27/04/2018

Un homme d'Etat

17221.jpg 
Sur le vif - Vendredi 27.04.18 - 18.39h
 
 
Ma première rencontre avec Christian Grobet date de 1978. J'avais vingt ans, je rédigeais des piges pour le Journal de Genève, qui m'avait envoyé couvrir une causerie, aux Pâquis, sur "le rôle des partis politiques". Le représentant des socialistes était le député Grobet.
 
 
Quelques années plus tard, journaliste à plein temps au même Journal de Genève, j'ai tant de fois couverts ses conférences de presse sur les différents chantiers qu'il ouvrait pour le canton.
 
 
Christian Grobet fut, de 1981 à 1993, un grand conseiller d'Etat. Ses positions politiques, ses choix, on les partage ou non, bien sûr. Mais en toutes choses, il roulait pour l'Etat, il avait en lui la dimension d'Etat. Il y a eu André Chavanne, il y a eu Christian Grobet, il y a eu Guy-Olivier Segond.
 
 
Après une carrière politique exceptionnelle, entamée en 1967 sur les bancs du Conseil municipal, cette figure de notre République tire sa révérence, tout au moins de la politique élective.
 
 
Pour l'avoir connu dans ses années d'ascension, puis de plénitude dans le pouvoir ou dans l'opposition, pour avoir observé ces quarante ans (depuis 1978, pour ma part) de militantisme, de rectitude, de service à la République, je rappelle ici ce que j'ai maintes fois dit : voilà une très grande figure, une vie entière consacrée aux choses de la Cité. En trois mots comme en mille, cela s'appelle un homme d'Etat.
 
 
Pascal Décaillet
 
 

18:39 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

26/04/2018

Triple menton et triporteur

4508346522.jpg 

Commentaire publié dans GHI - 25.04.18

 

L’élection d’un nouveau Parlement, pour cinq ans, donne aux citoyens l’illusion d’un printemps : la vie est belle, les jours s’allongent, et la nature est là, qui nous invite et nous aime. C’est chaque fois la vie qui recommence, la sève qui monte, l’arrivée de quelques jeunes comme l’aube d’un nouveau monde.

 

Soit. Mais l’Histoire est tragique. L’amorce d’un progrès, et déjà le reflux. Démarche de crabe, sans cohérence, quelque chose du discours d’un fou, dont parle Shakespeare. D’autant que les nouveaux, pour la législature 2018-2023, ne sont pas légions : dans certains partis, on s’est contenté de reprendre les mêmes. L’innovation, par l’archaïsme.

 

Et puis, chez nos bons éditorialistes, on s’est précipité à saluer un « retour aux équilibres, ou aux « partis traditionnels », ce qui, en passant, en dit long sur la puissance mentale révolutionnaire qui règne dans la presse romande. On leur fourguerait du Louis XVIII, avec perruque, triple menton et triporteur, ils en glapiraient d’extase.

 

Je prends ici un pari. Celui que la prochaine législature trimbalera les mêmes antagonismes de classe que ceux de la précédente : imposition des entreprises, caisse de pension des fonctionnaires, logement, coûts pour se soigner. Il y aura une gauche, il y aura une droite. Et il y aura toujours le MCG, plus maigre mais plus cohérent, pour arbitrer, à commencer par son conseiller d’Etat. Et la vie continuera ! Et les ultimes Bourbons, entre deux fatigues patriciennes, continueront de roter leur arrogance. Pour cinq ans. Ou pour l’éternité, nous verrons.

 

Pascal Décaillet

 

12:23 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

25/04/2018

Tropisme du Levant

49834744.jpg 

Sur le vif - Mercredi 25.04.18 - 16.42h

 

Je n'utilise jamais le mot "l'Occident". Ce dernier présuppose une agrégation d'identité, de valeurs, de culture, entre nos pays d'Europe et le monde anglo-saxon, principalement les États-Unis d'Amérique. Et cette communauté serait plus importante que ce qui nous relie à l'Orient. Je n'en crois rien.

 

L'Orient, ça commence avec les Balkans. Puis surtout la Grèce, dont j'ai commencé à étudier la langue en 1971. Puis la Bulgarie, la Turquie, le Proche et le Moyen-Orient. On peut aller ainsi jusqu'à l'Iran, voire jusqu'à l'Indus, comme Alexandre.

 

Je suis allé maintes fois en Grèce, et pas seulement sur les sites touristiques. J'arrive à comprendre ce que raconte le journal Ta Nea, j'ai la chance de lire Homère dans le texte.

 

Je suis allé souvent dans les Balkans, au Proche-Orient, en Afrique du Nord. Je m'y sens bien. Comme en Italie. On y respire l'Histoire, les strates de civilisation, les guerres et les traités, les arts, la richesse plurielle des religions.

 

Le ville que je préfère, plus encore que Rome, c'est Jérusalem, la Vieille Ville surtout, du côté de la Porte de Damas. Chrétiens, Juifs, Musulmans, millénaires d'Histoire, couvents arméniens, inscriptions syriaques, géorgiennes, coptes : l'immensité du monde, à livre ouvert.

 

Dans ces conditions, sans avoir rien contre le Nouveau Monde, je ne vois pas pourquoi je m'afficherais particulièrement d'une appartenance à "l'Occident", alors que tout (à part ma fascination pour l'Allemagne) me porte, ou plutôt me transporte, vers l'Orient compliqué.

 

Dire "l'Occident", c'est accepter comme fait accompli la vision de coupure du monde en deux que certains, notamment du côté américain, veulent nous imposer. On se souvient de l'ahurissant "conflit de civilisations" de l'entourage de George Bush Junior, pour nous faire avaler en 2003 la pilule de la catastrophique expédition militaire en Irak.

 

A mes amis de Grèce, de Turquie, du Proche-Orient, de l'Iran, et tous les autres, j'adresse mon fraternel salut.

 

Pascal Décaillet

 

 

16:42 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Une Genève à un million d'habitants, non merci !

