06/12/2017

Ne faites pas cela, M. Trump !

15970771.jpg?sharp=10&vib=20&w=1200 

Sur le vif - Mercredi 06.12.17 - 13.50h

 

En s'apprêtant, d'ici quelques heures, à reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, Donald Trump va commettre une faute politique de tout premier plan, depuis qu'il est aux affaires.

 

Une faute, par rapport aux autres acteurs du Proche et du Moyen Orient. Le monde arabe. Mais aussi le monde perse. Faut-il rappeler que la Mosquée al-Aqsa est l'un des quatre lieux saints de l'Islam ?

 

Ville "trois fois sainte", confluent du judaïsme, du christianisme et de l'Islam, Jérusalem appartient, par sa nature incomparable, au patrimoine de toute l'humanité. Ces trois religions doivent pouvoir s'y exercer en paix, l'une à côté de l'autre. Il faudrait idéalement, pour atteindre cela, une zone démilitarisée. Le moins qu'on puisse dire est qu'on en est assez loin.

 

A Jérusalem, Israël a sa place, qui est grande et ne saurait être niée. Mais la Palestine aussi, en tant qu’État, libre, souverain, indépendant, dans des frontières antérieures à celle de 1967, donc avec autorité sur la partie orientale de la ville. Et les couvents chrétiens, principalement là-bas de rite oriental, syriaque, arménien, géorgien, copte, doivent pouvoir y exercer toute la richesse de leur spiritualité.

 

Comment pouvez-vous atteindre un tel but, en reconnaissant cette ville unique au monde comme la capitale de l'un des États en conflit ? La gifle, pour le monde arabe et musulman, tout autour, mais aussi pour un monde persan en pleine renaissance de ses capacités, serait dévastatrice.

 

Aucun amoureux du Proche-Orient (j'en fais partie) ne peut souhaiter une telle décision américaine. Au demeurant, d'aucuns se demanderaient si, dans ces conditions d'obédience à certains groupes de pression, il n'eût pas été plus simple de voter pour l'original. Entendez pour Mme Clinton.

 

Pascal Décaillet

 

14:08 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Les dirigeants chinois et turcs parlent d'une escalade de violence sans précédent. Certains pourraient prêter à une des deux guerres mondiales des raisons moins évidentes que le sujet de votre billet.
Merci Pascal de mettre le doigts sur les prémisses de ce qui pourrait être un conflit international majeur de l'histoire, et après lequel vos écrits seront relus avec tout le respect que leur justesse engage.

Écrit par : Lecteur anonyme | 06/12/2017

Si guerre il devait y avoir, elle serait entre sunnites et chiites, KSA contre Iran. Israël est aussi très hostile à l'Iran, redoutant sa nucléarisation. Quelle importance ont les Palestiniens dans ce jeu-là ? Pas grand chose...

Écrit par : Géo | 06/12/2017

La guerre des religions a commencé il y a déjà longtemps, dans le mode entier. Ce n'est pas la décision de Trump qui va y changer quelque chose. La force militaire de l’état hébreux est le seul garant de la paix dans la région. Sans cette force il y a longtemps que Jérusalem aurait été conquise par les arabes.

Écrit par : Maendly Norbert | 06/12/2017

Lecteur anonyme@

Anonyme peut-être, mais comme thuriféraire vous n’y allez pas avec le dos de la cuillère à encens… "Vos écrits seront relus avec tout le respect que leur justesse engage." Pascal va en rosir d'aise...
Dans le Canard, il existe une rubrique intitulée La brosse à reluire.. . Vous pourriez faire un bon candidat.

Pour le fond, Géo a raison, cela lui arrive, de ramener cette reconnaissance dans le cadre plus général du conflit que se livrent sunnites et chiites et leurs grands alliés. Jérusalem n’est qu’un symbole pour échauffer les foules arabes, dont la tête est souvent proche du keffieh. L’islam dispose de la Mecque et de Médine, interdites aux chrétiens et aux juifs. Qu’ils ne viennent pas nous gonfler avec al-Aqsa, dont d’ailleurs l’accès ne leur est pas défendu, que je sache.

Quant aux Palestiniens ou aux Gazaouis, malgré les cris d'orfraie de nos belles âmes, faut bien reconnaître que tout le monde s’en fout, à commencer par leurs frères arabes, ils ne pèsent pas lerche dans le jeu de la Realpolitik de Washington, Moscou, Téhéran et Riyad.

Écrit par : Gislebert | 06/12/2017

Bonsoir Monsieur Décaillet

Parfois la vie a ses obligées...Nul ne les aime car elles désolent...

Tels les seismes elles font les folles en se moquant du protocole...

Écrit par : absolom | 06/12/2017

"Jérusalem, Jérusalem
Toi qui tues et lapides les prophètes

Combien de fois ai-je voulu rassembler (...)" Evangile de Matthieu

Jérusalem est Jérusalem.
Inutile d'en faire une "capitale"!

Hélas, Donald Trump vient de le faire.

On pouvait imaginer trois grandes Maisons selon ce qu'appris en éducation chrétienne: la foi, pour l'islam, l'espérance, pour Israël et la charité pour le christianisme soit

une Maison de Palestine foi
une seconde Maison d'Israël espérance
une troisième Maison chrétienne charité

la quatrième Maison des Fêtes et de rassemblement de tous les hommes et femmes de bonne volonté unis enfin réconciliés une fois pour toutes.

Pacte d'ALLIANCE "inconditionnel".

Souhaitons que la décision de quelques instants à peine de Donald Trump soit annulée.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 06/12/2017

J'ajouterais au commentaire de Gislebert que Jérusalem était le principal lieu saint du judaïsme et une capitale de royaumes juifs alors que ni l'Islam ni même le christianisme n'existaient. On n'a peut-être pas de preuves archéologiques de l'existence du premier Temple, détruit par les babyloniens vers 585 avant notre ère - il est vrai qu'on ne peut pas faire de fouilles sur son emplacement, que les musulmans nomment Esplanade des Mosquées sans déclencher des émeutes. Mais celle du second Temple est documentée, et on reconnaît parfaitement la Menora, chandelier à sept branches, sur l'arc de triomphe de Titus.
Et il est, je crois, utile de rappeler qu'il n'y avait pas d'Etat palestinien avant 1967, et donc que le "retour aux frontières d'avant cette date" devrait logiquement signifier la restitution des territoires en question à la Jordanie et à l'Egypte, qui les ont annexés suite à la guerre contre Israël, plutôt qu'appliquer le plan de partage voté par l'ONU, ce que le monde a accepté sans protestation.

Écrit par : alena hochmann | 07/12/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.