Dimanche 10.09.17 - 14.26h
 
 
Après des semaines de réflexion intense, une analyse approfondie du dossier, et de puissantes hésitations, je voterai finalement en faveur de Prévoyance 2020, le programme de réforme de nos retraites, sur lequel nous sommes appelés à nous prononcer le 24 septembre.
 
Oh, ce projet n'est pas parfait, loin de là. Il brille par son absence d'unité de matière. Il mélange le destin du premier pilier (AVS, 1947) avec celui du deuxième (prévoyance professionnelle, 1985). Il déshabille Paul (baisse du taux de conversion) pour habiller Jean (augmentation des rentes AVS). Il est le fruit d'un incroyable bric-à-brac parlementaire. Il ne résout pas les problèmes pour les moins de 45 ans.
 
Mais, aussi imparfaite soit-elle, nous avons là une solution pour les douze ou quinze années à venir. J'ai étudié de très près l'Histoire de l'AVS, j'ai même lu les débats de 1947. Ce fleuron de nos assurances sociales a été révisé dix fois dans le premier demi-siècle de son existence, dont trois fois sous l'excellent conseiller fédéral socialiste Hanspeter Tschudi (1959-1973), cf photo, que j'ai eu l'honneur d'interviewer chez lui, à Bâle, en 1993, pour ses 80 ans.
 
Mais voilà : depuis vingt ans, les choses n'avançaient plus. Il était temps, aujourd'hui, de faire quelque chose. Une assurance sociale est un tissu vivant, en évolution permanente, en fonction de la démographie, notamment. Nous sommes condamnés à adapter l'AVS tous les quinze ans, environ.
 
Surtout, si le projet ne passe pas (ce qui est fort possible, à cause de son côté complexe), il faudra tout reprendre à zéro. Une décennie de boulot ! Mieux vaut, à mon avis, lancer une première réforme, pour au moins insuffler au pays une direction claire, quitte à intégrer très vite les mécanismes de correction qui s'imposeront, pour être mis en oeuvre dès l'horizon 2030.
 
Bref, tout bien pesé, je voterai oui. Ce ne sera pas un oui du coeur, encore moins un oui de l'enthousiasme. Mais un oui de la raison. Cette "Vernunft" des radicaux du dix-neuvième siècle, héritée des grands philosophes, soucieuse d'équilibre. Des valeurs fondamentales dans la fragile et passionnante construction de notre pays.
 
 
Pascal Décaillet
 
 
 

14:26 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Imprimer |  Facebook | |

06/09/2017

Candidats : l'obsession du réseau

5113644-wineglasses-le-bar-avec-une-foule-en-arri-re-plan-flou.jpg?ver=6 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 06.09.17

 

La politique est un art compliqué. Pour quelques élus, il est celui de gérer au mieux la Cité, prendre des décisions, anticiper l’avenir, marquer sa génération. Au niveau genevois, qui, depuis la guerre, peut se targuer d’avoir agi à cette hauteur-là ? Peut-être André Chavanne, Christian Grobet, Guy-Olivier Segond, et quelques autres, qui voudront bien me pardonner de ne point les citer. On les aime ou non, mais ils ont imprimé leur trace, ça n’est pas rien. En France, toujours depuis la guerre, de Gaulle, Mendès France, Mitterrand. En Allemagne, Willy Brandt. Bref, à chaque fois une poignée, alors que les politiciens sont légions.

 

La première nécessité du politicien, c’est de se faire connaître. Emerger. Occuper un espace, d’audience ou de visibilité, qui lui permette d’être identifié. Pas simple ! La concurrence est féroce, surtout à l’interne du parti, les places sont chères, personne ne se fait de cadeaux, il faut jouer des coudes, tenter d’exister. Lorsqu’approchent les élections (nos cantonales, ce sera au printemps 2018), les candidats se mettent à tourner dans tous les sens. Il faut être partout, se montrer, prouver immédiatement, sur un réseau social, qu’on a participé à telle communion d’existence, vibré à telle extase de cocktail, souri dans la meilleure des humeurs, touché, embrassé ses contemporains. Bref, attester qu’on est là, bien vivant, débordant de santé, pétaradant de félicité dans le contact des humains.

 

A ce jeu d’apparitions, où l’image sainte le dispute à l’aridité du banal, tel conseiller d’Etat PDC, amateur de Harleys, n’ayant besoin de personne (d’autre que lui) pour faire sa pub, fou d’ubiquité, n’a pas son pareil. Il est partout, occupe le terrain jusqu’à l’ultime arpent, rayonne de bonheur. Hélas, tous les candidats ne jouissent pas d’une propension aussi impériale à l’immédiateté. D’aucuns tentent de l’imiter, notre motard archange, sans succès. Et là, gare à la fausse note ! Le public n’est pas dupe, et ne pardonne pas les personnages composés, forçant leur nature. En clair, si vous êtes discret et austère, n’essayez pas le mimer le geste auguste du bateleur, cela se retournera contre vous.