584e9dc3b1c6e.jpg 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 25.04.18

 

Une campagne sans thèmes de fond ? Mensonge ! Si certains confrères, et surtout certaines consœurs, n’ont voulu voir la joute électorale 2018 que sous le prisme de certaines « affaires », c’est leur problème. Rien ne les obligeait à nous apprêter servilement des fabulettes que les états-majors politiques voulaient absolument propager, pour affaiblir un candidat, ou surtout une candidate, adverse. Une histoire que l’on raconte, qui implique-t-elle en priorité, si ce n’est le narrateur ? Et le plus fou, c’est que les mêmes sont venus soupirer que la campagne avait été ennuyeuse, alors qu’ils en avaient, les premiers, occulté les grands thèmes, pour nous balancer de la démolition personnalisée à la petite semaine.

 

Les grands thèmes ? S’il en est un, à part évidemment les primes d’assurance maladie, le logement, la fiscalité et la mobilité, c’est bien le modèle de croissance économique de notre canton. A part le remarquable candidat indépendant Willy Cretegny, viticulteur à très forte conscience environnementale, doté d’un bon sens humaniste que d’autres pourraient lui envier, qui a franchement mis sur la table ces enjeux-là ? Ces yeux de Chimène, sans cesse braqués par les élus sortants sur le Graal 2030, ces scénarios de croissance qui nous promettent une Genève à un million d’habitants, sans la moindre réflexion sur la régulation des flux migratoires, qui (à part Willy Cretegny) a osé mettre en cause l’étendue chimérique de ce champ d’illusions ?

 

C’est dommage. Parce que, dans la population, et même dans les candidats au Grand Conseil (pour peu qu’on prît la peine de leur donner la parole), on a senti poindre une sourde inquiétude face au grand mirage libéral de la croissance sans entraves. Il ne s’agit pas ici de prôner la décroissance, je suis moi-même un petit entrepreneur, je sais à quel point tout est fragile. Mais les scénarios démesurés d’extension de l’aéroport, le bétonnage de nos campagnes, l’acceptation comme un fait accompli d’un flux transfrontalier qui confine au délire, tout cela travaille les citoyennes et citoyens de ce canton. A cette croissance sans contrôle, d’innombrables personnes, et pas seulement à gauche, veulent opposer un modèle de développement humain, raisonnable, doux et maîtrisé. Parce que les gens de Versoix, du Grand Saconnex de Meyrin ou Vernier (pour ne prendre que quelques exemples) ne bavent pas de jouissance à l’idée d’un décollage ou atterrissage toutes les 90 secondes.

 

Colère montante, oui. Parce que les Genevois aiment leur canton. Ils aiment son paysage, la belle concentration urbaine autour de la Rade, et en arrière-plan, le poumon demeuré d’une campagne. Avec ses terres agricoles, ses vignes, ses villages, comme autant de lieux de respiration. Quant aux Lyonnais qui se proposent d’aller faire la noce, pour un week-end, à Berlin ou Barcelone, on les priera poliment de le faire au départ de Lyon, et non de Genève. Pour notre part, demeurons ce que nous sommes : ouverts au monde, mais ancrés dans l’amour de notre terroir. Nous en avons la responsabilité.

 

Pascal Décaillet

 

11:41 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

24/04/2018

Le vrai révolutionnaire, c'est de Gaulle !

CharlesdeGaulle.jpg 

Sur le vif - Mardi 24.04.18 - 08.22h

 

En tentant de se révolter contre les seuls signaux de l'autorité républicaine, contre tout ce qui ressemblait à cette dernière, à commencer par l'homme qui l'incarnait - et avec quelle classe - au plus haut niveau, Mai 68 a été l'allié objectif des libéraux et du patronat.

 

Il faut voir l'Histoire politique. Aux législatives de mars 67, la droite ne l'emporte que d'un cheveu sur la gauche, après une nuit d'incertitude. De Gaulle, qui n'a jamais été un homme de la droite économique, encore moins de la droite financière (dont toutes les lectures de sa jeunesse lui avaient appris à se méfier), garde Pompidou, mais relance le grand mouvement du gaullisme social, issu de la Libération, du Sillon, de Mounier, de toute une tradition très française fondée sur l'esprit de participation, notamment dans les entreprises. Des hommes comme Louis Vallon ou René Capitant, hélas aujourd'hui un peu oubliés, incarnent ce remarquable mouvement de pensée, que j'ai eu l'occasion d'étudier de très près.

 

Le gaullisme social, Pompidou n'en veut pas. L'ancien directeur de la Banque Rothschild n'est pas de ce monde-là. Il le prouvera très clairement, entre 69 et 74, comme Président, allant jusqu'à recadrer sèchement son Premier Ministre, Jacques Chaban-Delmas, après son fameux discours d'investiture sur la Nouvelle Société (1969), un petit bijou rédigé par Simon Nora et un certain... Jacques Delors.

 

Mai 68, par l'extrême violence de rue, les images, dans toute la France, de voitures brûlées, de guerre civile, n'aura réussi, sur le moment, qu'à provoquer une chose : la peur, dans la France profonde. Cette même France qui, aux élections de juin, par réaction, conduira à la Chambre la plus massive majorité de droite, bleu horizon, depuis 1919.

 

Cette Chambre 68-73, très conservatrice, sera celle, dès juin 69, du Président Pompidou. Fini, le gaullisme social. Finis, les espoirs d'une refonte du système par lui-même. Le grand patronat triomphe, la grande banque française aussi, sous Pompidou l'ordre règne.

 

De Gaulle n'était absolument pas un homme de la droite libérale. Il détestait les puissances de l'Argent. En lecteur, dans ses jeunes années, de Barrès et Péguy, et bien sûr aussi de Maurras (tout en gardant ses distances), il avait pour la France une autre ambition que le seul "Enrichissez-vous" de Guizot. La France de Charles de Gaulle, c'est celle de Vézelay autant que celle de Valmy.

