01/11/2017

Vous craignez les emmerdes ? N'écrivez pas !

censure.jpg 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 01.11.17

 

La liberté d’expression : vaste programme ! Sur le fond, tout le monde est pour. Vous êtes pour ma liberté, je suis pour la vôtre, nous caressons ensemble l’image d’une modernité délivrée des vieux démons, ceux de la censure et des autodafés. De bonnes âmes, à longueur de journées, nous répètent qu’on doit tout pouvoir dire, quitte à choquer. Les mêmes, exactement, sont les premières à nous tomber dessus dès qu’on met en application leurs beaux principes, à leur détriment.

 

Bien sûr, nous ne sommes pas en Turquie. Ni en Corée du Nord. Les juges, globalement, nous laissent en paix, c’est un bien précieux. Mais sous nos latitudes, ça n’est pas l’appareil judiciaire qui se montre le plus dangereux face à l’expression des opinions. Non, c’est quelque chose de plus diffus, moins visible, plus tentaculaire : la puissance d’opprobre de ceux qui prônent le Bien. Ils n’agissent pas au nom de la loi, qui présente la vertu d’être mesurable, consultable par tous. Mais au nom de la morale. Leur morale, à eux. Ils sont porteurs, défenseurs de valeurs intangibles. Dès que vous touchez à cette Arche sainte, la masse de leurs cohortes s’abat sur vous.

 

Des exemples ? Le féminisme. Quasiment pas possible, de nos jours en Suisse romande, de le mettre en cause, sans immédiatement s’attirer les foudres des mêmes Erinyes, ces divinités vengeresses de la mythologie grecque. La cause fonctionne comme un dogme. Elle ne tolère aucune remise en question. Autre exemple : avoir nourri des doutes, au moment des guerres balkaniques (années 1990), sur l’opportunité de démembrer l’ex-Yougoslavie, avoir osé dénoncer le rôle de l’OTAN, celui de l’Allemagne de M. Kohl. Non, il fallait bouffer du Serbe, diaboliser un camp, toujours le même, encenser les autres. Le Bien, contre le Mal.

 

D’autres exemples : avoir écrit, à l’automne 2016, que le camp belliciste représenté par Mme Clinton était plus dangereux que celui de M. Trump. Ou encore, ne pas tomber en immédiate pâmoison face à la modernité du Pape François. Ou encore, considérer que le vote Front national en France, Brexit au Royaume Uni, AfD en Allemagne, Parti de la liberté en Autriche, Orban en Hongrie, mérite une autre attention que d’être immédiatement catalogué comme fasciste, donc à rejeter d’une chiquenaude, hors du champ républicain.

 

Je pourrais multiplier les exemples. Dans tous ces domaines, en Suisse romande, aucun problème avec les juges. Mais le feu, le tonnerre, chez les partisans du Bien. Ils sont partout : chez les journalistes, par légions ; sur les réseaux sociaux, bien embusqués, n’ayant d’autre hâte que saisir le moindre dérapage, capturer l’écran, mettre au pilori, dénoncer. Ça n’est pas l’Etat qui vous tombe dessus, ni un parti, c’est l’invisible meute de justiciers qui, au nom d’une morale par eux définie, vous livre au fatras et au fracas, à la bave recommencée, à la délation généralisée.

 

Voilà dans quel état nous sommes en Suisse romande. Voilà d’où vient la foudre. Non des fureurs du Mal. Mais du miel du Bien. Chez ces gens-là, Monsieur, il n’y a plus ni analyse, ni synthèse : il n’existe plus que l’aveuglante lumière, si douce et si convenable, de la morale.

 

Pascal Décaillet

 

12:23 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Comme un fervent fidèle à la messe, je bois vos paroles divines qui s'adressent directement à moi.
Amen.

Écrit par : PIerre Jenni | 01/11/2017

Comme dit un vieux dicton de chez nous, "ne dis rien o ma langue, ne me fais pas mal o mon crane".

Écrit par : Mrko Mrnjavčvić | 01/11/2017

Mieux dire eut été difficile ! on doutait du bien fondé des réseaux sociaux qui le sont de moins en moins au vu des nombreuses féministe piquant leurs cirses de paranoia confirmant ainsi qu'on avait raison de se méfier !
bonne soirée

Écrit par : lovejoie | 01/11/2017

Comment ne pas applaudir un texte aussi lucide, aussi lumineux!

Écrit par : Ronald ZACHARIAS | 01/11/2017

Le féminisme ? Le talentueux mais controversé dessinateur Marsault vient de subir l'effet de leur lobbying. Le festival Lausan'noir l'avait invité pour une dédicace le week-end dernier. Dûment chapitrés par quelques unes de ces viragos, les organisateurs ont annulé la venue de l'artiste qui, c'est vrai, ne ménage pas son trait féroce à l'encontre de celles qui cherchent à imposer leur idéologie à tous les domaines de la création contemporaine. Plus besoin de censure quand l'auto-censure donne à plein !

Écrit par : Malentraide | 01/11/2017

Excellent !
Il n'y a rien de plus insupportable que ces meutes de chien enragés qui vont vous harcelé jusqu'a vous faire perdre votre job (ou virer de votre école comme "artiste mal pensant") ! De vrai fascistes pour le coup...

Écrit par : Peter Bishop | 01/11/2017

"Tranquillement mais sûrement, l’innommable s’installe au nom du bien, dans une même totalité structurante qui va des semaines de la Haine sur les réseaux sociaux à des pétitions contre une rétrospective Polanski en passant par une censure dont n’importe quelle dictature n’aurait jamais osé rêver mêmes dans ses rêves les plus humides....Penser à apprendre La Recherche et Lolita par cœur ou partir loin, très loin avec son amour et sa bibliothèque, très loin de l’impitoyable tendresse cannibale et griffue des néo-humanistes. Il va falloir faire vite maintenant: la nuit tombe.
On demeure étonné, tout de même, par la plasticité ironique du néo-libéralisme qui s’offre le luxe farceur d’avoir une tchéka "progressiste", post-féministe et communautariste pendant qu’il dévaste tranquillement le vieux monde de la conscience de classe."

Jérôme Leroy sur son blog
http://feusurlequartiergeneral.blogspot.ch/2017/11/ils-viendront-jusque-dans-nos.html

Écrit par : Malentraide | 01/11/2017

On en connaît un à Berne qui doit avoir les oreilles bourdonnantes non pas après avoir écrit mais parlé ,peut-être rêve t'il d'une manifestation d'agriculteurs en colère comme seuls les hommes de la terre savent le faire
Bonne journée

Écrit par : lovejoie | 02/11/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.