13/06/2018

Les députés DOIVENT contrôler le Conseil d'Etat !

topelement.jpg 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 13.06.18

 
A quoi sert un Parlement ? Dans les grandes lignes, à deux choses : faire des lois, et contrôler l’activité du gouvernement et de l’administration. Prenez l’Histoire de l’institution parlementaire, depuis la Révolution française : elle s’inscrit dans cette double mission, au reste déjà entamée sous l’Ancien Régime, alors que le mot « Parlement » faisait plutôt référence, en France, à des Chambres judiciaires régionales, souvent frondeuses face au pouvoir de Paris, et constituant ainsi une amorce de contre-pouvoir. En Suisse, nous avons 26 Parlements cantonaux, et un Parlement fédéral, lui-même composé de deux Chambres (le National, les États), nous avons une Histoire complexe et décentralisée, mais aujourd’hui, les missions de tous ces Parlements sont les mêmes. Faire des lois. Et contrôler l’exécutif.

 

La première de ces deux tâches fonctionne très bien. Trop, peut-être même : d’aucuns, à juste titre, condamnent l’inflation législative des élus, née de la volonté de se mettre en valeur en inondant le plénum de motions ou projets de loi. Beaucoup, parmi les citoyens, considèrent que nous avons trop de lois, sur le plan cantonal comme fédéral. Trop de loi tue la loi ! Mais la seconde des missions, contrôler le gouvernement, combien de députés l’assument-ils vraiment ? Combien d’entre eux ont-ils seulement intégré, dans leur conscience et leur culture politique, que cette activité de contrôle ne relevait en rien du facultatif, encore moins d’un luxe, mais d’un impératif et d’un devoir ? Et qu’ils devaient les appliquer à TOUS les ministres, y compris ceux de leur parti. Trop d’élus s’imaginent qu’ils doivent être les groupies de leur représentant à l’exécutif. Eh bien désolé de le leur dire comme cela, mais ils n’ont rien compris à leur cahier des charges.

 

Les députés, qui sont-ils, si ce n’est les représentants du peuple ? Leur Collège, qu’on appelle dans les cantons le « Grand Conseil », ne doit strictement rien au gouvernement, n’a aucun compte à lui rendre, c’est même l’inverse. Alors, de grâce, laissons travailler en paix les députés, comme MM Thomas Bläsi ou Bertrand Buchs, qui ont des choses à nous dire en matière de critique du gouvernement : ILS SONT LÀ POUR CA ! Ils ont été élus pour exercer ce contre-pouvoir, au service du peuple, pour lutter contre l’arbitraire des ministres, repérer les abus de pouvoir, c’est leur boulot, leur job ! Que les ministres mis en cause, ou leurs officines, essayent de les faire taire, c’est ma foi le jeu. Mais que d’autres députés, bien moins actifs qu’eux dans la mission de contrôle, se permettent de venir leur faire la leçon, là nous devons réagir ! Nous, les citoyennes et citoyens de ce canton, nous voulons des élus actifs, dynamiques, courageux, fouineurs, et surtout sachant résister aux pressions. A MM Bläsi et Buchs, qui ont pris des risques en faisant leur boulot, je dis bravo. A leurs pairs qui leur tombent dessus, je dis : « Changez de métier. Et allez directement cirer les bottes des puissants ».

 

Pascal Décaillet

 

12:40 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Si les députés doivent contrôler le Conseil d'Etat
qui devrait contrôler les députés:

le peuple dit "souverain"?

En France on dénonce un parlement qui n'est plus qu'une "chambre d'enregistrement"!

L'ex ministre d'Etat Jean-Louis Borloo écoeuré par la tournure des événements concernant son plan sur les banlieues: la trahison du président Macron qui un jour qualifie la démarche de Jean-Louis Borloo de "géniale" pour le lendemain le désavouer publiquement. Jupiter, la foudre et le éclairs: temps changeant, sans doute.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 13/06/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.