 

Tenue, entre Versoix et Chancy, dans un périmètre fort restreint, Genève est une République des miroirs. Un palais des glaces. Tout le monde y est partout, les corporations s’y enchaînent, les allégeances s’y déchaînent, les appartenances à des multitudes de sociétés s’y entremêlent. On finit par retrouver absolument partout la même grappe de quelques personnages-clefs, ceux qui ont compris la puissance du réseau. Tant mieux pour eux. Tout au plus pourrions-nous nous interroger sur un système où le miracle d’une apparition l’emporte sur la qualité de l’argument, où la vélocité à se montrer partout prime sur la puissance de solitude. En cas de crise, c’est pourtant cette dernière qui sera indispensable. Ils auront essaimé, papillonné, butiné. Mais au final, que restera-t-il de ces Zébulons tournicotants ? Beaucoup d’écume. Et, comme dans la tragédie, beaucoup de bruit pour rien.

 

Pascal Décaillet

 

12:25 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

05/09/2017

Philippe Roch : rien de douteux ! Juste un homme d'honneur !

 6340883.image?w=700&h=393

 

Sur le vif - Mardi 05.09.17 - 14.52h

 

Comment Nicolas Walder, président des Verts genevois, ose-t-il, dans une lettre ouverte à Luc Barthassat, qualifier de "douteuse" la décision d'inviter Philippe Roch à une table ronde, dans le cadre des dix ans de la création de la Direction générale de l'environnement ?

 

Juste parce que M. Roch est PDC, et pas Vert ? Ou juste parce qu'il a commis, en citoyen libre qu'il est, le sacrilège de s'opposer à la Stratégie 2050 ? Il faudrait donc, M. Walder, n'inviter dans les débats que des gens d'accord entre eux ?

 

M. Walder sait-il seulement - ou feint-il d'ignorer - tout ce que Philippe Roch, ancien directeur de l'Office fédéral de l'environnement, a fait, toute sa vie, pour la cause de la protection de la Nature, en Suisse ? Avec quelle conscience morale. Avec quelle élévation d'âme, inspirée des grands textes du Romantisme allemand, de multiples traditions spirituelles et littéraires ?

 

Philippe Roch : une authentique conscience de la Nature, dans le double sens germanique du mot, "Bewusstsein", tout autant que "Gewissen".

 

A quelques milliers de lieues marines des fundi et des ayatollahs.

 

Pascal Décaillet

 

15:04 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

04/09/2017

Angela, seule au monde

XVM6101daaa-90ee-11e7-81e0-00b287ddb3af.jpg 

Sur le vif - Lundi 04.09.17 - 06.12h

 

J'éprouve, depuis l'adolescence, la plus grande admiration pour la sociale-démocratie allemande. Elle a donné a ce pays ceux que je considère comme les deux plus grands chanceliers de l'après-guerre : Willy Brandt (1969-1974), et Helmut Schmidt (1974-1982).

 

Un jour ou l'autre, cette grande famille politique, née des mouvements insurrectionnels de 1848 dans les Allemagnes (un certain Richard Wagner, 35 ans, y était signalé sur les barricades de Dresde), reviendra aux affaires.

 

Hélas pour le SPD, il lui manque aujourd'hui l'essentiel : l'homme, ou la femme, qui sera un jour capable de l'emporter. Pour l'heure, personne. Le désert. Le néant. Le débat d'hier soir l'a clairement montré.

 

Aucune figure pour affronter l'arrogance de la chancelière d'Empire, qui parle en suzeraine d'Europe, considère les autres chefs d'Etat comme des Grands Électeurs, décrète seule si la Turquie doit ou non rejoindre l'Union, multiplie les erreurs en politique migratoire, n'a pour Ostpolitik que l'accomplissement servile des desseins américains sur les Marches orientales de l'Europe.

 

Oui, l'Allemagne a besoin qu'émerge une contre-figure. Pour l'heure, il n'y en a pas. La prochaine législature de Mme Merkel sera pourtant celle de trop.

 

Ce pays passionnant a besoin d'une nouvelle donne. Ce ne sera pas pour cette fois.

 

Angela, seule au monde.

 

Von der Mass bis an der Memel,
Von der Etsch bis an der Belt.

 

 

Pascal Décaillet

 

11:12 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

03/09/2017

M. Kim a bon dos

6bd61c64-e14d-42c3-bd8c-a622e88a3b58.jpg 

Sur le vif - Dimanche 03.09.17 - 15.46h

 

On s'émeut, à juste titre, de l'essai nucléaire nord-coréen.

