08/04/2018

Le dogme libéral mérite des contrepoids

TSJquizJUILLET0003-%C2%A9Geneve-Tourisme-660x330.jpeg 
 
Sur le vif - Dimanche 08.04.18 - 16.33h
 
 
Il est totalement faux d'affirmer que tous les médias, en Suisse, sont de gauche. Friand d'un pensée de gauche bien articulée, républicaine et avec le sens de l'Etat, je serais très heureux d'avoir des journaux qui colporteraient avec fougue et talent ces positions.
 
 
Il est tout aussi faux de prétendre que la presse suisse serait aux mains de l'UDC. Quelques journaux, dans la galaxie Blocher, représentent cette tendance, mais ils sont largement minoritaires.
 
 
Non. L'immense majorité des médias suisses véhiculent la pensée libérale. Ils défendent mordicus la libre circulation des personnes, ont tout fait pour que l'initiative du 9 février 2014 ne soit pas appliquée, ont vécu huit années de pâmoison face à Obama, n'ont cessé de vomir sur Trump, encensent Macron. A Genève, il sont les fidèles relais du PLR, principalement de Pierre Maudet. Toutes choses dont ils ont, je tiens à le souligner, le droit le plus pur : la presse est libre, une fois pour toutes, et il est très bien que chacun affiche la couleur, plutôt que de jouer les eunuques.
 
 
Souhaiter plus de diversité dans la presse suisse, c'est parvenir à équilibrer, dans les années qui viennent, ces innombrables journaux libéraux. Soit en créant de nouveaux supports d'information et de commentaires sur leur gauche. Soit, sur leur droite, côté national et conservateur.
 
 
A Genève, par exemple, le délire pro-croissance, pro-extension de l'aéroport, qui ne cesse de nous faire miroiter un canton à un million d'habitants sous prétexte que cette inflation démographique serait inéluctable, tous ces rêves où l'ultra-libéralisme se mêle à l'appétit du gain pour une toute petite minorité, tout cela, ardemment véhiculé par nos principaux journaux, doit impérativement être équilibré par l'exposition d'une autre vision.
 
 
Cette vision, cette autre pensée pour Genève, passe par un retour à la raison et au bon sens. Un respect absolu des zones agricoles et du métier de paysan. Un développement harmonieux, qui maintienne l'excellente qualité de vie entre Rade, Jura et Salève. Une attention aiguë à l'environnement, aux services publics, aux hôpitaux, aux écoles, à la qualité des relations entre les gens. En économie, un peu plus de soutien au statut d'indépendant, aux PME, un peu moins d’obsession servile pour les seules multinationales.
 
 
Ces idées-là, vous ne les lisez guère dans les éditos de vos grands journaux, chez M. Ruetschi ou son homologue du Temps. A gauche comme à droite, pourtant (oui, une autre droite que libérale, une droite à la fois conservatrice, fraternelle et sociale, ça existe, et depuis la Révolution !), elles gagnent du terrain. Quand auront-elles enfin une plate-forme visible et ambitieuse, pour les défendre et les illustrer ?
 
 
Pascal Décaillet
 
 

16:33 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

"A Genève, il sont les fidèles relais du PLR, principalement de Pierre Maudet..." pourtant, il me semblait que depuis le regroupement des rédactions de Tamedia à Lausanne, le seul journal authentiquement genevois était Le Courrier. Et aussi Gauchebdo, que vous affectionnez tant. Et les deux ne me semblent pas particulièrement favorables à Pierre Maudet.

Écrit par : mikhail | 08/04/2018

Avoir la mentalité d'un chef d'Etat implique une attention extrême non aux stratégies propres à se faire élire, lisait-on, mais à voir dans l'avenir: telle idée, proposition avec quels effets, répercussions... ambition de réussite avec goût, joie de vivre pour le plus grand nombre possible ("Vous aurez toujours des pauvres parmi vous": évangiles) ou, cette ambition, juste réservée à quelques élus "bien nés" par le fait privilégiés dès leur naissance...?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 08/04/2018

Excellent billet.

Écrit par : Michel | 08/04/2018

Cette vision, cette autre pensée pour Genève, passe par un retour à la raison et au bon sens. Un respect absolu des zones agricoles et du métier de paysan. Un développement harmonieux, qui maintienne l'excellente qualité de vie entre Rade, Jura et Salève. Une attention aiguë à l'environnement, aux services publics, aux hôpitaux, aux écoles, à la qualité des relations entre les gens. En économie, un peu plus de soutien au statut d'indépendant, aux PME, un peu moins d’obsession servile pour les seules multinationales.


Un nouveau parti peut-être. Nous pourrions le nommer Parti Radical Genevois.

Écrit par : Otto Matthik | 10/04/2018

Les commentaires sont fermés.