18/04/2018

Bienvenue en Maudétie !

louis_xiv_of_france_header.jpg?itok=Zle224pq&resize=1100x619 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 18.04.18

 

Réélu au premier tour ! Avec un résultat canon : 50'180 voix ! Creusant un écart géant avec le deuxième, Mauro Poggia (43'728) et le troisième, Serge Dal Busco (40'836). La victoire de Pierre Maudet, dimanche 15 avril, est évidemment sans appel. Elle détermine l’homme fort du futur gouvernement genevois, comme nos amis vaudois avaient, assez naturellement, déterminé Pascal Broulis, puis Pierre-Yves Maillard. Reste à savoir, justement, si le principe « d’homme fort » est bien conforme à nos traditions suisses, s’il est viable, en attendant la disgrâce, sur une longue période. Et surtout, s’il est souhaitable. Ces questions-là, et d’autres sur le risque de dérive autoritaire, doivent être posées dès maintenant. Et tant pis si ça froisse l’état de grâce, la passion inconditionnelle des groupies, et tous ceux qui se frottent les mains de voir advenir un Etat PLR, pour y prospérer, entre initiés.

 

Pierre Maudet, je l’ai dit maintes fois ici et ailleurs, est un surdoué de la politique. Intelligent, vif, rapide, malicieux, doté d’un sens aigu de la synthèse, il capte tout, très vite. En plus, en privé, l’homme ne manque pas d’humour, ni d’ailleurs de culture historique, ce qui en fait un interlocuteur très agréable. Mais toute médaille a son revers : très tôt dans sa carrière (que je suis depuis vingt ans), l’homme a compris que le pouvoir ne pouvait s’exercer à moitié. Il l’a compris pour sauver, avec François Longchamp, le parti radical de la déroute, puis conquérir les sièges, à tous les postes de la Ville et du Canton. Cette aptitude au pouvoir fort ne saurait, en soi, lui être reprochée, nous n’allons tout de même pas faire ici l’éloge des mous. Mais elle a ses effets collatéraux : volonté de tout contrôler jusqu’au détail, pratique du fusible jusqu’à l’extase électrique, relais dans la presse genevoise – et lausannoise – avec sa batterie de perroquets et de perruches, toujours prêts à s’extasier des faits et gestes du Prince.

 

L’essentiel, vous le voyez, n’est pas à reprocher à Pierre Maudet, qui connaît à fond les règles de la communication en temps de guerre, mais à l’incroyable obédience qu’il a réussi à susciter dans certaines rédactions. Le problème no 1 de la presse lémanique, aujourd’hui, n’est pas d’être de gauche, ni de droite, mais de s’aligner systématiquement sur les positions du PLR, à commencer par celles de Pierre Maudet. Notre vitalité démocratique à Genève passera, dans les cinq ans qui viennent, par un contre-pouvoir. Il ne s’agit évidemment pas de démolir tout ce qu’entreprendra le ministre, loin de là, mais de garder la tête froide, comme face à n’importe qui, sur le sens politique de ses actions. Et, bien sûr, de se refuser à tout culte de la personnalité, ni attraper des lumbagos à force de prosternations devant l’éclat solaire du souverain. S’il fait de bonnes choses pour Genève, nous le dirons. S’il abuse de son pouvoir pour établir, telle l’universelle araigne (Louis XI), ses réseaux tentaculaires au service de son seul pouvoir, nous le dirons aussi. Excellente législature à tous !

 

Pascal Décaillet

 

 

12:27 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Vous connaissez mes réserves sur le potentiel de l'action politique. Je mise dorénavant sur le troisième pouvoir, la justice, avec trois recours à la Chambre Administrative de la Cour de Justice et un au Tribunal fédéral dont je ne manquerai pas de vous informer des résultats le moment venu.
Ils devraient contribuer à confirmer les travers autoritaires de Pierre Maudet qu'il ne semble pas vouloir corriger. Tant pis pour lui car sa carrière politique risque bien de ressembler à la trajectoire d'une météorite qui entre finalement dans l'atmosphère.

