17/05/2018

Intelligence collective

32349350_10215411886078022_2598526952918745088_n.jpg?_nc_cat=0&oh=06ea3c823c6e0641239aaca24e3ae804&oe=5B7BC288
 

Commentaire publié dans GHI - 16.05.18

 

La jeunesse ne saurait, en politique, être tenue pour une catégorie à part, ce serait faire preuve d’un communautarisme générationnel qui n’a pas sa place en République. Nous sommes tous des citoyennes ou des citoyens, c’est cela qui compte, quels que soient nos âges, nos origines, nos idées. Pour une fois, cependant, je veux dire ici quelque chose sur les jeunes, en politique, du moins ceux que je connais, à Genève.

 

Je leur donne, comme vous le savez, très souvent la parole. Et je dois dire qu’ils m’impressionnent. Mieux que leurs aînés, en tout cas mieux que ma génération, ils sont capables de mener des débats de façon courtoise et respectueuse, sans rien renier à leurs idées, ni en atténuer les antagonismes. Disons qu’à la rhétorique de l’opposition systématique aux propos de l’adversaire, ils préfèrent souvent celle de la construction commune, par intelligence collective, d’une pensée, autour d’un thème.

 

J’ignore d’où vient cela, peut-être de l’école. Nous étions, à tant d’égards, une génération plus frontale. Le maître, face aux élèves. Les bretteurs, érigés comme des coqs les uns contre les autres. Dans les débats, aujourd’hui, avec des jeunes de 20 à 25 ans, on peut percevoir autre chose, comme le besoin de s’enrichir par le propos de l’autre. Non par défaut de confiance en soi, mais par souci de bâtir quelque chose ensemble. Arbitrer ce genre de débats constitue pour moi un honneur. Et un bonheur.

 

Pascal Décaillet

 

12:44 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Nous, c'est comme nous les jeunes on pense, on parle, on voit, on veut...de notre point de vue, notre vécu, nos objectifs (à l'école, déjà: "c'est mon droit"!

Selon la nature, notre nature... un "c'est mon droit" légitime

allant de soi

Restent les autres que les jeunes...


Mai-68, simple remarque


le Général de Gaulle compris ou ressenti par les générations n'ayant pas connu la guerre était un vieux ringard... toquard mais les générations ayant vécu la guerre, "vibré"! ressentaient tout autre chose.

Respect, vénération: "Général, me voici!" souvenir de temps de guerre et de Résistance.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 19/05/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.