28/05/2018

Italie : la faute présidentielle

 

Sur le vif - Lundi 28.05.18 - 07.06h

 

En Italie, le veto du Président de la République à la présence aux Finances de Paolo Savona, jugé germanophobe et hostile à l'euro, montre à quel point ce pays est inféodé à l'Allemagne sur les questions financières et monétaires.

 

Ce veto donne le signal qu'il existe, aux yeux du Président, des considérations extérieures au respect de la volonté populaire italienne, clairement exprimée lors des dernières élections. Singulière conception de la souveraineté nationale, surtout chez celui qui devrait en être le garant.

 

Ce veto va contribuer à faire monter encore le réflexe "anti-système", aujourd'hui majoritaire dans le pays.

 

La gentille Italie de l'après-guerre, élève modèle de la construction européenne, berceau du Traité de Rome de 1957, c'est fini. Revoilà l'Italie, dans la fierté réinventée de son affirmation nationale. Une Italie souveraine, c'est cela le message du peuple, aux dernières législatives.

 

Monsieur le Président, vous venez de commettre une erreur majeure. Peut-être même une faute politique.

 

Pascal Décaillet

 

11:39 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Il a été fait président par les pro-européens. Il continue de marcher dans la combine.

Écrit par : norbert maendly | 28/05/2018

Normalement ce Mattarella devrait être, comme Mac Mahon par Gambetta, sommé de "se soumettre ou se démettre". Et comme Mac Mahon il devrait se démettre. Non seulement le suffrage universel, la démocratie, mais aussi les règles parlementaires habituelles lui en font un devoir.

Seulement voilà, les règles democratiques ne valent que quand il s'agit de débarquer un vieux maréchal monarchiste pour frayer les voies à la "République". Ici Salvini et di Maio, les élus du peuple, proposent un retour en arrière sur le chemin menant à la République européenne sans frontières (Union Européenne avec monnaie unique), prélude à la République universelle ("gouvernance mondiale" en langage contemporain), et ce "progrès" vers l'unité du genre humain c'était ce à quoi travaillait Gambetta et à quoi Mac Mahon rechignait. Donc les forces occultes du projet des Lumières sont aujourd'hui derrière Mattarella, contre Salvini et di Maio tout comme elles étaient derrière Gambetta et contre Mac Mahon.

On va voir si ces forces occultes accepteront de se plier aux règles habituelles de la démocratie parlementaire, qu'elles avaient elles-mêmes inventées en 1848, ou si au contraire, pour assurer l'irréversibilité de leur pouvoir, elles iront jusqu'à la dictature répressive contre un peuple en insurrection: le peuple italien, qui ne veut pas crever économiquement à cause de l'Euro, ni ethniquement à cause du grand remplacement de populations voulu mondialement par les oligarchies éclairées.

C'est un des moments historiques les plus cruciaux depuis le début de la mise en place de ce projet de République universelle maçonnique. En plus la coalition populaire qui a gagné la majorité au parlement italien a osé nommer le grand secret de Polichinelle: elle ne veut pas de francs maçons au gouvernement. Deux siècles et demi de travail des loges remis brusquement en cause par l'erreur historique que constituait l'Euro! Les maîtres du jeu iront-ils jusqu'à la dictature pour ne pas tout perdre? Ils en sont capables. Ils ont fait pire dans le passé. Mais cette fois il faudra probablement aller jusqu'à faire donner la troupe contre le peuple et tirer à balles réelles. Le sang devra couler pour que le peuple italien accepte sa propre disparition et peut-être même qu'il ne l'acceptera à aucun prix.

Écrit par : Mallet du Pan | 28/05/2018

Merci Mallet du Pan d'avoir fait la moitié du boulot. En effet, il y a deux choses qu'on n'enseignent pas dans nos écoles: la création monétaire et le pouvoir des réseaux. Vous avez mentionné le pouvoir bien ombrageux des francs-maçons. Bravo! Il faut maintenant faire allusion au pouvoir qui a sponsorisé la maçonnerie afin de révéler ce qu'il a de tous temps considéré comme être une valeur supérieure à toutes les autres religions et civilisations... Le pouvoir d'une religion d'élite qui des millénaires avant un certain mouvement des années trente s'est considéré supérieur à tous, divisant le monde entre la petite quantité des êtres lumineux et l'immense majorité de la plèbe bonne à servir d'esclaves et sacrifiée. Ceux sont une partie des héritiers d'élite de cette lumière obscurantiste qui manipulent et louvoient faisant semblant d'être comme tous sans ayant aucune envie d'en faire partie... Ils sont ravis de sponsoriser la main sur le coeur et les larmes de crocodiles coulant, le grand remplacement auquel vous faites allusion. Plus de profits grâce à une lutte horizontale entre prolétaires en surnombres qui limite la hausse des salaires (et donc la répartition des profits) et pousse les personnes dans le souci de la survie quotidienne aux agressions plutôt que la lutte des classes.

Écrit par : La censure prospère en Suisse | 28/05/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.