19/06/2018

Flux migratoires : savoir dire NON

59afadfb488c7b28258b4567.jpg 
Sur le vif - Mardi 19.06.18 - 16.36h
 
 
Réguler les flux migratoires, ça n'est pas être xénophobe. Ca n'est pas rejeter l'Autre, en tant que tel, ni affirmer une quelconque supériorité sur lui. Je crois, pour ma part, à l'égalité de chaque humain, sur cette terre. Nulle communauté, nulle race, nulle religion n'est supérieure à une autre.
 
 
Mais chaque nation a le droit - et même le devoir - de déterminer, après un débat interne et en fonction de ses lois (décision parlementaire ou démocratie directe), quel flux elle estime pouvoir supporter, donc accepter légalement, pour ne pas mettre en danger sa propre cohésion sociale. J'estime, pour ma part, et depuis toujours, que chaque nation a le droit d'établir la primauté aux siens, entendez ceux qui sont déjà sur son sol, par rapport aux gens de l'extérieur. Principalement dans l'accès au travail.
 
 
Cette primauté, que j'ai toujours prônée, ne signifie en rien supériorité. Non, c'est une mesure visant à préserver les équilibres sociaux internes, notamment en faveur des plus démunis : ce sont eux, et non les grands bourgeois, qui craignent les invasions migratoires, par peur que l'aide sociale ne leur soit diminuée, aux profit des nouveaux arrivants.
 
 
De ma vie, je n'ai jamais considéré la question migratoire comme relevant de la morale. D'ailleurs, peu de choses, à mes yeux, en politique, doivent en relever. Non, le rapport à la migration est une gestion d'équilibres démographiques, qui doit s'opérer sans la moindre haine, dans le respect des uns et des autres. Simplement,, l'intérêt supérieur de chaque nation exige parfois que cette dernière dise NON aux migrants.
 
 
C'est cela, à l'automne 2015, que Mme Merkel, sous pression d'un grand patronat avide de main d’œuvre peu regardante sur les conditions sociales et salariales, n'a pas voulu comprendre. Aujourd'hui, vient pour elle l'addition. Parce que le nouveau ministre fédéral allemand de l'Intérieur, le Ministre-Président de Bavière et chef de la CSU, Horst Seehofer, lui brandit le miroir de ses contradictions. Politiquement, la Chancelière n'est plus viable. Je doute qu'elle termine son mandat.
 
 
Dans un nouvel axe Nord-Sud qui coupe l'Europe en deux, et réunit l'Italie, l'Autriche et bientôt l'Allemagne, il n'est plus question de rêver face à l'incroyable pression migratoire qui pèse sur notre continent. Il faut remplacer les postures morales par le retour de la politique. Cela signifie : savoir dire NON.
 
Pascal Décaillet
 

16:35 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Pascal Décaillet,

Vous croyez en l'égalité de chaque humain mais, "vérité d'évidence" (B. Haller) nous ne naissons pas égaux et, par le fait, la justice comme les soins, la culture ou l'économie ne sont pas qu'à une seule vitesse.

Il est certain que l'argent ne fait pas le bonheur mais la sécurité est un atout.

Les migrations ne résolvent pas les problèmes de la misère, de la guerre ou du chômage (sans parler du climat).

Il va de soi que nos dirigeants sont responsables en tout premier lieu des habitants de leurs Etats et l'on ne peut priver de son travail l'un d'eux pour l'accorder à un migrant sans imaginer que la personne lésée ne réagira pas d'une manière ou d'une autre.

Que l'on parle d'aller en ces pays de souffrance installer des gouvernements en vue de rétablir l'équilibre... immédiatement on vous accuse d'ingérence avec, en réalité, seuls objectifs vôtres de gains et profits.

Que signifie ou que vaut une "liberté de parole" accordée aux gens de mauvaise foi comme aux imbéciles?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 19/06/2018

Ouf, ça fait du bien d'entendre un journaliste sortir un autre son de cloche que la totalité (eh oui, la totalité !) des autres journalistes. Je n'en peux plus d'entendre les bien-pensants, dont 90% (voir plus !) sont des fonctionnaires très bien payés et à l'abri du licenciement, donner des leçons d'humanisme, entre autres à des gens comme moi, mère d'handicapée, qui n'a cessé d'entendre parler de manque d'argent (pour mieux intégrer sa fille à l'école), de manque de place (pour la mettre dans un appartement adapté), et de diverses économies indispensables pour sauver l'A.I. Pourtant, voilà des décennies que je paie (et mes ancêtres) mes impôts dans ce pays qui, pour les "riches" bien-pensants, ne semble devoir s'occuper que des migrants !

Écrit par : Catherine | 19/06/2018

Il ne faut pas confondre "donner" et "se laisser prendre". A ce jeux hypocrite l'Europe n'aura plus d'autre choix que la force pour retrouver sa souveraineté. Les "attendris" d’aujourd’hui seront les responsables des heurts de demain.