Écrit par : Pierre Jenni | 18/04/2018

N'exagérons pas, avec un Grand Conseil, et bientôt un Conseil d'Etat, à majorités de Gauche, on est encore bien loin de l'Etat PLR!

Et puis, si M. Maudet attrape trop le "melon", il sera toujours possible de l'envoyer à Berne ;-) A quand le prochain "créneau de lancement" ?

Écrit par : mikhail | 18/04/2018

Petit complément d'info pour le grand public qui n'a souvent pas la moindre idée de ce qui se passe en coulisses et qui ne connaît pas les deux groupes cités dans le titre de cet ancien post d'un autre blog de la TdG. Qu'il se renseigne donc:

http://humoresques.blog.tdg.ch/archive/2017/09/02/maudet-young-leaders-bilderberg-cie-286072.html

Écrit par : legaston | 18/04/2018

Merci pour ce lien legaston qui me permet de relire mon commentaire désabusé sur le bonhomme.

Écrit par : Pierre Jenni | 18/04/2018

Mikhail, il faudrait que M. Décaillet confirme mais je ne crois pas qu'un candidat malheureux au CF n'ait pu retenter l'expérience une seconde fois. Il est grillé.

Écrit par : Pierre Jenni | 18/04/2018

Bravo Mr Décaillet pour cet article distancié. Vous rendez hommage à l'énergie de l'homme mais il est prévenu. Vous ne serez pas un béni oui oui.

Pourquoi cette brosse à reluire dans la presse romande pour lui? Ce n'est qu'un politicien ordinaire, très ordinaire même. Et pour ma part je le trouve sans éclat, à part sa grande g... élastique de Genevois.

Vous avez dit "obédience". C'est le mot, qui explique la chose.

Mikhail, je ne trouve pas votre réflexion très intelligente. Vous nous dites qu'avec un parlement et un gouvernement de gauche, Maudet n'aura pas les mains libres. Mais depuis quand Maudet est-il de droite? Il est est de gauche, c'est évident. Et il sera particulièrement à l'aise dans un gouvernement de gauche avec un parlement de gauche qui lui donnera l'excuse parfaite pour suivre son penchant d'homme de gauche. Il sera lui-même la caution bourgeoise et la clé de voûte d'une politique de gauche. Quant à dire que pour s'en débarrasser on n'aura qu'à l'envoyer à Berne... Pauvre Suisse, pauvre Berne fédérale, qui n'a pas besoin de ce beau parleur euroturbo. Mais heureusement à Berne il est arithmétiquement inéligible car aucun conseiller fédéral issu d'un parti bourgeois ne peut être élu sans l'aval de l'UDC.

Écrit par : Mallet du Pan | 18/04/2018

@Pierre Jenni: on a récemment évoqué Madame Keller-Sutter pour remplacer Monsieur Schneider-Ammann... elle qui fut candidate malheureuse contre lui en 2010. Donc à priori tout serait possible.

D'ailleurs, en tant que Conseiller fédéral PLR, je préférerait infiniment voir nommer Madame Keller-Sutter plutôt que Monsieur Maudet.

Au fait j'ai tout de même trouvé un exemple récent, René Felber s'était présenté en 1977 contre Pierre Aubert et a finalement été élu en 1987.

Écrit par : mikhail | 19/04/2018

Pierre Maudet a réussi une belle élection à mon avis simplement parce qu'il est plus dans la communication égocentrique que dans l'action véritable et le bien des citoyens. Au fil du temps il est devenu moins radical et plus PLR. il a réussi sa fusion. Pour qu'il devienne Président du Conseil d'Etat, Il faut encore que l'Entente soit majoritaire. Ce n'est pas encore fait ! Un casse tête pour l'Entente et un cauchemar pour Pierre Maudet. Ayant déclaré qu'il ne perdait jamais, soit il gagne soit il apprend, vu son jeune âge, il a encore le temps d'apprendre. Si il est désigné Président par ses collègues, je vous parie qu'il ne se contentera pas que du département "Présidentiel".

Écrit par : alladin@bluewin.ch | 19/04/2018

La photo est vraiment bien choisie, beau clin d'oeil !

Écrit par : Pierre Jenni | 19/04/2018

Les commentaires sont fermés.