 

Cet homme d'exception avait, en 1945, donné le droit de vote aux femmes, créé la Sécurité sociale, nationalisé le Crédit, la Banque de France, la Régie Renault, les houillères, les charbonnages. De retour aux affaires, il avait donné à la France une nouvelle Constitution, l'indépendance à l'Algérie et aux pays d'Afrique Noire. Il avait engagé la France sur la voie de l'indépendance, et prôné (dès son discours de Brazzaville, en 1944) le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. Combattant des deux guerres, il avait réconcilié la France avec l'Allemagne.

 

Aucun de ses prédécesseurs, ni de ses successeurs, ne peut se prévaloir du dixième de son legs. Face à l'Histoire, le vrai révolutionnaire, c'est lui. Pour n'en avoir rien su, ni voulu savoir, pour n'avoir voulu voir en lui que la part d'autorité qui les empêchait de jouir sans entraves, les petits bourgeois révoltés du Quartier latin n'auront été, au final, que les alliés objectifs d'un capitalisme que Charles de Gaulle, moine-soldat, détestait. Libertaires, ils furent les complices des libéraux.

 

Libertaires et libéraux ultra ont un point commun : ils détestent l'Etat.

 

Rejetons toute commémoration hagiographique des événements de Mai, dénuée de distance critique et historique. Nous y sommes hélas en plein, comme un maelström de propagande. A chacun de nous d'y résister, par les outils essentiels que constituent la connaissance historique, l'exercice de la critique, l'immensité solitaire de nos lectures, la liberté de l'esprit.

 

Pascal Décaillet

 

12:09 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

21/04/2018

Déconnexion, non merci !

 

Sur le vif - Samedi 21.04.18 - 18.07h

 

"Droit à la déconnexion" : non merci, ça ne m'intéresse pas ! Je puis comprendre que des employés le revendiquent, mais un petit entrepreneur indépendant, qui fait tout lui-même et est toujours en très grande inquiétude que tout se passe bien, n'a strictement aucune envie d'être "déconnecté".

 

Entrepreneur depuis douze ans, avec des locaux à moi, une comptabilité d'indépendant à tenir avec précision, le souci d'accomplir impeccablement les mandats qu'on veut bien me confier, comment voulez-vous que je "déconnecte" ?

 

Au contraire : rester connecté, toujours et partout, me convient parfaitement. Être en relation, par mail, avec les futurs invités de mes émissions, à toute heure et tous les jours de la semaine. Avec mes innombrables contacts aussi, qui sont pour moi de précieuses sources de renseignements. Puiser sur la toile dans la documentation pour préparer les interviews. Avoir en permanence un œil sur l'agenda. Lire des centaines d'articles sur internet, visionner tout autant d'émissions ou d'archives historiques. Pouvoir à tout moment décocher, comme avec une sarbacane, un commentaire ou un édito sur l'actu. Vivre intensément en état de journalisme. Tout cela me sied. Je n'ai aucune envie de "déconnecter".

 

Être indépendant, c'est avoir toujours un peu la trouille au bide. C'est avoir choisi, un jour, une situation sociale, statutaire, professionnelle, et au fond humaine, qui à la fois vous ravit et vous déstabilise. Parce qu'on ne sait absolument pas de quoi l'avenir sera fait. J'aime passionnément ma petite entreprise, mon indépendance, j'aime me faire du souci pour tout cela. Ca ronge, de l'intérieur, c'est le prix à payer. Comment voulez-vous, dans ces conditions de constante inquiétude, impliquant la vivacité demeurée d'un état d'hyper-conscience sur les événements, qu'on accepte le principe de "déconnexion" ?

 

Des circonstances extérieures se chargeront bien, un jour, de nous "déconnecter". Mais, tant qu'on est vivant, en état (et surtout en désir) de livrer bataille, il faut demeurer sur le terrain. Et combattre.

 

Pascal Décaillet

 

18:39 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Imprimer |  Facebook | |

18/04/2018

Le MCG n'est pas mort

20180216172032851.jpg?puid=610f616e-bd7b-4148-bec3-98247c2865d6 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 18.04.18

 

C’est assez incroyable, tout de même, cette jouissance des médias à constater, lors des élections cantonales de ce dimanche 15 avril, un « retour aux partis traditionnels ». On pense principalement au PLR, mais aussi aux socialistes et leurs alliés Verts, grands vainqueurs, c’est vrai, de ce scrutin.

 

Bravo à ces partis, c’est sûr. Mais d’où vient cette fascination des observateurs pour les « partis traditionnels » ? D’où, si ce n’est d’un indécrottable conformisme de pensée, qui voudrait qu’existent, pour l’éternité, toujours les mêmes. Comme si le champ politique n’évoluait pas.

 

La vérité est un peu différente. Si le vote protestataire, émergé depuis 2005, a été réduit cette année, c’est pour deux raisons, bien précises : d’abord, il a été frontalement attaqué par les siens, en suicidaire dissidence ; et puis surtout, le concept amiral de « préférence cantonale » a été, ces dernières années, gentiment récupéré par tous, jusqu’au sein du PLR. On avait déjà piqué l’environnement aux Verts, on a piqué la préférence au MCG.

 

Reste qu’avec onze députés, retrouvant ainsi une taille plus juste, ce parti demeurera, entre 2018 et 2023, la charnière entre la droite et la gauche. Clairement orienté sur des objectifs sociaux et populaires, proches des gens les plus défavorisés et non au service de nababs, le MCG est loin d’être mort. S’il arrive à retrouver sa combativité d’antan, dans la rue et loin des cocktails, il peut même encore avoir de belles années devant lui.