Écrit par : norbert maendly | 19/06/2018

Papier intéressant par rapport à la notion de souveraineté. Cependant l'argument de la pression du patronat avide de main d'oeuvre sur Merkel est discutable. L'Allemagne n'avait pas besoin de migrants extra-européens peu qualifiés. Elle utilisait déjà une main d'oeuvre qui vient d'Europe centrale. Très peu de migrants syriens ou afghans ont trouvé un emploi en réalité. Je doute que le patronat allemand méconnaissait à ce point la réalité : https://www.youtube.com/watch?v=QSyDHFYd2nE

Écrit par : Alimuddin Usmani | 19/06/2018

Certes que pour les "migrants, immigrants", il y a un aspect humanitaire à résoudre en urgence qui est de nous trouver devant 700 âmes larguées dans le vide en s approchant de l Italie avec un avis ferme de non-réception ou à une non assistance à un danger de mort.

Ces 700 "noirs" ont été déviés vers l Espagne pendant que quelques bonnes âmes italiennes chantaient aimablement Belle Ciao Aquaruis, comme quoi!

Néanmoins, on nous dit que de telles embarcations partant de la Libye ou de ce qu il reste de ce pays (en passant, "Grand Merci" Ms Sarkosy, BHL, Kouchner, Barroso, Goldman Sachs, les USA leading behind via son propre bras armé dit l Otan...), de telles embarcations rapportent, semble-t-il, plus de pognon aux "organisateurs" que le pétrole Libyen. Dites-donc, bien que c est un fait mais c est hallucinant de réduire le pétrole libyen à ce niveau et qui représente 15% des réserves pétrolières mondiales pour les 70 ans à venir comme par ailleurs le pétrole irakien (les deux représentent donc un tiers du pétrole mondiale pour les 70 ans à venir).

Savez vous ce qu on a fait avec le pétrole de ces pays en question? Certainement, ceux ne sont pas les "citoyens" ni libyens ni irakiens qui en profiteraient. Vous comprenez alors les motifs réels d avoir effacé et rasé ces deux ou trois pays et tout le reste des justifications est du blabla pour amuser les bobos et borner encore plus les stupides...

Regardez une fois si quelques gouttes de sang libyen, irakien, syrien...ne se retrouveraient-elles pas mélanger à l essence en faisant le plein du réservoir de votre véhicule...

Bien à Vous et bonne plein d essence :)
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 20/06/2018

On a le sentiment d'assister à une sorte de génocide programmé des peuples de la "vieille" Europe dit le "grand remplacement"…

Pourquoi accepter que l'on nomme notre continent la "vieille" Europe?

Les terrains ou sols de ce continent auraient-ils été créés avant les autres terres de la planète?

Quant à vieillir, à chacun son tour.
Nous sommes attachés à nos cultures, mœurs, traditions, à leur valeurs premières fondatrices... relevons la tête sans perdre de vue que nous, Suisses, habitant ce continent et de ce continent n'avons nul besoin du couple actuel Merkel-Macron avec parrain Juncker pour être des Européens.

En revanche, une CHARTE européenne de coopération, de justice, de solidarité, de qualité de vie et de paix serait jouable.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 20/06/2018

Pourquoi appelle t on ainsi la Vieille Europe?

--Parce que l Hégémonie américaine l a appelée ainsi car les USA se sont déclarés le Nouveau Monde, sic, voire l American Dream. American Dream (ou nightmare?) est "juste" car on voit ce qu a donné, par exemple, ce nouveau monde, Trump!. N est il pas Oscar Wilde qui avait dit: "L Amérique est passée de la case de la barbarie (ndr:massacre des peaux rouges dits les Indiens) à la case de la déchéance sans passer par la case de la Civilisation...(ndr:Ils ne savent faire que la Guerre, 218 guerres extra muros depuis la création des USA il y a 250 ans, à vos calculettes...)

--Pour comprendre le déclin de l Europe ("grâce" à elle la "vieille" et aux USA, "Les Jeunes & Nouvelles "?) il faudrait constater l arrivée de "Grands" Leaders plutôt jeunes comme Sarkosy qui parle le français à peu près ou Hollande qui parle et réfléchit aussi comme un comptable qui prépare sa retraite puis le bien Jeune Emmanuel Macron à qui Pierre Gattaz avait déclaré qu il n y aura pas de problème avec Emannuel car il avait donné le Manuel à Emmanuel, sic. Ah j ai oublié le pas jeune Trump!

Antonio Gramci, excellent, un marxiste italien et fondateur du PC italien avait dit: "Quant le Vieux Monde ne veut pas mourir et le Nouveau Monde jeune tarde à venir, dans ce clair-obscur surgissent des Monstres des plus variés et des plus redoutables"

Amen...
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 20/06/2018

Monstres, tels M. Juncker, qui appellent à la fin de la démocratie en même temps que l'on masque cette effarante perspective en agitant le problème de la laïcité.

On a observé que depuis quelques années on ne tient plus compte de la volonté des peuples.
Si, contrairement à la volonté du pouvoir, en votations les citoyens refusent un objet... en exerçant chantages, manipulations ou pressions on fait voter une seconde fois ou, encore plus simplement, on ignore purement et simplement la volonté des citoyens

tel le "Traité de Lisbonne"!

Mais si les peuples ou citoyens concernés ne réagissent pas pourquoi les dirigeants se gêneraient-ils!?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 20/06/2018

Les commentaires sont résumés.

Mon dernier commentaire pas encore publié aurait dû bien différencier la personne de M, Jüncker de sa démarche, quant aux conséquences: le monstrueux rejet de la démocratie... non M. Juncker.

En cas de médiation, le père Guy Gilbert l'enseignait, il faut bien distinguer les démarches, d'une part, les personnes, de l'autre.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 20/06/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.