Mort d'un génie

Imprimer

 

Sur le vif - Dimanche 27.05.18 - 09.35h

 

Pierre Bellemare, une très grande voix de la radio. Il avait la tessiture. Il avait le rythme. Il avait les silences. Il avait les ruptures de tempo, pour briser la monotonie. Il parlait droit devant lui, penché en avant, plongé dans le cœur vivant du micro. Il parlait, on l'écoutait. Il parlait, on le comprenait. Il parlait, il nous atteignait. Par sa voix, par le seul miracle des syllabes, il racontait, évoquait, restituait. C'est cela, un homme de radio. C'était cela, Pierre Bellemare.

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 4 commentaires

Commentaires

  • Plongé dans le coeur vivant du micro ou par le moyen du micro plongé dans le coeur vivant à l'occasion vibrant du public
    Pierre Bellemare... heureux temps

  • Merci beauocup M. Décaillet pour ce commentaire que je partage totalement !

  • Il a été, avec Alain Decaux, mon "professeur" de français lorsque je suis arrivée en Suisse avec de notions purement scolaires. C'étaient des personnes avec un vocabulaire riche et une diction idéale pour l'apprentie que j'étais... heureux temps, comme dit Myriam !

  • Il a été, avec Alain Decaux, mon "professeur" de français lorsque je suis arrivée en Suisse avec des notions purement scolaires. C'étaient des personnes avec une grande culture, un vocabulaire riche et une diction idéale pour l'apprentie que j'étais... heureux temps, comme dit Myriam.

Les commentaires sont fermés.