 

Pascal Décaillet

 

 

16:35 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Bienvenue en Maudétie !

louis_xiv_of_france_header.jpg?itok=Zle224pq&resize=1100x619 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 18.04.18

 

Réélu au premier tour ! Avec un résultat canon : 50'180 voix ! Creusant un écart géant avec le deuxième, Mauro Poggia (43'728) et le troisième, Serge Dal Busco (40'836). La victoire de Pierre Maudet, dimanche 15 avril, est évidemment sans appel. Elle détermine l’homme fort du futur gouvernement genevois, comme nos amis vaudois avaient, assez naturellement, déterminé Pascal Broulis, puis Pierre-Yves Maillard. Reste à savoir, justement, si le principe « d’homme fort » est bien conforme à nos traditions suisses, s’il est viable, en attendant la disgrâce, sur une longue période. Et surtout, s’il est souhaitable. Ces questions-là, et d’autres sur le risque de dérive autoritaire, doivent être posées dès maintenant. Et tant pis si ça froisse l’état de grâce, la passion inconditionnelle des groupies, et tous ceux qui se frottent les mains de voir advenir un Etat PLR, pour y prospérer, entre initiés.

 

Pierre Maudet, je l’ai dit maintes fois ici et ailleurs, est un surdoué de la politique. Intelligent, vif, rapide, malicieux, doté d’un sens aigu de la synthèse, il capte tout, très vite. En plus, en privé, l’homme ne manque pas d’humour, ni d’ailleurs de culture historique, ce qui en fait un interlocuteur très agréable. Mais toute médaille a son revers : très tôt dans sa carrière (que je suis depuis vingt ans), l’homme a compris que le pouvoir ne pouvait s’exercer à moitié. Il l’a compris pour sauver, avec François Longchamp, le parti radical de la déroute, puis conquérir les sièges, à tous les postes de la Ville et du Canton. Cette aptitude au pouvoir fort ne saurait, en soi, lui être reprochée, nous n’allons tout de même pas faire ici l’éloge des mous. Mais elle a ses effets collatéraux : volonté de tout contrôler jusqu’au détail, pratique du fusible jusqu’à l’extase électrique, relais dans la presse genevoise – et lausannoise – avec sa batterie de perroquets et de perruches, toujours prêts à s’extasier des faits et gestes du Prince.

 

L’essentiel, vous le voyez, n’est pas à reprocher à Pierre Maudet, qui connaît à fond les règles de la communication en temps de guerre, mais à l’incroyable obédience qu’il a réussi à susciter dans certaines rédactions. Le problème no 1 de la presse lémanique, aujourd’hui, n’est pas d’être de gauche, ni de droite, mais de s’aligner systématiquement sur les positions du PLR, à commencer par celles de Pierre Maudet. Notre vitalité démocratique à Genève passera, dans les cinq ans qui viennent, par un contre-pouvoir. Il ne s’agit évidemment pas de démolir tout ce qu’entreprendra le ministre, loin de là, mais de garder la tête froide, comme face à n’importe qui, sur le sens politique de ses actions. Et, bien sûr, de se refuser à tout culte de la personnalité, ni attraper des lumbagos à force de prosternations devant l’éclat solaire du souverain. S’il fait de bonnes choses pour Genève, nous le dirons. S’il abuse de son pouvoir pour établir, telle l’universelle araigne (Louis XI), ses réseaux tentaculaires au service de son seul pouvoir, nous le dirons aussi. Excellente législature à tous !

 

Pascal Décaillet

 

 

12:27 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Imprimer |  Facebook | |

17/04/2018

Du vent et des illusions

 

Sur le vif - Mardi 17.04.18 - 09.39h

 

L'esprit de normalisation qui règne chez les éditorialistes, depuis l'élection de dimanche à Genève, n'est rien d'autre qu'un trompe-l'œil.

 

D'abord, étonnant, tout de même, cette jouissance des observateurs à l'idée qu'après une parenthèse de fébrilité, tout rentrerait enfin dans l'ordre. Comme si la politique, délivrée des antagonismes et des questions qui fâchent, ne devait être que l'équilibre paisible d'un château de cartes.

 

Surtout, c'est un leurre. Les questions cruellement posées en 2005, 2009 et 2013 demeurent. Flux transfrontaliers. Emploi local précarisé. Les coûts pour accéder aux soins médicaux. Le manque de logements. La difficulté de circuler.

 

Pour s'attaquer à tout cela, le corps électoral a choisi de donner une nouvelle chance aux "partis traditionnels". Mais comment la TG ose-t-elle clamer que la frange protestataire "mord la poussière", alors que le MCG, avec ses onze députés, fera clairement office de parti charnière au Parlement ? L'UDC, Ensemble à Gauche, jusqu'à nouvel ordre, ont décroché le quorum.

 

Le MCG a été attaqué de l'intérieur par une dissidence qui lui a fait perdre plusieurs sièges. Quant à ses thèmes de prédilection, comme la préférence cantonale, ils ont purement et simplement été récupérés par les autres partis. La puissance des "partis traditionnels", depuis la fin du 19ème siècle, c'est de se nourrir doucement des oppositions, en les intégrant.

 

Le MCG, s'il sait gérer sa défaite et se concentrer sur l'essentiel, peut faire beaucoup mieux avec onze députés cohérents et en ordre de bataille, qu'avec un groupe pléthorique de vingt personnes, où les ferments de dispersion étaient visibles - pour qui sait lire - dès le premier jour de la législature.

 

Reste que le canton ne veut pas étouffer. Les rêves délirants de croissance, avec flux migratoires, gains faciles pour le patronat, agrandissement démesuré de l'aéroport, ne sont sûrement pas ceux de la population.

 

Le Grand Conseil 2018-2023, nous dit-on, sera "plus clair". Mais en quoi, je vous prie, un Parlement doit-il être "clair" ? Le gouvernement doit l'être, c'est sûr, mais la députation, c'est la représentation populaire, dans sa diversité, ses contradictions, sa richesse. Que des confrères, journalistes politiques, se réjouissent de l'avènement d'une Chambre d'enregistrement, toute aux ordres d'un Pierre Maudet, est de nature à surprendre.

