24/11/2017

La sainte ferveur de l'innocence

 

Sur le vif - Vendredi 24.11.17 - 06.46h

 

En analyse politique, il y a ceux qui, assoiffés d'Histoire, lisent des livres et des témoignages (issus de TOUTES les parties), pour reconstituer les chaînes de causes et de conséquences.

 

Ceux-là sont disciples du grand Thucydide, le génial auteur de la Guerre du Péloponnèse (5ème siècle avant JC). Mais aussi, de Michelet, Fustel, les Annales, Marc Bloch, Jacques Le Goff, Pierre Milza.

 

Le principe est simple : sur une région donnée, tiens les Balkans par exemple, ou l'Allemagne, ou l'Algérie, ou le Proche-Orient, on commence par se renseigner. En consacrant quelques années (toute sa vie, en fait) à lire des livres, visionner des archives, approcher la complexité du réel. C'est prodigieusement vivifiant : l'un des bonheurs de l'existence.

 

Jamais définitive, en perpétuelle correction d'elle-même, la vision des problèmes se tisse et se déconstruit constamment, en fonction des nouveaux documents, témoignages.

 

Et puis, de l'autre côté, il y a l'armada des moralistes. Ils ont une grille de lecture, une fois pour toutes, celle des bons et des méchants. Ils sont avec les bons, contre les méchants. Avec les victimes (ah, la sanctification de la victime !) contre les bourreaux. Ils s'étranglent, s'indignent, dénoncent, chassent les sorcières, capturent les écrans, clouent au pilori. Les réseaux sociaux colportent et amplifient leur clameur.

 

Avec eux, la vie est plus simple : la sainte ferveur de l'innocence, en noir et blanc.

 

Pascal Décaillet

 

18:59 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Excellent article !
Bonne soirée

Écrit par : lovejoie | 24/11/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.