12/04/2018

Les tweets et l'Orient compliqué

 

Sur le vif - Jeudi 12.04.18 - 08.13h

 

Les États-Unis d'Amérique n'ont strictement rien à faire dans un Orient compliqué auquel ils n'entendent rien, si ce n'est soutenir inconditionnellement le même acteur, depuis exactement 70 ans.

 

Si l'Europe existait, c'est cela qu'elle devrait leur dire, avec une fermeté d'acier. Dans cette Europe, il y a une nation, qui s'appelle la France. Sous Mendès France, sous de Gaulle, sous Chirac encore, elle entretenait avec le monde arabe une longue et fidèle tradition de relations, avec une vraie diplomatie, reposant sur l'intelligence, la connaissance historique et la culture. Une relation vieille de plus de deux siècles : j'en parlais avec M. Boutros-Ghali, que j'ai eu plusieurs fois l'honneur d'interviewer, on peut la remonter à l'expédition d’Égypte de Bonaparte, en 1798.

 

Puisse la France ne pas suivre aveuglément Washington et ses faucons, toujours les mêmes, toujours au service du même lobby, dans l'aventure militaire qui se profile hélas comme imminente.

 

Quant à la Russie, elle entretient avec le Proche-Orient des liens autrement plus fondés et séculaires que ceux des États-Unis, puissance transatlantique, située à des milliers de kilomètres d'un théâtre d'opérations dont elle méconnaît crassement les équations historiques et culturelles.

 

Washington - ou plutôt New York - ne s'intéresse à cette région du monde que pour soutenir sans faille le 51ème État américain. C'est un peu juste, comme vision, au milieu d'un monde arabe aux mille racines, avec son infinité de feuillages entremêlés, auxquels les missiles ne changeront rien.

 

Pascal Décaillet

 

12:13 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.