 

Dans cinq ans, nos enfants auront-ils des logements, du travail, du pouvoir d'achat ? Seront-ils, comme nous aujourd'hui, étranglés par les primes maladie ? Pourront-ils se déplacer convenablement dans l'espace urbain ? Les Lyonnais viendront-ils embarquer, pour leurs vols à bas coût, à Cointrin ? Cette législature aura-t-elle un peu permis d'avancer ? Ou n'aura-a-t-elle, comme celle qui se meurt, levé que du vent et des illusions ?

 

Pascal Décaillet

 

14:30 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Rhinocéros

87690341_XS.jpg 

Sur le vif - Mardi 17.04.18 - 12.48h

 

A Genève, c'est le patronat qui pousse à fond, depuis des semaines, pour sécuriser l'élection des quatre candidats de l'Entente. Il lui est égal de savoir qui sera le quatrième élu, ce qui compte c'est de sauver le soldat, à tout prix. Si ce quatrième de l'Entente était un rhinocéros, le patronat le soutiendrait.

 

L'enjeu, c'est la réforme de l'imposition des entreprises. Garder le taux promis aux multinationales. Pour cela, il faut évidemment une majorité de l'Entente au Conseil d'Etat. Le reste passe loin derrière, jusqu'à la longueur de la corne du rhinocéros.

 

Rétrospectivement, on comprend mieux certaines attaques contre des magistrat(e)s sortant(e)s, dans la campagne du premier tour. L'enjeu n'a jamais été M. Ramadan, ni les affaires de plaintes contre lui, ni même l'histoire de la secrétaire du DIP. Tout cela est aussi indifférent que la peau épaisse du rhinocéros.

 

Non. Ce qui comptait, dans ces attaques, n'a jamais été le DIP. Mais affaiblir à tout prix la gauche, en tentant de faire tomber une sortante. Pour que l'Entente conserve la majorité. A cause de l'imposition des entreprises.

 

Même, au besoin, avec un rhinocéros.

 

Pascal Décaillet

 

12:48 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

14/04/2018

La France que nous aimons

7779132842_jean-lacouture-chez-lui-a-roussillon-le-27-septembre-2010-archive.jpg 

Sur le vif - Samedi 14.04.18 - 07.57h

 

La France n'a strictement rien à faire dans cette aventure. Deux siècles de politique arabe, intelligente et complexe, reposant sur la connaissance et le dialogue, ruinés par l'obédience atlantiste de Macron.

 

La politique étrangère de la France doit se décider à Paris, pas à Washington, encore moins à New York. Que Mme May joue les caniches de la Maison Blanche, comme en 2003 Tony Blair, est une chose. Mais Paris !

 

La France que nous aimons est fière et souveraine, elle n'a ni maître ni suzerain, elle détermine et conduit seule sa politique étrangère. Elle entretient avec le monde arabe, au-delà des idéologies, des rapports profonds de connaissance et d'amitié.

 

Ce matin, l'ombre de quelques hommes s'en vient aiguiser notre noire colère : Bonaparte et Champollion en 1798, Mendès France, les grands négociateurs français des Accord d'Evian (1962), de Gaulle bien sûr, et même encore MM Chirac et Villepin, en 2003.

 

Sans compter Jean Lacouture, génial biographe de Nasser, prodigieux connaisseur de deux siècles d'Histoire et de réseaux franco-arabes, en Afrique du Nord comme au Proche-Orient. Jean Lacouture, que j'ai eu si souvent l'honneur d'interviewer.

 

Ce matin, je repense à mon article "Ma Colère", publié dans la Revue Choisir, chez mes amis jésuites, au printemps 2003, le jour de la catastrophique expédition américaine sur l'Irak, mère de tant de malheurs.

 

La France que nous aimons ne s'aligne pas servilement sur la cause des puissants. Elle a sa voix propre. M. Macron, en emboîtant le pas des faucons américains et de leur 51ème Etat, vous venez de commettre une faute politique. Avoir été l'assistant d'un philosophe ne saurait vous dispenser d'ouvrir des livres d'Histoire.

 

Pascal Décaillet

 

13:37 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

13/04/2018

Le destin de Genève, c'est la République !

7007615.image 

Commentaire publié dans GHI - 11.04.18

 

Cette fois, nous arrivons au bout : ce dimanche 15 avril, après des mois de campagne, ce sera enfin l’heure de vérité pour les candidats au Grand Conseil, et le premier tour de l’élection au Conseil d’Etat (second tour le 6 mai). Comme vous le savez, je me suis impliqué à fond dans ces élections, en me frottant à un très grand nombre de candidats. Cette expérience m’a enrichi, et m’amène à rendre hommage à toute fibre militante, d’où qu’elle vienne. Car notre trésor commun, à Genève, ça n’est pas la gauche, ni la droite, ni un quelconque parti. Non. Notre bien le plus précieux, c’est la République. Prenez ce mot, je vous prie, au sens premier : celui de chose commune. Oui, je crois à la nécessité, au cœur du tumulte de nos vies, d’un espace commun, celui où tous, riches ou pauvres, bien portants ou malades, seuls ou entourés, se sentiraient chez eux. C’est ainsi, depuis l’enfance, que je vois la République, comme une mère souriante, qui nous invite et nous accueille.

 

Pour se représenter la République, il n’est pas nécessaire d’aller jusqu’aux monuments de la Guerre de 14, ces « Lieux de mémoire » dont parle si remarquablement l’historien Pierre Nora, marmoréens, granitiques, en hommage aux morts. Plus simplement, la République, c’est une bibliothèque municipale, ou cantonale. Que vous ayez ou non les moyens de vous acheter des livres, voilà un espace qui vous les met, par milliers, à disposition. La République, c’est le sourire d’une infirmière, dans un hôpital cantonal, lors d’une veille de nuit. C’est l’amabilité d’un agent de police, qui vous signale de mettre votre ceinture, sans immédiatement vous amender. C’est ce professeur de français, ou d’allemand, ou de maths, qui vous initie si bien à sa matière qu’il crée chez vous une vocation. Car la République, c’est la transmission, la mémoire, la fidélité à des valeurs. La République habite le temps, elle s’inscrit dans la durée, propose des modèles, rappelle le souvenir de ceux qui l’ont servie. En cela, elle est l’exacte antithèse de la table rase dont se prévalait Mai 68.

