18/10/2017

Rémy, François, les crises en thème


teaserbreit.jpg

Sur le vif - Mercredi 18.10.17 - 14.56h

 

Au risque de froisser une partie de mon lectorat, notamment la délicieuse DRG (droite revancharde en Ville de Genève), j'affirme ici que la "procédure disciplinaire" annoncée tout à l'heure par le Conseil d’État, à l'encontre de Rémy Pagani, frise le ridicule.

 

D'abord, le système ne va pas. Il faut le changer. Au nom de son "autorité de tutelle", qui en passant nie le statut premier de la Commune dans l'Histoire suisse et fleure le jacobinisme importé entre 1798 et 1813, le Conseil d’État jouit, de toutes ses fibres, lorsqu'il peut taper sur les doigts d'un Conseiller administratif, de surcroît un Maire. Les membres du Conseil d'Etat sont tous issus d'un parti politique. Le Président provient du parti qui, en Ville, veut le plus la peau de M. Pagani. On a beau dire qu'il s'efforcera d'être neutre. On a des doutes.

 

De Veyrier à la Ville de Genève, rien de plus détestable, dans le système actuel, que ces leçons de politique du gouvernement cantonal à celui d'une Commune. Vous me direz que c'est le système, justement, il est en vigueur, on ne change pas les règles du jeu en cours. C'est vrai. Mais il faut voir comme on l'applique. Sous les apparences de neutralité, quels règlements de comptes politiques ? Car il s'agit bien d'élus, tous teintés d'une certaine couleur, qui statuent sur un autre élu, également teinté. Ça n'est, tout simplement, pas sérieux.

 

Seul avantage de ce système : occuper un peu le Président du gouvernement cantonal, entre deux inaugurations de crises en thème et deux cocktails avec la Genève internationâââle.

 

Voilà. J'ai dit. J'ai sans doute déplu. Je ne retrancherai pas une virgule.

 

Pascal Décaillet

 

15:11 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Ce sont les exactes réflexions que je me suis immédiatement faites lorsque j'ai reçu l'info.
Petit.

Écrit par : Pierre Jenni | 18/10/2017

Autant l'un n'est pas digne de sa fonction (et ne l'a jamais été) et ridiculise la ville de Genève autant l'autre, drapé dans son titre de Président, sa suffisance et ses airs précieux ne sert à rien.

Écrit par : A. Piller | 21/10/2017

Les commentaires sont fermés.