25/04/2018

Une Genève à un million d'habitants, non merci !

584e9dc3b1c6e.jpg 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 25.04.18

 

Une campagne sans thèmes de fond ? Mensonge ! Si certains confrères, et surtout certaines consœurs, n’ont voulu voir la joute électorale 2018 que sous le prisme de certaines « affaires », c’est leur problème. Rien ne les obligeait à nous apprêter servilement des fabulettes que les états-majors politiques voulaient absolument propager, pour affaiblir un candidat, ou surtout une candidate, adverse. Une histoire que l’on raconte, qui implique-t-elle en priorité, si ce n’est le narrateur ? Et le plus fou, c’est que les mêmes sont venus soupirer que la campagne avait été ennuyeuse, alors qu’ils en avaient, les premiers, occulté les grands thèmes, pour nous balancer de la démolition personnalisée à la petite semaine.

 

Les grands thèmes ? S’il en est un, à part évidemment les primes d’assurance maladie, le logement, la fiscalité et la mobilité, c’est bien le modèle de croissance économique de notre canton. A part le remarquable candidat indépendant Willy Cretegny, viticulteur à très forte conscience environnementale, doté d’un bon sens humaniste que d’autres pourraient lui envier, qui a franchement mis sur la table ces enjeux-là ? Ces yeux de Chimène, sans cesse braqués par les élus sortants sur le Graal 2030, ces scénarios de croissance qui nous promettent une Genève à un million d’habitants, sans la moindre réflexion sur la régulation des flux migratoires, qui (à part Willy Cretegny) a osé mettre en cause l’étendue chimérique de ce champ d’illusions ?

 

C’est dommage. Parce que, dans la population, et même dans les candidats au Grand Conseil (pour peu qu’on prît la peine de leur donner la parole), on a senti poindre une sourde inquiétude face au grand mirage libéral de la croissance sans entraves. Il ne s’agit pas ici de prôner la décroissance, je suis moi-même un petit entrepreneur, je sais à quel point tout est fragile. Mais les scénarios démesurés d’extension de l’aéroport, le bétonnage de nos campagnes, l’acceptation comme un fait accompli d’un flux transfrontalier qui confine au délire, tout cela travaille les citoyennes et citoyens de ce canton. A cette croissance sans contrôle, d’innombrables personnes, et pas seulement à gauche, veulent opposer un modèle de développement humain, raisonnable, doux et maîtrisé. Parce que les gens de Versoix, du Grand Saconnex de Meyrin ou Vernier (pour ne prendre que quelques exemples) ne bavent pas de jouissance à l’idée d’un décollage ou atterrissage toutes les 90 secondes.

 

Colère montante, oui. Parce que les Genevois aiment leur canton. Ils aiment son paysage, la belle concentration urbaine autour de la Rade, et en arrière-plan, le poumon demeuré d’une campagne. Avec ses terres agricoles, ses vignes, ses villages, comme autant de lieux de respiration. Quant aux Lyonnais qui se proposent d’aller faire la noce, pour un week-end, à Berlin ou Barcelone, on les priera poliment de le faire au départ de Lyon, et non de Genève. Pour notre part, demeurons ce que nous sommes : ouverts au monde, mais ancrés dans l’amour de notre terroir. Nous en avons la responsabilité.

 

Pascal Décaillet

 

11:41 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Je peine à comprendre la logique des promoteurs du Grand Genève lorsqu'ils ne mentionnent pas, ou plus, la possibilité de coopération avec l'aéroport St Exupéry de Lyon. Il fut un temps où le Conseil d'Etat envisageait de prendre des parts dans le capital. Cette piste devrait sérieusement être ravivée car elle permettrait d'optimiser la sous exploitation de l'aéroport de Lyon et garantir les retours sur investissements tout en dégorgeant Cointrin qui n'a pas vocation de Hub dans la région.

Écrit par : Pierre Jenni | 25/04/2018

Il y a des paradoxes à Genève : -on veut accueillir trop de monde ( 1 famille par commune ) et stopper le bétonnage. -Être ouverts a l'accueil des refugies et contruire des appartements de luxe. -Accepter beaucoup d'Européens pour travailler dans notre pays et réduire la circulation ... VOTER POUR DES CANDIDATS QUI PRONENT CES PARADOXES : comme Hodger le bétonneur ! Les plr qui parlent d'écologie ! Les pdc qui sont pour le mariage homo ! Etc ...

Écrit par : Sylvie RG | 30/04/2018

Les commentaires sont fermés.