 

Surtout, la République, ce sont des hommes et des femmes. Sans incarnation, par eux, dans la temporalité du présent, elle ne serait qu’un lointain concept. Les profs, oui. Le personnel hospitalier. Les employés de voirie. Les policiers. Les pompiers. Sans ses serviteurs, l’Etat ne serait rien. Sans hommage à leur action, nulle politique durable ne peut se fonder. Pour ma part, c’est la préservation, et surtout l’amélioration de ce lien entre les humains que je souhaite pour Genève, dans la législature qui va s’ouvrir (2018-2023). C’est autrement plus important, à mes yeux, que de savoir combien le PLR va gagner de sièges, ou (par hypothèse) combien le MCG va en perdre. Ce que l’avenir d’une communauté humaine exige, c’est le souci de l’espace commun, et la volonté inébranlable de le faire passer avant les intérêts privés ou corporatistes. A partir de là, votez comme vous voulez. Vive Genève !

 

Pascal Décaillet

 

14:34 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |

12/04/2018

Amitiés aux Hongrois de Genève !

738_gettyimages-942688150.jpg
 

Commentaire publié dans GHI - 11.04.18

 

Les Hongrois ont voté, dimanche 8 avril, pour leurs élections législatives. Au parti du Premier ministre Viktor Orban, ils ont très largement accordé leur confiance. L’homme fort de Budapest part donc pour un troisième mandat.

 

Orban gagne les élections, et immédiatement, chez nos éditorialistes de Suisse romande, que se passe-t-il ? On essaye d’abord de minimiser l’ampleur de la victoire, dans la soirée de dimanche. La nuit passée, les chiffres étant là, on nous dit que les Hongrois ont mal voté, qu’ils n’étaient pas informés des vrais enjeux, que ce scrutin éloigne encore un peu plus leur pays de l’Union européenne.

 

Bref, on traite les citoyennes et citoyens de Hongrie, qui sont pourtant adultes et vaccinés, vivent sur place, et connaissent autrement mieux que nous les problèmes de leur pays, comme de parfaits demeurés. Des êtres qui n’auraient rien compris aux intérêts supérieurs de leur propre nation.

 

Quelle arrogance ! Quelle morgue ! Quel mépris ! Qui sommes-nous, pour oser venir faire la leçon au corps électoral souverain d’une nation libre d’Europe ? Quelle connaissance aurions-nous de leurs problèmes, qui seraient meilleure que celle des Hongrois eux-mêmes ? A cette méthode, détestable, j’en propose une autre : j’adresse ici mon amical, mon fraternel salut à tous les Hongrois de Genève, auxquels nous lient 62 ans d’une amitié indéfectible. Je leur dis que leur pays est souverain. Et que, dans tous les cas, nous respectons ses choix.

 

Pascal Décaillet

 

14:55 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Imprimer |  Facebook | |

Les tweets et l'Orient compliqué

 

Sur le vif - Jeudi 12.04.18 - 08.13h

 

Les États-Unis d'Amérique n'ont strictement rien à faire dans un Orient compliqué auquel ils n'entendent rien, si ce n'est soutenir inconditionnellement le même acteur, depuis exactement 70 ans.

 

Si l'Europe existait, c'est cela qu'elle devrait leur dire, avec une fermeté d'acier. Dans cette Europe, il y a une nation, qui s'appelle la France. Sous Mendès France, sous de Gaulle, sous Chirac encore, elle entretenait avec le monde arabe une longue et fidèle tradition de relations, avec une vraie diplomatie, reposant sur l'intelligence, la connaissance historique et la culture. Une relation vieille de plus de deux siècles : j'en parlais avec M. Boutros-Ghali, que j'ai eu plusieurs fois l'honneur d'interviewer, on peut la remonter à l'expédition d’Égypte de Bonaparte, en 1798.

 

Puisse la France ne pas suivre aveuglément Washington et ses faucons, toujours les mêmes, toujours au service du même lobby, dans l'aventure militaire qui se profile hélas comme imminente.

 

Quant à la Russie, elle entretient avec le Proche-Orient des liens autrement plus fondés et séculaires que ceux des États-Unis, puissance transatlantique, située à des milliers de kilomètres d'un théâtre d'opérations dont elle méconnaît crassement les équations historiques et culturelles.

 

Washington - ou plutôt New York - ne s'intéresse à cette région du monde que pour soutenir sans faille le 51ème État américain. C'est un peu juste, comme vision, au milieu d'un monde arabe aux mille racines, avec son infinité de feuillages entremêlés, auxquels les missiles ne changeront rien.

 

Pascal Décaillet

 

12:13 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |

11/04/2018

Soixante-huitards, passez votre chemin !

1084393-000_p57km.jpg?modified_at=1514824748&width=960 

Sur le vif - Mercredi 11.04.18 - 09.23h

 

C'était à prévoir, mais déjà ça dépasse tout : à l'approche du cinquantenaire de Mai 68, la vieille garde - encore vivante - des nostalgiques remplace évocation par célébration, substitue le panégyrique à l'Histoire, bref elle fait ce qu'elle a toujours fait : elle rêve à voix haute.

 

Profitez bien, mes agneaux : c'est la dernière fois. Dans dix ans, pour le soixantième, le vent de l'Histoire aura passé. Ces leviers de pouvoir, pour régir les consciences, auxquels vous vous accrochez avec tant de véhémence, désespérée, vous les aurez lâchés. On ne pourra pas, indéfiniment, nous balancer l'infâme Cohn-Bendit sur les plateaux TV, comme cela, avec tant de mielleuse complaisance, se fait encore aujourd'hui.