Je veux bien.

Mais un peu de recul historique s'impose. Quelle est, au monde, la nation qui a lancé, en août 1945, l'ère nucléaire ?

Celle qui n'a cessé de développer, dans des proportions inimaginables, son potentiel de destruction atomique ?

Celle qui, avec l'URSS, a plongé la planète dans plusieurs décennies de guerre froide, reposant sur l'équilibre des forces nucléaires ?

Celle qui, depuis 1945, étend son impérialisme sur l'ensemble de la terre ?

Celle qui dicte sa loi pour toute solution - ou absence voulue de solution - au Proche-Orient ?

Celle qui s'est embarquée dans deux guerres majeures en Asie, entre Corées, Cochinchine et Tonkin ?

Celle qui a ourdi et manigancé le coup d’État contre Salvador Allende, le 11 septembre 1973 ?

Celle qui a si souvent bloqué toute solution qui pourrait aboutir à la création d'un État palestinien ?

Celle qui, pendant les années 1990, a entrepris toutes choses, en lien avec les services secrets allemands, pour démanteler l'ex-Yougoslavie ?

Celle qui, sous couvert "d'OTAN", a bombardé Belgrade en avril 1999 ?

Celle qui a lancé la folle intervention de 2003 en Irak ?

Celle qui, à nouveau sous couvert "d'OTAN", multiplie les provocations à l'Est de l'Europe. En Pologne, dans les Pays Baltes, et avant tout en Ukraine ?

Je ne suis évidemment pas un partisan de M. Kim. Mais, si on pose la question de ceux qui peuvent détruire la planète, ceux dont le bellicisme et l'impérialisme pourrissent les équilibres, alors il faut la poser pour tous.

 

Pascal Décaillet

 

15:46 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Imprimer |  Facebook | |

01/09/2017

Ticket à trois : sage décision !

bigdsc08646_dxobp.jpg 

Sur le vif - Vendredi 01.09.17 - 19.06h

 

En présentant un ticket à trois à l’Assemblée fédérale, pour le choix du mercredi 20 septembre, le groupe PLR des Chambres fédérales a pris une sage décision. D’aucuns ne manqueront pas d’y voir une incapacité à opérer une sélection. Je ne partage pas ce point de vue. Pour la seule raison que le préavis du groupe, de toute manière, n’a jamais été autre qu’indicatif : ceux qui ont vécu les élections au Conseil fédéral (notamment celle de 1973, avec Chevallaz, Ritschard et Hürlimann, trois candidats non-officiels élus) le savent bien. Le seul choix qui vaille, c’est celui de l’Assemblée fédérale.

 

Surtout, nous avons affaire à trois bons candidats. J’ai déjà dit ici ce que je pensais de Pierre Maudet, estimant que ses qualités prévalaient sur ses défauts. Mme Moret et M. Cassis sont également des personnes de valeur. Au fond, chacun de ces trois candidats peut prétendre faire partie de l’exécutif fédéral.

 

Et maintenant ? Eh bien rien. Strictement rien. En aucune manière, le ticket choisi ce soir par le groupe ne préfigure ce qui se passera dans la matinée du 20 septembre. Si ce n’est une chose : cette élection sera plus compliquée, et sans doute plus longue, que prévu.

 

Nous avons trois profils. Trois personnes de valeur, capables d’exercer la fonction suprême. A titre personnel, au risque de déplaire à une partie non négligeable de mon lectorat, j’ai dit la qualité de la candidature Maudet. J’assume chaque mot, chaque syllabe, des lignes que j’ai écrites. Je ne suis l’homme de personne. Juste un homme libre, n’ayant strictement aucun compte à rendre à quiconque sur les opinions qu’il émet. Ni à ses ennemis. Ni… à ses amis.

 

Je ne partage que très peu les idées politiques de Pierre Maudet. Je suis en désaccord total avec lui, par exemple, sur la politique européenne, et sur la libre circulation des personnes. Je suis pour un contrôle sévère des flux migratoires, pas lui. Malgré ces divergences, je considère l'envergure de sa personne, son rapport à la pensée, à la parole, à l'action, sa culture historique et politique, et là, je dis oui. J'ai très souvent, depuis l'adolescence, soutenu en politique des gens avec lesquels j'étais en désaccord. Parce que, pour moi, la fibre profonde d'une personne l'emporte sur la nature des idées.

 

Si certains de mes lecteurs, proches de mes idées, qu'on sait plutôt conservatrices et le resteront, se sentent froissés par mon soutien à Maudet, si c'est si grave pour eux que, pour une fois, je ne pense pas géométriquement comme eux, je ne les retiens pas.

 

Je n’ai jamais retenu personne. Je vais mon chemin. C’est tout.

 

Pascal Décaillet

 

19:06 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |