06/06/2018

Saint-Pierre : un discours pour rien

9548.jpg?CacheBusterGUID=bd270382-6bab-4048-9be4-5debf659f7ee 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 06.06.18

 

Le discours triste et sec d’un homme qui pense à autre chose. Le catalogue, impeccable et ennuyeux, de sept intentions gouvernementales juxtaposées, sans beaucoup de lien entre elles. Un homme en chaire, sans le moindre sourire, qui procède à une énumération, entendez la part la plus fastidieuse de la rhétorique, celle où les mots défilent au pas. Je pensais Pierre Maudet meilleur dans l’ordre de l’oralité, capable de surprises, de ruptures de rythme, de pointes d’humour (il l’est, dans la vie), de variations dans les tonalités. Là, nous eûmes une sorte de lecteur contre son gré, juste l’officiant d’une parole qui ne serait pas sienne, mais collective. Comme si le verbe, âme et principe du monde, pouvait surgir d’autres entrailles que de l’individu.

 

Alors, quoi ? Que s’est-il passé ? L’homme, attaqué politiquement, le jour même, par quatre partis du Grand Conseil sur sa petite virée en jet privé, avait-il l’esprit ailleurs ? C’est fort possible. Mais en rhétorique, peu importent les causes, seul compte l’effet. Celui qui prétend, de la chaire d’une Cathédrale où prêcha Calvin, s’adresser au public, n’a pas droit à l’erreur. Chaque faille l’expose au Jugement dernier. C’est comme l’art du micro, qui amplifie la faiblesse autant que la vertu des voix. Après tout, nul d’entre nous n’est obligé de se mettre en situation de devoir prendre la parole dans ce lieu où, pendant des siècles, l’austérité fut sanctifiée, la démesure prohibée, le péché vilipendé. Nul d’entre nous, jamais, n’est obligé de s’approcher d’un micro.

 

Je n’analyse pas ici le fond du discours, qui définit fidèlement les ambitions du collège pour cinq ans. Avec une telle égalité des parts laissée à chacun qu’il y manque juste l’essentiel : le souffle d’un style. Ce dernier, n’en déplaise aux pédagogues du collectif, ne peut surgir que de l’univers intérieur d’un individu : on n’écrit jamais rien de bon à quatre mains, encore moins à quatorze. Et celui qui parle, toujours, s’approprie. Le rhétoricien est capteur, pirate, il saisit au vol, ramène à lui : l’oralité est, par essence, le domaine où rien ne se partage, si ce n’est justement la parole libérée du locuteur.

 

Alors certes, il y eut tout ce qu’il fallait, un peu de Léman Express, un zeste de formation obligatoire jusqu’à 18 ans, quelques miettes sur l’excellence hospitalière : les six collègues ont dû être contents, nul ne fut oublié, sauf que le résultat rhétorique fut un échec. D’autant plus étonnant que Pierre Maudet est, d’ordinaire, plutôt bon à l’oral, mais il faut que ça vienne de lui, de sa révolte, de ses entrailles, comme à la magnifique époque de la rue du Stand, et non de l’ennui mortel d’un exercice imposé.

 

Cet échec, dans l’ordre du discours, ne préjuge de rien. Pierre Maudet peut devenir un très bon Président. Il pourra, en d’autres circonstances, retrouver sa verve. Il aura son nom dans l’Histoire, dans les dictionnaires, sans doute sa rue. Il aura juste peiné, en ce lieu et en ce moment-là, à réveiller Calvin et les grands prédicateurs. On y survit, assurément. On survit à tout. Ou presque.

 

Pascal Décaillet

 

12:44 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Pascal Décaillet,

Vous dénoncez avec justesse l'"ennui mortel d'un exercice imposé"!

Autrefois une petite fille se vit imposer des exercices au piano ainsi que l'étude d'Inventions de Bach: la "barbe, juste la barbe!" se disait-elle en... ronchonnant.

Mais un jour vint une femme chantant Bach: "Bist du bei mir... et autres

l'enfant fut transportée... Je souhaiterai poser la question de savoir si les hommes ou les femmes qui s'engagent en politique peu à peu ne sont pas comme éteints!

Ainsi dans les paroisses, autrefois, voyait-on les sacristains en fin d'office munis d'un long manche éteindre les petites flammes des bougies...

A bien chercher, Pascal Décaillet, aujourd'hui, en parlant par image, toujours, de nos hommes et femmes politiques quels sont les pires ennemis extincteurs de feu, d'amour, de zèle au service du prochain "quel qu'il soit"?

Bonsoir, sous les étoiles.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 07/06/2018

Pierre Maudet a selon moi, la maitrise de la rhétorique, mais surement pas l'art. C'est la différence entre les grands Politiques et les marchands de bla bla bla.

Écrit par : alladin | 09/06/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.