 

Soixante-huitards, passez enfin votre chemin. Laissez-nous, sans vous, renouer, par la culture, le lien avec les ancêtres, et le transmettre à nos enfants. Laissez-nous, face à nos monuments aux morts, la mémoire de nos aïeux, la part meurtrie de nos rêves à nous, qui ne sont simplement pas les vôtres. Laissez-nous avec la Grèce antique, l'Allemagne du Sturm und Drang, le Dictionnaire des Frères Grimm, la Bible de Luther, le Lübeck de Thomas Mann, les inflexions souabes de Hölderlin et Brecht, lorsqu'ils s'attaquent à Sophocle.

 

Laissez-nous face au mystère de la musique. Laissez-nous, pétris de vie et de mort, face à Haendel, Rameau, Beethoven, Brahms, Wagner ou Bartók.

 

Laissez-nous, dans l'usage de la grammaire, la connaissance des repères, l'exercice et l'empire de la mémoire.

 

Et vous, soixante-huitards, passez votre chemin. Célébrez, entre vous, ce demi-siècle, dans l'encens de vos illusions. Vous, qui avez voulu casser toute transmission, faire table rase du passé, laissez-nous transmettre, laissez-nous communier dans l'universelle mémoire des hommes et des femmes.

 

Et surtout, s'il vous plaît, passez votre chemin.

 

Pascal Décaillet

 

12:20 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

09/04/2018

Jamais la moindre frite

parlement-hongrois-nuit-budapest.jpg 

Sur le vif - Lundi 09.04.18 - 15.49h

 

Bien évidemment, les Hongrois sont des brutes épaisses. Ils ont mal voté, n'ont rien compris aux enjeux de leur propre nation. Oui, il faut se faire à cette pénible idée : les Hongrois n'entendent rien aux affaires hongroises !

 

Pour ces gens, incapables de se déterminer dans le sens qui conviendrait à Bruxelles et aux médias d'Europe occidentale, ne faudrait-il pas envisager une forme - pédagogique, mais ferme - de rééducation ?

 

Par exemple, chaque citoyen magyar ayant commis l'incroyable faute de goût de voter Orban pourrait être astreint à un stage bénévole d'un an, au stand frites du Bâtiment des Communautés Européennes, à Bruxelles.

 

Ou comme grille-saucisses au Parlement européen, à Strasbourg.

 

Au retour, chacun de ces êtres métamorphosés viendrait colporter la Bonne Nouvelle européenne, sur les rivages hirsutes du Danube. Dans un pays qui n'a produit que Liszt et Bartók. Et jamais la moindre frite.

 

Pascal Décaillet

 

15:49 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Imprimer |  Facebook | |

08/04/2018

Le dogme libéral mérite des contrepoids

TSJquizJUILLET0003-%C2%A9Geneve-Tourisme-660x330.jpeg 
 
Sur le vif - Dimanche 08.04.18 - 16.33h
 
 
Il est totalement faux d'affirmer que tous les médias, en Suisse, sont de gauche. Friand d'un pensée de gauche bien articulée, républicaine et avec le sens de l'Etat, je serais très heureux d'avoir des journaux qui colporteraient avec fougue et talent ces positions.
 
 
Il est tout aussi faux de prétendre que la presse suisse serait aux mains de l'UDC. Quelques journaux, dans la galaxie Blocher, représentent cette tendance, mais ils sont largement minoritaires.
 
 
Non. L'immense majorité des médias suisses véhiculent la pensée libérale. Ils défendent mordicus la libre circulation des personnes, ont tout fait pour que l'initiative du 9 février 2014 ne soit pas appliquée, ont vécu huit années de pâmoison face à Obama, n'ont cessé de vomir sur Trump, encensent Macron. A Genève, il sont les fidèles relais du PLR, principalement de Pierre Maudet. Toutes choses dont ils ont, je tiens à le souligner, le droit le plus pur : la presse est libre, une fois pour toutes, et il est très bien que chacun affiche la couleur, plutôt que de jouer les eunuques.
 
 
Souhaiter plus de diversité dans la presse suisse, c'est parvenir à équilibrer, dans les années qui viennent, ces innombrables journaux libéraux. Soit en créant de nouveaux supports d'information et de commentaires sur leur gauche. Soit, sur leur droite, côté national et conservateur.
 
 
A Genève, par exemple, le délire pro-croissance, pro-extension de l'aéroport, qui ne cesse de nous faire miroiter un canton à un million d'habitants sous prétexte que cette inflation démographique serait inéluctable, tous ces rêves où l'ultra-libéralisme se mêle à l'appétit du gain pour une toute petite minorité, tout cela, ardemment véhiculé par nos principaux journaux, doit impérativement être équilibré par l'exposition d'une autre vision.
 
 
Cette vision, cette autre pensée pour Genève, passe par un retour à la raison et au bon sens. Un respect absolu des zones agricoles et du métier de paysan. Un développement harmonieux, qui maintienne l'excellente qualité de vie entre Rade, Jura et Salève. Une attention aiguë à l'environnement, aux services publics, aux hôpitaux, aux écoles, à la qualité des relations entre les gens. En économie, un peu plus de soutien au statut d'indépendant, aux PME, un peu moins d’obsession servile pour les seules multinationales.
 
 
Ces idées-là, vous ne les lisez guère dans les éditos de vos grands journaux, chez M. Ruetschi ou son homologue du Temps. A gauche comme à droite, pourtant (oui, une autre droite que libérale, une droite à la fois conservatrice, fraternelle et sociale, ça existe, et depuis la Révolution !), elles gagnent du terrain. Quand auront-elles enfin une plate-forme visible et ambitieuse, pour les défendre et les illustrer ?
 
