30/12/2017

Comète et filiation

EP748B.jpg 

Sur le vif - Samedi 30.12.17 - 12.04h

 

Enfant, puis adolescent, j'aimais passionnément les symphonies. A commencer par les neuf de Beethoven, que j'écoutais en boucle. Initié très tôt à Wagner (en Allemagne), j'étais fasciné par l'influence de Beethoven sur les premiers opéras du musicien qui allait jouer, dans ma vie, un rôle si important.

 

Plus tard, j'ai découvert le lien - le même, si bouleversant - entre Wagner et Richard Strauss. De Buxtehude à Bach, de Mozart au jeune Beethoven, la magie de la transmission. Sur ce thème, qui me travaille, j'aimerais écrire. Tiens, je rêverais de me lancer un jour dans une Histoire des filiations au sein de la musique allemande. À destination du grand public.

 

Et ce même Beethoven, qui reprend le thème du Judas Maccabée, de Haendel, qu'il désigne (sur son lit de mort) comme "le plus grand des musiciens". Toujours le lien, toujours le legs, la re-connaissance. Vous vous rendez compte : au moment de rendre son dernier souffle, l'homme qui a révolutionné la musique, lui, "la force la plus héroïque de l'art moderne" (Romain Rolland, Vie de Beethoven, 1903), rend hommage... à l'un de ses prédécesseurs ! Comme à un père. Mystère de la filiation. Il ne fait pas table rase du passé : il le sublime, pour le fondre dans l'avenir. Au cœur d'une galaxie de feu.

 

En vieillissant, j'ai laissé venir à moi le miracle de la musique de chambre. Celle où chaque note, séparément, se perçoit et s'identifie. Aujourd'hui, je ne peux plus m'en passer.

 

Oh, j'écoute toujours des œuvres pour grands ensembles. Y compris les plus contemporaines. Avec une prédilection pour la toute dernière de Béla Bartók, le Concerto pour orchestre, composée à New York (1943) dans le désespoir et la misère, où la présence de chaque instrument, par elle-même, illumine l'ensemble. Ultime chef d'œuvre d'un géant.

 

Mais l'attrait des petits ensembles me fascine. Pour le lied, un piano et une voix. Ici un violon, un alto, un violoncelle. Et chaque fois, comme le passage d'une comète, la promesse d'un nouveau monde.

 

Un jour, quelque part, avec une poignée de passionnés, pour mettre en valeur les jeunes, et placer la musique dans l'ombilic du monde, au coeur du lien de vie, je reconstituerai le Petit Conservatoire.

 

Pascal Décaillet

 

16:49 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

N'oublions pas la filiation Schubert (la 9ème dite la "Grande") > Bruckner > Mahler.
Enfin, ces filiations sont innombrables. Une oeuvre d'art ne naît jamais du néant.

Écrit par : Gesangvoll mit der innigster Empfindung | 30/12/2017

Vous aviez peut-être un don caché pour devenir vous même excellent pianiste qui sait!
Bonne année 2018 Monsieur Décaillet

Écrit par : lovejoie | 31/12/2017

Ne faudrait-il pas initier les enfants, "tous" les enfants, à la musique dont vous nous parlez ce dès l'école, les petites classes, en reprenant vos termes, constituer des petits conservatoires?

Musicothérapie indispensable vu nos temps en crise.

Jusque dans les églises de jadis combien d'ados désespérés voire misérables en chantant Mozart, Bach ou ce Chant grégorien tellement rééquilibrant ne reprirent-ils pas goût à la vie!?

Bonnes Fêtes, Pascal Décaillet et tous vos amis.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 31/12/2017

Les commentaires sont fermés.