16/02/2018

Quorum : 7% c'est trop !

 

Sur le vif - Vendredi 16.02.18 - 16.29h

 

Pour moi, c'est très clair : il faut abaisser le quorum (actuellement 7%) à Genève. Cette barre, placée beaucoup trop haut, privilégie pour l'éternité les bons vieux partis, bien installés, avec leurs ancrages historiques dans les communes et les familles, leur clientélisme, leur implantation dans tous les réseaux de la République, leurs innombrables petits copains à la tête des régies du Grand État (HUG, SIG, TPG, etc.), leur immersion dans la multitude des Fondations, etc. Sans compter, bien sûr, leurs moyens financiers.

 

Il existe, à Genève, toutes tendances confondues, de gauche, de droite et d'ailleurs, de nouveaux partis, de nouvelles listes, riches d'énergie et de personnes, que ce quorum en forme de prime (bien imméritée) aux sortants empêchera d'accéder au Parlement cantonal. Il faudra bien, sans trop tarder, et même si la question s'est posée récemment à la Constituante, modifier les règles.

 

Parce que le statu quo, c'est l'éternité au pouvoir pour ceux qui, depuis la guerre, ont pignon sur rue. Ils ont certes, parmi eux, de brillants éléments. Mais il en existe aussi sur les listes nouvelles. Il faudrait mélanger tous ces talents. Pour cela, il faut donner organiquement une chance aux outsiders d'entrer au Grand Conseil. La seule solution, c'est l'abaissement du quorum.

 

Je plaide pour un quorum entre 3% et 5%.

 

Pascal Décaillet

 

17:00 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Au fond, réduire le quorum consiste juste à déplacer le curseur de manière à adoucir quelque peu la rigueur arithmétique de la loi électorale. Mais tant que le curseur ne sera pas sur "zéro", il y aura des récriminations de la part de ceux qui se trouvent du mauvais côté. Du point de vue arithmétique, seule l'absence d'un quorum permet d'avoir une vue parfaitement claire à la suite d'une élection. Du point de vue politique, évidemment, le quorum à 7 % est bien commode...

Je me suis souvent demandé comment fonctionnerait un parlement genevois élu sans quorum aucun.

Écrit par : Michel Sommer | 20/02/2018

Les commentaires sont fermés.