02/11/2017

Le Progrès, sur ordre

print_st_moritz_jo.jpg?itok=UE5o2_7k 

Commentaire publié dans GHI - 01.11.17

 

Des Jeux olympiques en Suisse en 2026 ? Des Jeux d’hiver, alors que la neige se fait rare. Un budget dont beaucoup pressentent qu’il pourrait éclater, comme ce fut le cas dans tant d’autres pays. D’immenses efforts pour une quinzaine de jours seulement. Bref, tout le monde n’est pas enthousiaste, cela se comprend.

 

Une chose est sûre : si la dialectique des POUR et des CONTRE, dans le débat autour de ces Jeux, se réduit à une opposition entre le progrès et le repli, la Lumière et l’Obscur, la Suisse d’Ogi et celle de Blocher, comme nous le suggérait l’édito de la RTS, sur la Première, au matin du lundi 30 octobre, alors j’en connais qui vont méchamment pencher pour le non.

 

Pourquoi ? Mais parce que les citoyens, ma foi, n’aiment pas trop, en général, se faire traiter d’abrutis, du haut d’une radio qu’au reste ils stipendient, par une voix matinale leur intimant l’ordre, s’ils veulent être agréés par le camp du progrès, de dire oui. Pour peu, d’ailleurs, qu’on veuille bien leur demander leur avis !

 

La voix matinale de la RTS a-t-elle bien saisi que nous étions dans une démocratie ? Que le progrès, sur ordre, n’était pas nécessairement le rêve de la multitude. Que nos citoyennes, nos citoyens, entendaient décider souverainement de leur destin. Sans qu’on leur assène, à coups de massue, ce qu’ils ont à faire au nom du convenable. En clair, en cas de vote sur ce sujet, le corps électoral aura le droit de dire OUI. Et il aura, tout autant, celui de dire NON. N’en déplaise à la RTS.

 

Pascal Décaillet

 

12:41 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Indépendamment de mon choix personnel qui penche plutôt pour questionner ces grandes messes dans leur ensemble, en commençant par l'esclavage dès le plus jeune âge de nos talentueux athlètes qui sont foutus à 30 ans pour le plaisir du spectacle et donc du pognon, je pense que nous en viendrons à court-circuiter le peuple dans ce genre de décisions planétaires pour la simple et bonne raison qu'il n'y aura plus de neige à des altitudes humainement supportables.
Et il suffit de suivre la logique qui sous-tend ce constat pour réaliser que la neige c'est de l'eau. Et l'eau est LA ressource la plus indispensable à la vie. Demain, les Suisses n'auront plus rien à dire sur la gestion de leur château ou ce sera la guerre. Comme dans tous les coins de la planète où les fleuves sont retenus ou détournés.

Écrit par : PIerre Jenni | 02/11/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.