20/06/2018

Ignazio Cassis : premiers faux pas

319742127.jpg 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 20.06.18

 

Un homme affable, mesuré, intelligent. Un polyglotte, cultivé, connaissant à fond les rouages de la Suisse. Mais un ministre des Affaires étrangères dont deux signaux récemment donnés ont de quoi inquiéter. Tel apparaît Ignazio Cassis, pour peu qu’on puisse juger d’un nouveau conseiller fédéral après quelques mois seulement. Faut-il rappeler que Jean-Pascal Delamuraz avait commencé sa carrière à la Défense, où il n’avait pas fait grand-chose, sinon rien, avant d’entrer dans l’Histoire lorsqu’il fut porté, même finalement perdant, par le dossier européen ? Oui, bien sûr, c’est trop tôt pour trancher. Mais pas pour dire notre retenue sur deux déclarations récentes, où il y eut selon nous erreur.

 

La première bévue, c’est le Proche-Orient. Sur le fond, le ministre suisse des Affaires étrangères a évidemment le droit de remettre en cause une Agence de l’ONU, chargée des réfugiés palestiniens. En politique, il ne saurait exister de tabous, et le chef du DFAE a raison de combattre la langue de bois, comme le fit naguère une Micheline Calmy-Rey. Mais en même temps, il doit réfléchir aux messages qu’il donne. Délivrer une appréciation hostile à l’aide aux Palestiniens, alors que ces derniers sont en train de traverser l’une de leurs pires périodes depuis 1948, n’était pas la posture politique la plus opportune. Donald Trump est en train, sans doute pour assurer sa réélection en 2020, de donner à Israël des gages sans précédent de soutien, et cela est à lire dans la perspective de la préparation d’une guerre contre l’Iran. Second effet dévastateur de la déclaration Cassis : elle intervenait au moment même des événements sanglants de Gaza. Lâcher le faible quand il gît au sol n’est pas ce qu’on attend du chef de la diplomatie suisse. Ni du message que notre pays doit porter au monde.

 

Deuxième dossier où M. Cassis s’est fourvoyé, les relations Suisse-Europe. On n’attend certes pas d’un ministre PLR qu’il appelle à la Révolution prolétarienne, ni à la prise du Palais d’hiver, mais tout de même, il doit avoir le souci, comme ses six collègues, de la préservation du corps social en Suisse. Il y a, dans notre pays, des gens qui ont de la peine à joindre les deux bouts. Certains d’entre eux ont perdu leur travail, n’en ont jamais retrouvé, et je doute qu’ils aient pour les flux migratoires, créés par la libre circulation des personnes, les yeux de Chimène. En déclarant, à l’emporte-pièce, que les mesures d’accompagnement ne sont pas un tabou, M. Cassis s’attaque à l’édifice, déjà bien fragile, mis sur pied pour atténuer les souffrances des plus faibles sur le marché suisse du travail, face à la férocité de la concurrence européenne. Soit il ne s’en rend pas compte, soit il est vraiment de cette philosophie ultra-libérale, qu’on espérait oubliée après sa domination absolue, au cap du millénaire. Dans les deux cas, il y a lieu de s’inquiéter. Défriser les habitudes, c’est bien. Mais si possible, en préservant les intérêts supérieurs du pays. Et sans commettre de faux pas.

 

Pascal Décaillet

 

14:00 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.