 
Pascal Décaillet
 
 

16:33 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

07/04/2018

La Galerie des Glaces

6711839b-bebb-4b85-adf3-96ba9724f82c-la-galeri-des-glaces.jpg?fm=pjpg&ch=DPR&dpr=2&w=800&fit=clip&trim=auto&auto=enhance 

Sur le vif - Samedi 07.04.18 - 10.58h

 

Dès qu'un humain dispose de pouvoir, il a tendance à en abuser. C'est valable pour tous, y compris pour un Président du Conseil d'Etat.

 

A propos du titulaire sortant de cette fonction, une remarque : c'est quand il émerge, et qu'il est en phase ascendante de son appétit de pouvoir, qu'il faut signaler publiquement l'arrogance d'un puissant, plutôt que de trottiner derrière lui comme des lapereaux.

 

En clair, je trouve assez lamentable de voir tant d'âmes critiques de la 25ème heure se lâcher aujourd'hui sur François Longchamp, alors qu'ils avaient douze ans et demi pour le faire. Dès la fin de sa première législature, en 2009, et assurément pendant toute la détestable année 2010, les signaux, flagrants, étaient là. A cette époque, les plumes incendiaires d'aujourd'hui faisaient la roue, dans la Cour du Prince.

 

Aujourd'hui, je vais le dire franco de port, un autre personnage s'en vient poindre avec, pour la législature à venir, de véritables risques d'autocratie et de pouvoir personnel : il s'agit de Pierre Maudet.

 

Oh, il sera brillamment réélu, et se taillera une belle part dans la répartition des Départements. Osera-t-il briguer l'Instruction publique ? L'homme est très intelligent, vif, rapide, malicieux, il a de l'humour, c'est toujours un plaisir de discuter avec lui. Il a tout pour réussir. Tout, sauf qu'il a cette démesure dans l'appétit de pouvoir.

 

Et puis, il y a cette hyper-communication. Cette volonté de tout contrôler, au millimètre, dans l'image qu'on donne de soi. Ces relais, dans les médias, où le jeu de sources et de révélations est tellement facile, quand on connaît un peu la musique, à reconstituer. Oui, dans certaines rédactions, à Genève et à Lausanne, Pierre Maudet dispose d'une aimable batterie de perroquets et de perruches pour reproduire son discours.

 

Ceux qui, aujourd'hui, tombent sur François Longchamp après l'avoir encensé dans les heures de gloire, lâcheront aussi, le jour venu, Pierre Maudet. Mais pour l'heure, ils se taisent. Parce que le Phénix est encore dans sa phase ascendante, voire tout en haut. Parce qu'il se profile comme l'homme fort de la prochaine législature. Et parce qu'il est plus confortable de critiquer un astre en déclin que le Roi Soleil en majesté, au milieu de la Galerie des Glaces.

 

Pour ma part, je suis un homme seul. Je dis les choses telles que je les analyse et les pense, telles que je les perçois. Et je puis déjà vous affirmer que la voracité démesurée de pouvoir de Pierre Maudet constituera le problème no 1 de la future équipe gouvernementale. Après quelques mois d'état de grâce, les signaux de pouvoir autocratique resurgiront. En allant vers 2023, ils ne feront que croître.

 

Pascal Décaillet

 

15:36 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Imprimer |  Facebook | |

06/04/2018

A voté !

FS_m-jeton.jpg 

Sur le vif - Vendredi 06.04.18 - 15.45j

 

Bon, ben voilà. J'ai pris la liste du Conseil d'Etat, et j'ai coché sept noms, sur les 31 proposés. Parmi ces sept, il y a les trois qui ont été le plus attaqués dans des campagnes de presse dont je repère parfaitement les sources.

 

Puis, j'ai pris la liste du Grand Conseil. Feuille vierge. J'ai inscrit, à la main, au crayon, cinquante noms, de sept partis différents. Comme il me reste cinquante suffrages, et que je ne veux pas les jeter au Rhône, j'ai inscrit en haut le nom d'un parti.

 

C'est l'une des manières de faire, parmi des dizaines d'autres. Chacun est libre. Inscrire ces 57 noms, sans me presser, en réfléchissant bien, m'a pris moins de quarante minutes.

 

Quarante minutes, une fois tous les cinq ans. Chacun de nous peut bien donner cela à notre démocratie, non ?

 

Pascal Décaillet

 

16:29 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

La fermentation des esprits

mendes-france.jpg 

Commentaire publié dans GHI - 04.04.18

 

Une campagne électorale, c’est un univers qui rappelle le monde de la fermentation. Celle d’un vin, par exemple. Il y a comme un moment où les choses ne sont plus ce qu’elles sont, se mettent à décoller vers un ailleurs. Une forme de métamorphose.

 

Une campagne électorale a quelque chose d’un Carnaval. On sort, on se presse dans la rue, on passe son temps dehors, jamais chez soi. Au milieu de la foule, on s’oublie soi-même. On tutoie, on fraternise, on rit beaucoup, on boit des verres.

 

Dit comme ça, c’est plutôt sympa. Mais sachons nous méfier des illusions. Les meutes qui se mélangent, en quémandant des voix, seront les premières à se reconstituer, le jour venu, pour s’affronter. On se redira « vous », on s’écharpera. Les uns contre les autres, on se remettra à ourdir.

 

Journaliste, j’aime le temps de la campagne. Mais déjà, je vois les temps futurs, où les masques tomberont. Ceux qui, du peuple, auront reçu une parcelle de pouvoir, commenceront à croire en leur puissance. Ceux qui vous cajolaient se mettront à vous ignorer. Ceux qui nous avaient promis monts et merveilles sombreront dans l’amnésie.

 

A quelques jours du scrutin, je veux ici convoquer la mémoire d’un homme. Il s’appelait Pierre Mendès France (1907-1982), il n’est resté au pouvoir que sept mois, en 1954-55. Il a dit ce qu’il ferait. Et il a fait ce qu’il a dit. Autour de cette parole, si précieuse, s’articule la seule chose qui vaille : la confiance.

 

Pascal Décaillet

 

11:20 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |