14/03/2018

Tristes missiles

CE-Anne-Emery-Torracinta.jpg 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 14.03.18

 

Il nous reste un peu plus de quatre semaines : c’est la dernière ligne droite pour la campagne électorale du 15 avril, Grand Conseil et premier tour du Conseil d’Etat. C’est le moment où la Drôle de Guerre, celle où chacun s’observe et s’épie en silence, laisse la place aux attaques. Et même aux missiles.

 

L’enjeu est simple : comme dans un jeu de quilles, il s’agit, pour certains partis, de faire tomber un conseiller d’Etat sortant, pour prendre sa place. Sur le fond, la démarche est parfaitement légitime : c’est à cela que sert une campagne électorale.

 

Oui. Mais il y a la manière. D’un côté comme de l’autre, on a trop tiré en rafales, entendez sans précision, en direction, selon l’humeur, de M. Poggia, ou de M. Dal Busco. On a eu tort. Ce sont des hommes solides, ils ne seront pas si faciles à atteindre. D’une manière générale, les sortants, cette fois, sont mieux implantés qu’à l’automne 2013, où deux points faibles étaient clairement identifiables.

 

Et puis, il y a les coups sous la ceinture. Par exemple, l’attaque en règle contre Mme Emery-Torracinta, en lien avec les ennuis judiciaires de Tariq Ramadan. A cinq semaines de l’échéance électorale ! On ne se prononcera pas ici sur le fond. On se contentera de ne pas être dupe de toute la dimension de récupération politique, pour nuire à une magistrate qui n’est peut-être pas la première impliquée, d’une affaire qui charrie tant d’émotions, et tant de jugements sommaires. Tristes missiles.

 

Pascal Décaillet

 

13:27 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Merci de soulever le sujet avec une grande pertinence.
Ce qui m'effare, c'est qu'il y a tant de sujets à faire évoluer dans notre république et qu'on gaspille autant de temps, d'énergie voire d'argent autour de Tariq Ramadan qui est déjà bien assez "pris en charge" par les Français de maint bord.
Ce qui m'attriste, c'est qu'on exige de la responsable de l'enseignement de se consacrer à un sujet qui n'a vraiment aucune acuité actuellement alors qu'elle a tant à faire au niveau des enseignants et des enseignés du canton.
Ce qui me désole, c'est qu'on grossit des faits divers au lieu de s'occuper de ce qui est primordial pour une large part de la population et de notre avenir.
Peut-être est-il vrai qu'il faut détériorer l'instruction publique puisque ceux qui s'engagent à envoyer de si tristes missiles ont certainement joui d'une instruction importante qui ne les conduit qu'à s'engager dans de tels "tirs en rafales"

Écrit par : Marie-France de Meuron | 14/03/2018

@ Marie-France de Meuron, qui a écrit:

1) "Ce qui m'effare, c'est (...) qu'on gaspille autant de temps, d'énergie voire d'argent autour de Tariq Ramadan".
On ne gaspille pas autour de Tariq Ramadan mais on consacre du temps et de l'énergie au problème des abus sexuels commis par des enseignants sur des élèves mineur(e)s. Ça vous choque?

2) "(...) un sujet qui n'a vraiment aucune acuité actuellement".
Vous trouvez que le phénomène des viols et autres abus sexuels commis par des personnes exerçant une ascendance (psychologique ou autre) sur leurs victimes n'a aucune acuité actuellement?

3) "on grossit des faits divers".
Ainsi, pour vous, les abus sexuels commis par des enseignants sur des élèves mineures sont à ranger dans la rubrique des faits divers?

Mise sous pression, la Cheffe du DIP a fini par reconnaître l'ampleur du problème. Elle vient de décider (mieux vaut tard que jamais) qu'il y avait lieu non seulement à enquête, mais à une vaste enquête.

Il reste à savoir par qui cette enquête sera menée.

Écrit par : Mario Jelmini | 14/03/2018

Les commentaires sont fermés.