11/10/2017

Genève internationale : un peu de modestie s'impose !

onu.jpg 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 11.10.17

 

Il est d’usage, au bout du lac, lorsqu’on évoque la « Genève internationââââle », non seulement de bien laisser traîner la dernière syllabe, pour accentuer la dimension galactique du dossier, mais surtout de prendre un air pénétré, profondément docte, l’air de celui qui sait, qui mesure toute l’impérieuse nécessité de ce secteur-clef. Contrairement aux autres, les gros lardons qui n’ont rien compris.

 

Je fais partie des gros lardons. Je ne remets pas en cause une vocation internationale née dès 1863, lors de la création de la Croix-Rouge, et abritant aujourd’hui une quarantaine d’organisations, dont l’ONU, le HCR, le CICR, l’OMC, l’OMS, assurément de premier ordre. Mais je me suis toujours permis, au risque d’irriter les huiles et les apparatchiks, de replacer tout ce petit monde face à la seule chose qui compte : la finalité de leurs propres ambitions. En clair : toutes ces nobles institutions ont-elles, face à l’Histoire, toujours eu l’efficacité qu’on veut bien leur prêter ?

 

A cette question, la réponse est clairement non. L’échec le plus retentissant, il faut aller le chercher dans la plus célèbre de ces organisations, la SDN. Lancée sur les ruines de la Grande Guerre, avec comme gourou le Président américain Wilson, la Société des Nations, si sublimement décrite par Albert Cohen dans « Belle du Seigneur » (vous savez, Adrien Deume qui taille ses crayons), malgré de belles heures à l’époque du Français Aristide Briand et de l’Allemand Gustav Stresemann (les années vingt), s’est finalement liquéfiée lorsque le tragique de l’Histoire a surgi des entrailles de la terre. La SDN n’a pu empêcher ni le fascisme italien, ni le nazisme, ni l’impérialisme japonais. Sa dimension multilatérale n’était qu’un leurre. La leçon est capitale.

 

Née sur les décombres de la Seconde Guerre mondiale, l’ONU est-elle vraiment plus efficace ? Il doit être permis, tout au moins, d’en discuter. Comme d’analyser sans concessions la puissance de son lien avec le monde atlantique, États-Unis en tête. Tout cela, pour dire quoi ? Non que ces organisations soient inutiles : par exemple, qui niera les efforts de l’OMS pour harmoniser les politiques de santé dans le monde ? Mais enfin, quand on en parle, de Genève, un minimum de mesure, de modestie, s’impose. Et puis, le petit monde international vit, hélas, beaucoup trop entre soi, dans une sorte de ghetto : on aimerait tellement que la richesse des tous ces apports, venus de la planète entière, se mêle davantage à la vie des Genevois. Cet objectif-là, majeur, n’est absolument pas atteint.

 

Je terminerai par un lumineux contre-exemple : celui de mon confrère, le journaliste sénégalais Gorgui Ndoye. De Genève, il nous parle, avec une remarquable conscience panafricaine, de tous les aspects de son continent. Il se mêle constamment à la vie genevoise, vibre avec la population lors d’événements locaux, partage avec nous la splendeur terrestre de la langue française. Celle de Racine. Celle de Rimbaud. Et aussi, celle de Senghor. Merci, Gorgui ! Et vive l’échange, lorsqu’il touche à l’essentiel, loin du cliquetis des cocktails.

 

Pascal Décaillet

 

 

12:24 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Si je peux comprendre qu'un journaliste qui côtoie quotidiennement les huiles de notre république ait l'impression qu'on se la pète, je transporte tous les jours ces personnes du monde entier dans mon taxi et, comme les synapses entre les neurones, offre le ciment . Alors peut-être qu'il y a des zones d'exclusivité, mais elles s'imbriquent et participent à la formation de notre identité qui souvent détonne en comparaison nationale.
Allez boire un verre au Chat Noir, ou voir un match de hockey au Vernets, vous serez surpris par le nombre d'expats qui ont su s'intégrer à tel point qu'ils ne rêvent que de pouvoir s'installer définitivement dans notre petit paradis.

Oui, l'échec de ces institutions internationales est assez facile à mesurer. Mais c'est l'effort qui compte et la patience en apportant sa pierre à l'édifice. Ce que vous faites aussi ici par votre billet. Je n'ose imaginer où nous en serions sans ces organismes boiteux qui traduisent au moins une intention.

Écrit par : Pierre Jenni | 11/10/2017

Merci Cher Pascal... Gorgui (Ma Cha Allah), notre fierté continentale, est pour nous autres, un pur produit de l'Universalisme contemporain, tout en lui nous rappelle nos us et coutumes sous un nouveau jour... Il a fait mention de votre profil humaniste, et je me demandais s'il ne se faisait pas sa propre "critique" "Un homme qui n'a pas peur d'être seul et de garder une conscience intacte. Qui n'a pas peur d'exprimer ses positions. Qui ouvre sa grille éditoriale à tous les acteurs de la vie politique, culturelle, sociale de Genève..."

Avec notre jeune expérience démocratique post-indépendance d'une soixantaine d’années, malgré le hiatus civilisationnel détrimental a l'Afrique, aux prises avec les impératifs et dichotomies existentielles propres au Sénégal et a l'Afrique, Gorgui est bien un idéal d’être et d'expression pour nous autres... Et autant nous nous réconfortons qu'il puisse trouver en vous un baromètre de son propre image...

Le siècle des lumières continue de bénéficier a l’humanité au-delà de ses protagonistes, ce siècle de la Peur et de l'Espoir est entrain de se faire par votre militantisme journalistique... Tous nos vœux de longévité et de prospérité pour que le Bons Sens, le Bien, prime sur le mal... Et cela commence par une Vision authentique du realpolitik!

Écrit par : Demba | 12/10/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.