20/06/2018

La pieuvre des apparences en moins

8539648-13441551.jpg?v=1447875146

Sur le vif - Mercredi 20.06.18 - 15.55h

 

Ce à quoi Donald Trump met doucement fin, c'est l'illusion de l'existence d'un ordre multilatéral, qui serait en mesure de gouverner la planète. Cet ordre, né de l'immédiate après-guerre, n'a jamais existé que dans le domaine des apparences.

 

Il n'a jamais constitué d'autre réalité que celle d'un paravent, délicatement déposé sur les vraies puissances : États-Unis et Union soviétique, puis États-Unis tout seuls. D'ailleurs, chaque fois que l'intérêt supérieur - ou impérialiste - de l'un de ces pays, principalement le deuxième, était en cause, l'ordre multilatéral s'effaçait servilement, en s'excusant d'exister.

 

A Genève, à cause de la présence chez nous de nombreuses institutions internationales, nous surestimons totalement l'impact réel de ces dernières sur le cours de la paix et de la guerre. Je ne parle pas ici des organisation humanitaires, ni médicales, mais de celles qui prétendent influer sur l'ordre politique de la planète.

 

Oui, Trump multiplie les retraits du château de cartes multilatéral, et c'est exactement ce qu'il avait annoncé, lors de sa campagne, pendant toute l'année 2016. Il ne fait rien d'autre que ce qu'il avait promis ! Les gens, aux États-Unis, qui ont voté pour lui le 9 novembre 2016, l'ont fait en parfaite connaissance de cause.

 

A Genève encore, où trop d'observateurs de la vie politique ont été formatés par la matrice HEI, où l'ordre multilatéral est déifié, c'est toute une conception du monde qui s'effondre. Celle de la SDN, dont l'Histoire a eu soin d'apprécier la totale inefficacité face à la montée des totalitarismes. Celle, aussi, de l'immense usine à gaz née de l'après-Seconde Guerre mondiale, entendez principalement l'ONU et ses innombrables succursales ou dépendances. Par exemple, cet ineffable "Conseil des droits de l'homme", qui a perdu depuis longtemps tout crédit, pour peu qu'il en eût jamais.

 

C'est à cela, à cette galaxie d'apparences et de trompe-l’œil, que Donald Trump tourne le dos. Pour des centaines, des milliers de tétanisés du multilatéral, à Genève, c'est comme un univers qui se désintègre et se liquéfie.

 

Et si nous entrions, tout simplement, dans un nouvel ordre régissant les relations internationales ? Retour des nations. Diplomatie. Alliances. Parfois la guerre, parfois la paix. Bref, le tragique de l'Histoire, dans toute sa permanence et toute son immanence. Mais la pieuvre des apparences en moins. Faut-il vraiment s'en plaindre ?

 

Pascal Décaillet

 

16:31 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Faites attention à vous !
"Le poète a dit la vérité, il doit être exécuté" comme dans la chanson de Guy Béart.

Écrit par : norbert maendly | 20/06/2018

Nous ne sommes plus au temps de Guy Béart. Actuellement les réalités toutes crues sortent au grand jour malgré toutes les lois qui essaient de les museler.
De plus, de différentes parties du globe elles jaillissent en même temps et rebondissent sur les régions qui ont fait ce qu'elles pouvaient pour les retenir ou les contenir.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 20/06/2018

Les commentaires sont fermés.