24/04/2018

Le vrai révolutionnaire, c'est de Gaulle !

CharlesdeGaulle.jpg 

Sur le vif - Mardi 24.04.18 - 08.22h

 

En tentant de se révolter contre les seuls signaux de l'autorité républicaine, contre tout ce qui ressemblait à cette dernière, à commencer par l'homme qui l'incarnait - et avec quelle classe - au plus haut niveau, Mai 68 a été l'allié objectif des libéraux et du patronat.

 

Il faut voir l'Histoire politique. Aux législatives de mars 67, la droite ne l'emporte que d'un cheveu sur la gauche, après une nuit d'incertitude. De Gaulle, qui n'a jamais été un homme de la droite économique, encore moins de la droite financière (dont toutes les lectures de sa jeunesse lui avaient appris à se méfier), garde Pompidou, mais relance le grand mouvement du gaullisme social, issu de la Libération, du Sillon, de Mounier, de toute une tradition très française fondée sur l'esprit de participation, notamment dans les entreprises. Des hommes comme Louis Vallon ou René Capitant, hélas aujourd'hui un peu oubliés, incarnent ce remarquable mouvement de pensée, que j'ai eu l'occasion d'étudier de très près.

 

Le gaullisme social, Pompidou n'en veut pas. L'ancien directeur de la Banque Rothschild n'est pas de ce monde-là. Il le prouvera très clairement, entre 69 et 74, comme Président, allant jusqu'à recadrer sèchement son Premier Ministre, Jacques Chaban-Delmas, après son fameux discours d'investiture sur la Nouvelle Société (1969), un petit bijou rédigé par Simon Nora et un certain... Jacques Delors.

 

Mai 68, par l'extrême violence de rue, les images, dans toute la France, de voitures brûlées, de guerre civile, n'aura réussi, sur le moment, qu'à provoquer une chose : la peur, dans la France profonde. Cette même France qui, aux élections de juin, par réaction, conduira à la Chambre la plus massive majorité de droite, bleu horizon, depuis 1919.

 

Cette Chambre 68-73, très conservatrice, sera celle, dès juin 69, du Président Pompidou. Fini, le gaullisme social. Finis, les espoirs d'une refonte du système par lui-même. Le grand patronat triomphe, la grande banque française aussi, sous Pompidou l'ordre règne.

 

De Gaulle n'était absolument pas un homme de la droite libérale. Il détestait les puissances de l'Argent. En lecteur, dans ses jeunes années, de Barrès et Péguy, et bien sûr aussi de Maurras (tout en gardant ses distances), il avait pour la France une autre ambition que le seul "Enrichissez-vous" de Guizot. La France de Charles de Gaulle, c'est celle de Vézelay autant que celle de Valmy.

 

Cet homme d'exception avait, en 1945, donné le droit de vote aux femmes, créé la Sécurité sociale, nationalisé le Crédit, la Banque de France, la Régie Renault, les houillères, les charbonnages. De retour aux affaires, il avait donné à la France une nouvelle Constitution, l'indépendance à l'Algérie et aux pays d'Afrique Noire. Il avait engagé la France sur la voie de l'indépendance, et prôné (dès son discours de Brazzaville, en 1944) le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. Combattant des deux guerres, il avait réconcilié la France avec l'Allemagne.

 

Aucun de ses prédécesseurs, ni de ses successeurs, ne peut se prévaloir du dixième de son legs. Face à l'Histoire, le vrai révolutionnaire, c'est lui. Pour n'en avoir rien su, ni voulu savoir, pour n'avoir voulu voir en lui que la part d'autorité qui les empêchait de jouir sans entraves, les petits bourgeois révoltés du Quartier latin n'auront été, au final, que les alliés objectifs d'un capitalisme que Charles de Gaulle, moine-soldat, détestait. Libertaires, ils furent les complices des libéraux.

 

Libertaires et libéraux ultra ont un point commun : ils détestent l'Etat.

 

Rejetons toute commémoration hagiographique des événements de Mai, dénuée de distance critique et historique. Nous y sommes hélas en plein, comme un maelström de propagande. A chacun de nous d'y résister, par les outils essentiels que constituent la connaissance historique, l'exercice de la critique, l'immensité solitaire de nos lectures, la liberté de l'esprit.

 

Pascal Décaillet

 

12:09 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Très bon article!

Écrit par : Simon | 24/04/2018

Les commentaires sont fermés.