23/06/2018

La vieille ficelle de l'homme nouveau

arton1797-980x0.jpg 

Sur le vif - Samedi 23.06.18 - 10.46h

 

L'immense escroquerie de Macron, lors de la présidentielle 2017, a été de nous sortir la vieille ficelle de "l'homme nouveau". Comme Giscard, en 1974, avec sa "société libérale avancée".

 

Pour qui sait lire la politique, pour qui s'est frotté à l'Histoire, il ne saurait exister d'hommes nouveaux. Tout politicien, même jeune, même flamboyant, recèle en lui les archétypes de la captation du pouvoir. C'est dans Plutarque, dont je vous recommande absolument la lecture (Pléiade). C'est dans Shakespeare, notamment "Jules César". C'est Kennedy, en 60. C'est Giscard en 74. Et c'est Macron, en 2017.

 

Le discours sur "l'homme nouveau" est tellement vieux en politique qu'il résume en lui l'éternité de l'archaïsme. Rien de plus éculé que la modernité.

 

La vérité, c'est que Macron entre, comme tous les autres, dans des typologies parfaitement identifiables, pour qui a consacré une partie de sa vie à les étudier.

 

Économiquement, c'est un libéral, tradition Tardieu et un peu Giscard. C'est un libre-échangiste, proche d'une école anglo-saxonne peu répandue en France. Il y en eut quelques-uns, sous le Second Empire, puis vers le milieu de l’Entre-deux-guerres.

 

Dans les rapports avec l'Europe, c'est un MRP, entendez un démocrate-chrétien français de la Quatrième République, on pense à des hommes comme Schuman ou Pleven. À certains égards, Jacques Delors.

 

Dans le rapport aux choses de l'Argent et à la majesté de sa posture, c'est un orléaniste. La branche cousine des Bourbons, celle qui fit des affaires, ou encouragea qu'on en fît.

 

Tout cela, toute cette configuration qui finit bien par affleurer, relève d'options que Macron a totalement le droit d'embrasser. Simplement, il n'est pas un homme nouveau. Il incarne les feux de l'Ancien Monde. Ses choix, dans la géographie et la géométrie politiques, sont repérables, traçables, identifiables.

 

Il n'existe jamais d'hommes nouveaux. Juste des hommes plus jeunes, qui prennent leur place sur l'échiquier. Pour nous rejouer l'ancestrale noirceur du pouvoir. Dans cette partition, toujours recommencée comme une suite de Bach, rien ne change, jamais.

 

Pascal Décaillet

 

14:10 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

L'homme nouveau, l'homme beau, également. Comment être assez inconscients au point de porter son choix sur un homme dont on ne sait au fond pas grand-chose sinon qu'il est l'ami des riches et… *beau"!

Des rescapés des camps de concentration ont affirmé que certains officiers nazis massacrant et torturant étaient physiquement "beau comme des anges"!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 23/06/2018

"certains officiers nazis massacrant et torturant étaient physiquement "beau comme des anges"!"
Rien d'étonnant: Satan est un ange déchu.

Écrit par : Mère-Grand | 23/06/2018

Pascal Décaillet,
permettez-moi d'ajouter quelque chose.

L'homme nouveau, christianisme parlant, est re né d'esprit

Une fois né de la chair et du sang, une seconde fois de et par l'Esprit.

Le cheminement de l'homme né de la chair ne sera pas celui de l'homme re né d'Esprit

Un risque de trivialité, notamment, pour le premier sublimation pour l'autre

En camp l'une de nos cheftaines eut un chagrin violent (d'amour).

Elle partit marcher et raconta plus tard s'être trouvée devant un choix, à la montagne: un chemin descendant, l'autre montant.

Elle s'arrêta puis renonça à baisser, desc3endre vers le bas

emprunta le chemin du haut celui, symbolique, de l'effort ainsi se hissant

Elle revint rassérénée en demandant simplement de pouvoir dormir un soir dehors sous les étoiles

Deux chants en nos coeurs l'accompagnèrent


Ò nuit
Que j'aime ton mystère
Quand tu répands sur nous
Ton ombre et ta fraîcheur

Les clartés de la nuit
ont brodé les sommets des grands monts

Clartés chastes des nuits...


La religion chrétienne est une belle et grande chose avec graines de priorités nobles que l'on voudrait être en mesure de semer dans les jardins ou parcs royaux de nos élites.

Bonne nuit… sous les étoiles...

Écrit par : Myriam Belakovsky | 23/06/2018

Le gouvernement comme il respire.

Écrit par : trust | 24/06/2018

"C'est un libre-échangiste, proche d'une école anglo-saxonne peu répandue en France." C'est donc assez nouveau...

Écrit par : Rémi Mogenet | 24/06/2018

Evangéliquement, Jésus entend faire la femme homme

femmes, l'homme nouveau "avenir de l'homme" (féminisme des années septante)!?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 25/06/2018

Les commentaires sont fermés.