18/10/2017

L'Afrique a beaucoup à nous apporter !

1045106-tombouctou-cresquesjpg.jpg?modified_at=1502122771&width=960 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 18.10.17

 

Je suis partisan, comme on sait, d’une régulation des flux migratoires. La Suisse doit garder la main, en fonction des décisions qui lui sont propres, sur l’immigration. Elle doit la garder quantitativement, ce que font d’ailleurs la plupart des pays, à commencer souvent par les premiers à nous faire la leçon. Mais, une fois cet impératif numérique posé, dans le but de conserver notre cohésion sociale, j’estime que les migrants admis en Suisse doivent absolument être intégrés. Ils doivent, c’est certain, observer nos lois et se plier à nos coutumes. En contrepartie, il se pourrait qu’ils aient beaucoup à nous apporter. Beaucoup plus que nous ne l’imaginons. Nous ne pouvons accueillir « toute la misère du monde » (Rocard), mais ceux qui sont chez nous et montrent de la motivation à s’intégrer, nous devons valoriser ce qu’ils sont, leur Histoire, leur identité, leurs parcours. C’est particulièrement valable pour les personnes issues du continent africain.

 

On pourrait, par exemple, cesser de les appeler uniquement « Africains », ce qui réduit à une appartenance continentale beaucoup trop vaste une incroyable richesse d’ethnies et de nations. Cette Histoire africaine, qui la connaît ? Nous avons certes entendu parler du lointain royaume de Tombouctou, surtout si nous avons lu les magnifiques récits de l’explorateur français René Caillé (1799-1838). Nous avons quelques idées des aventures coloniales, celles des Portugais, des Français, des Anglais, des Belges, déjà moins celles des Allemands ou des Italiens. Noua connaissons quelques grandes figures des combats pour l’indépendance : le président-poète sénégalais Senghor, l’Ivoirien Houphouët-Boigny, le Kenyan Jomo Kenyatta. Nous connaissons quelques musiques, quelques œuvres d’art. Mais, dans les grandes lignes, notre vision est incroyablement limitée. Notre ignorance, immense.

 

Il se trouve qu’à Genève, nous avons des communautés africaines. Indépendamment du statut juridique des uns et des autres (expatrié, diplomate, requérant, etc.), ou du droit de tel ou tel à demeurer longtemps sur notre territoire, il ne me semblerait pas superflu d’entamer avec ces personnes un dialogue portant sur la langue et sur la culture, sur l’Histoire et les origines. Nous leur apprendrions la Suisse, cette petite fleur fragile. De leur côté, ils nous parleraient de leurs pays. Une part immense d’entre eux partage avec nous un trésor inestimable : celui de la langue française, celle de La Fontaine et Verlaine, mais aussi celle de Senghor. En un mot, je propose que notre contact avec ces hôtes africains de Genève prenne quelque élévation. Nous serions très vite étonnés de découvrir l’ampleur de ce qui nous rassemble, tellement plus importante que ce qui nous sépare. Je rêve, avec l’Afrique, d’un partage des connaissances, d’une hauteur d’ambition dans le dialogue. Quelles que soient nos positions politiques. C’est valable pour ce continent, comme pour tous les autres. La culture, l’Histoire, la mise en commun de la langue, nous avons là des outils puissants. Pour bâtir des ponts.

 

Pascal Décaillet

 

12:20 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.