04/11/2017

Eh oui, l'avocat défend l'accusé !

 

Sur le vif - Samedi 04.11.17 - 11.39h

 

Dans tout procès, il y a un accusé. Sinon, il n'y aurait pas de procès. Et tout accusé a droit à un avocat. Et le rôle de l'avocat est de défendre l'accusé. Pour défendre les plaignants, il y a la partie civile. Pour défendre la société, il y a le procureur général. Pour statuer, il y a les juges.

 

Tout accusé, quel que soit son crime, a droit à un avocat. Et la parole de la défense, toujours et partout, doit être entendue à égalité avec celle de l'accusation. Ensuite, les juges tranchent. C'est cela, un État de droit.

 

Tout accusé a droit à un avocat. Et il est parfaitement normal que l'avocat, quel que soit le grief à l'encontre de son client, mette toute sa fougue, tout son talent, toute sa rhétorique au service de la défense. Côté partie civile, côté procureur, on ne se gêne pas de le faire, non plus.

 

Dans ces conditions, les actes de meute d'une certaine opinion publique contre un avocat, sous le seul prétexte qu'il a accepté de défendre un client, ou parce qu'il assume à fond les devoirs de cette défense, constituent des violations flagrantes de l’État de droit. Ils ne méritent ni complicité, ni indulgence.

 

Pour être parfaitement clair, Me Dupond-Moretti est totalement dans son rôle lorsqu'il défend son client. On peut haïr ce client, lui souhaiter le pire. Mais en aucun cas, on ne peut reprocher à l'avocat d'assumer la mission qui est la sienne.

 

Pascal Décaillet

 

 

11:59 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Il n'y a pas besoin d'être très observateur pour s'apercevoir des limites de la conception de la justice dans nos démocraties modernes.
1.- La justice n'est jamais indépendante. Les juges sont des politiques, mais n'ont jamais été élus. Problème.
2. Aux USA, on peut arriver à l'aberration suivante : l'avocat est tellement bon qu'il fait acquitter un coupable évident, par exemple en jouant sur la cause raciale et que ce coupable est ensuite condamné au civil à payer des millions de dollars aux parents de sa victime.
C'est l'affaire Simpson.
Heureusement, le parquet a fait recours dans l'affaire Merah.

Écrit par : Géo | 04/11/2017

Et puis, "respectez-la, c'est la mère d'un mort", peu de gens vont l'oublier en France. Me Klugman vient sur la 5 de faire remarquer que ce n'était pas sa cliente...

Écrit par : Géo | 04/11/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.