26/04/2018

Triple menton et triporteur

4508346522.jpg 

Commentaire publié dans GHI - 25.04.18

 

L’élection d’un nouveau Parlement, pour cinq ans, donne aux citoyens l’illusion d’un printemps : la vie est belle, les jours s’allongent, et la nature est là, qui nous invite et nous aime. C’est chaque fois la vie qui recommence, la sève qui monte, l’arrivée de quelques jeunes comme l’aube d’un nouveau monde.

 

Soit. Mais l’Histoire est tragique. L’amorce d’un progrès, et déjà le reflux. Démarche de crabe, sans cohérence, quelque chose du discours d’un fou, dont parle Shakespeare. D’autant que les nouveaux, pour la législature 2018-2023, ne sont pas légions : dans certains partis, on s’est contenté de reprendre les mêmes. L’innovation, par l’archaïsme.

 

Et puis, chez nos bons éditorialistes, on s’est précipité à saluer un « retour aux équilibres, ou aux « partis traditionnels », ce qui, en passant, en dit long sur la puissance mentale révolutionnaire qui règne dans la presse romande. On leur fourguerait du Louis XVIII, avec perruque, triple menton et triporteur, ils en glapiraient d’extase.

 

Je prends ici un pari. Celui que la prochaine législature trimbalera les mêmes antagonismes de classe que ceux de la précédente : imposition des entreprises, caisse de pension des fonctionnaires, logement, coûts pour se soigner. Il y aura une gauche, il y aura une droite. Et il y aura toujours le MCG, plus maigre mais plus cohérent, pour arbitrer, à commencer par son conseiller d’Etat. Et la vie continuera ! Et les ultimes Bourbons, entre deux fatigues patriciennes, continueront de roter leur arrogance. Pour cinq ans. Ou pour l’éternité, nous verrons.

 

Pascal Décaillet

 

12:23 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Excellent billet!

Écrit par : Claude | 26/04/2018

Le triple menton, je ne vois pas à qui vous faites allusion… mais pour le triporteur, il me semble que c’est une allusion perfide au grand niais Maudet, qui alors qu’il était encore boutonneux et déjà fondu de politicaillerie gnevoâse faisait le malin en se transportant dans ce type de voiture. L’allusion est très fine et très drôle. Moi ce qui me sidère le plus dans tout ça, c’est de me dire: comment le peuple genevois peut-il être assez bête pour plébisciter une nullité sonore pareille? Mais au fond cela n’a rien d’étonnant. Ne dit-on pas que les peuples ont les gouvernants qu’ils méritent?

Écrit par : râleur | 26/04/2018

Les commentaires sont fermés.